Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le gomphe des rapides au Canada

Information sur l’espèce

Règne :

Animalia – animaux

Embranchement :

Arthropoda – arthropodes

Sous-embranchement :

Hexapoda – hexapodes

Classe :

Insecta – insectes

Sous-classe :

Pterygota – insectes ailés

Infraclasse :

Palaeoptera – paléoptères

Ordre :

Odonata Fabricius, 1793 – odonates (libellules et demoiselles)

Sous-ordre :

Anisoptera Selys, 1854 – libellules

Famille :

Gomphidae – gomphides

Genre :

Gomphus Leach, 1815 – gomphe

Sous-genre :

Gomphus (Gomphus) Leach, 1815 – gomphe

Espèce :

Gomphus quadricolor Walsh, 1863 – gomphe des rapides

Nom et classification

Le Gomphus (Gomphus) quadricolor Walsh, 1863, ou gomphe des rapides (figure 1), appartient à la famille des Gomphidés et à l’ordre des Odonates, qui réunit les libellules et les demoiselles. L’espèce-type du genre Gomphus est le G. vulgatissimus (Linné, 1758) d’Eurasie. Une bonne partie de la controverse visant la taxinomie du genre Gomphus s. lat. en Amérique du Nord est liée à l’incertitude persistante quant aux espèces, s’il en est, qui doivent être classées aux côtés du G. vulgatissimus (Needham et al., 2000). La plupart des auteurs considèrent que le G. quadricolor appartient au sous-genre Gomphus (Leach, 1815). Toutefois, Carle (1986) a placé cette espèce ainsi que 16 autres Gomphus s. str. nord-américains dans un nouveau sous-genre, Phanogomphus. Le nom  G. alleni Howe, 1922 est un synonyme. Le nom G. quadricolor est employé par les auteurs nord-américains récents. Aucune sous-espèce n’est reconnue à l’intérieur du G. quadricolor, et l’espèce est jugée distincte.

Description morphologique

Le Gomphus quadricolorest une libellule de petite taille, d’une envergure de 25 à 25 mm (Needham et al., 2000). La face de l’adulte est vert clair et porte deux lignes transversales foncées. Le thorax est orné d’une alternance de bandes noir brunâtre et vert jaunâtre. Une petite tache pâle est visible dans la partie postérieure de la rayure dorsale pâle du thorax. L’abdomen est mince, noir, et porte des taches jaunes, linéaires pour la plupart, sur le dessus des sept premiers segments, ainsi que de petites taches latérales. Généralement, il n’y a aucune tache dorsale sur les trois derniers segments abdominaux, mais dans de rares cas un petit point jaune est visible sur le 8e ou le 10e segment. Les 7e, 8e et 9e segments abdominaux sont légèrement dilatés chez le mâle, un peu moins chez la femelle, et les 8e et 9e segments portent de grandes taches jaunes latérales. Les pattes et les appendices anaux sont entièrement noirs.

L’hameçon antérieur de l’organe copulateur accessoire du mâle est falciforme et se termine par un crochet fin. La lame vulvaire de la femelle est courte, soit moins de 1/6 de la longueur du 9e segment abdominal, et échancrée en « V » presque jusqu’à sa base. Walker (1958) présente des illustrations de la forme diagnostique des organes sexuels mâles et femelles.

Les larves (figure 2) ont un abdomen lancéolé qui porte des épines latérales sur les 6e, 7e, 8e et 9e segments, des crochets dorsaux vestigiaux bien définis sur les 9e et 10e segments seulement et des crochets tibiaux bien développés servant à creuser (Walker, 1932). Les larves du G. quadricolor ressemblent à celles du G. spicatus (gomphe pointu) et du G. exilis (gomphe exilé), mais elles sont plus petites.

Il est possible de confondre le Gomphus quadricolor avec d’autres petits gomphides présents dans son aire de répartition, mais ceux-ci portent tous une rayure dorsale jaune sur le 9e segment abdominal ou ont des organes sexuels de forme différente. Le G. adelphus (gomphe jumeau) et le G. viridifrons lui ressemblent, mais le bout de l’hameçon antérieur du mâle est émoussé chez ces espèces, tandis que la lame vulvaire de la femelle est beaucoup plus longue que chez le G. quadricolor (Catling et Brownell, 2000). Le G. spicatus (gomphe pointu) et le G. descriptus (gomphe descriptif) sont légèrement plus grands, ont un peu de jaune sur leurs pattes, et leurs marques abdominales jaunes sont plus étendues.

Figure 1. Gomphus quadricolor mâle, près de la rivière Humber, en 2005.

Figure 1.Gomphus quadricolor mâle, près de la rivière Humber, en 2005

Figure 2. Larve de Gomphus quadricolor mâle (Walker, 1932). Reproduction autorisée par la Société d’entomologie du Canada.

Figure 2.  Larve de Gomphus quadricolor mâle (Walker, 1932).

Description génétique

Aucune étude génétique n’a été menée sur cette espèce.