Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Mise à jour - Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le Chénopode glabre (Chenopodium subglabrum) au Canada

Habitat

Besoins en matière d’habitat

Le Chenopodium subglabrum pousse au sud du 52e parallèle, dans la région naturelle de prairie mixte. Le climat de cette région est de type continental. La température annuelle moyenne varie entre 6 °C et 0 °C. La saison de végétation est courte, avec une moyenne de 105 à 130 jours sans gel. Les précipitations annuelles se situent entre 30 cm et 40 cm. On enregistre environ les deux tiers des précipitations annuelles sous forme de pluie, principalement en juin. À la fin de l’été, les précipitations tombent surtout sous forme d’averses orageuses. En été, le taux d’évaporation est élevé (Wallis, 1982; Acton et al., 1998).

Le C. subglabrum se rencontre dans la tremblaie-parc, la prairie mixte et la prairie mixte humide, écorégions de l’écozone des prairies (Acton et al., 1998), où il pousse dans les étendues de prairie mixte sableuse. Les étendues de dunes de la Saskatchewan sont séparées de celles de l’Alberta par des terres en grande partie cultivées. Les sites du Manitoba sont les plus isolés, puisqu’ils sont situés à environ 100 km les uns des autres, à une distance de 500 à 600 km de la population de la Saskatchewan la plus proche et à une distance d’environ 350 à 450 km de la population américaine la plus proche (Dakota du Nord). Ce morcellement de l’aire de répartition de l’espèce n’a rien d’étonnant, car en règle générale le C. subglabrum ne pousse pas sur les sols limoneux ou argileux comme ceux qui séparent les étendues de dunes des Prairies. Les populations réparties le long de la rivière Saskatchewan-Sud sont moins isolées que celles des dunes plus au sud puisque les rives de la rivière sont en grande partie demeurées dans leur état originel.

Le C. subglabrum est une espèce pionnière qui souvent colonise les sables en voie de stabilisation à la marge de dunes et de creux de déflation mobiles ainsi que les coulées et les rives sableuses en proie à l’érosion (Maher et al., 1979; White et Johnson, 1980; Packer et Bradley, 1984; Robson, 1997a; Lamont et Gerry, 1998). L’espèce pousse généralement sur les pentes érodées exposées au sud ou à l’ouest, en bordure de sables en voie de stabilisation, et parfois dans les couloirs interdunaires. Les plus grandes populations se trouvent aux endroits où le sable est plus fin et plus compact. L’espèce pousse rarement en plein centre d’étendues de sable très mobile. Elle a été récoltée dans des creux de déflation et le long de sentiers situés au sein de pâturages. On l’a également observée sur les rives d’un lac salé. Au Dakota du Nord, le C. subglabrum pousse sur des falaises de grès et sur des terrasses et des bancs de sable le long de cours d’eau (Schmoller, 2002). Comme des sites historiques sont répertoriés pour les bords de la Saskatchewan-Sud, on peut penser qu’une partie importante de l’habitat de l’espèce le long de la rivière a été détruite à la suite de la construction du barrage Gardiner, à la fin des années 1960, dont la retenue d’eau a inondé des terrasses et des bancs de sable.

Dans les dunes Dundurn, le C. subglabrum a été observé dans des creux de déflation en voie de stabilisation et le long d’une partie de la Saskatchewan-Sud où les rives subissent les effets de l’érosion. Au lac Patience, l’espèce poussait sur les rives d’un lac salé; à Bridgeford, on l’a trouvée dans des landes sableuses; à Broderick, elle poussait dans les dunes le long de la Saskatchewan-Sud, sur du sable presque entièrement dénudé; à Empress, elle se trouvait sur le versant sud d’une crête de sable du côté nord d’un ravin. Dans les dunes Bigstick-Crane, Burstall, Cramersburg, Elbow, Great, Seward et Tunstall, le C. subglabrum poussait en bordure de dunes et de creux de déflation en voie de stabilisation. Dans les dunes Great, Seward et Cramersburg, on l’a également trouvé sur des monticules édifiés par le gaufre gris (Lamont et Gerry, 1998). Bien que le C. subglabrum pousse sur des sols bien drainés, on pense que les fortes pluies survenant à la fin de l’été peuvent lui être favorables en stimulant la germination des graines. Les facteurs de perturbation de la végétation stabilisante, comme le broutage, l’érosion et le feu, peuvent contribuer à la création de milieux propices au C. subglabrum (Robson, 1999). 

Comme la plupart des Chénopodiacées, le C. subglabrum tolère les milieux alcalins. La plupart des espèces ne peuvent pousser dans ces milieux inhospitaliers, et la concurrence de la part d’espèces tolérantes est très faible (Nelson, 1902). Le C. subglabrum ne tolère pas l’ombre, mais peut tolérer une certaine perturbation du milieu. Dans les dunes Seward, il pousse sur des sols perturbés autour de puits de pétrole. Le fait n’a rien d’étonnant; on a vu d’autres espèces pionnières rares coloniser des zones perturbées par l’activité humaine au sein de communautés végétales naturelles (Robson, 1997a, 1999).

À ce qu’on sait, le C. subglabrum est associé à six espèces rares à l’échelle du pays et à huit espèces rares à l’échelle de la province (tableau 1). Trois des espèces rares à l’échelle du pays et apparaissant au tableau 1 sont en péril et protégées en vertu de la Loi sur les espèces en péril du Canada (la Dalea villosa, en voie de disparition, la Tradescantia occidentalis, menacée, et la Tripterocalyx micrantha, en voie de disparition).

Tableau 1. Espèces rares à l’échelle nationale ou provinciale associées au Chenopodium subglabrum (les espèces indiquées en caractères gras sont également en péril à l’échelle nationale).
ProvinceDunesEspèces associées
Rares à l’échelle nationale1
Espèces associées
Rares à l’échelle provinciale2
AlbertaDominion
  • Tripterocalyx micrantha
  • Eriogonum cernuum
  • Franseria acanthicarpa
  • Lygodesmia rostrata
SaskatchewanDundurn
  • Agropyron psammophilum
  • Dalea villosa
 
SaskatchewanElbow
  • Tradescantia occidentalis
  • Cyperus schweinitzii
SaskatchewanGreat
  • Eriogonum cernuum
  • Corispermum orientale
  • Franseria acanthicarpa
  • Lygodesmia rostrata
SaskatchewanLac Pelican
  • Dalea villosa
 
SaskatchewanSeward
  • Agropyron psammophilum
  • Corispermum orientale
  • Franseria acanthicarpa
  • Lygodesmia rostrata
ManitobaRoutledge
  • Tradescantia occidentalis
  • Andropogon hallii
  • Cyperus schweinitzii
  • Escobaria vivipara
  • Lygodesmia rostrata
  • Orobanche ludoviciana
  • Oryzopsis hymenoides
ManitobaBrandon
  • Dalea villosa
  • Cycloloma atriplicifolium
  • Oryzopsis hymenoides

1 Selon Argus et Pryer, 1990
2 Selon les centres de données sur la conservation des provinces

Les graminées le plus souvent associées au C. subglabrum sont l’Agropyron dasystachyum, le Calamovilfa longifolia, l’Elymus canadensis, l’Oryzopsis hymenoides et le Sporobolus cryptandrus (Wallis et Wershcher, 1988; Robson, 1997a). Au Manitoba, l’Andropogon hallii est également souvent associé au C. subglabrum. Les herbacées non graminoïdes les plus communes dans l’habitat du C. subglabrum sont le Chenopodium pratericola, l’Helianthus petiolaris, l’Heterotheca villosa, le Lygodesmia juncea et le Psoralea lanceolata (Wallis et Wershcher, 1988; Robson, 1997a). Les espèces occasionnellement associées au C. subglabrum sont l’Artemisia campestris, le Cryptantha fendleri, le Glycyrrhiza lepidota, le Lappula squarrosa et le Xanthium strumarium (Wallis et Wershcher, 1988; Robson, 1997a). Les espèces arbustives côtoyant parfois le C. subglabrum sont l’Arctostaphylos uva-ursi, l’Artemisia cana, l’Elaeagnus commutata, le Juniperus horizontalis, des Rosa et le Salix exigua (Wallis et Wershcher, 1988; Robson, 1997a).

Tendances en matière d’habitat

Le Chenopodium subglabrum a été recherché dans les principales étendues de dunes de l’Alberta (Wallis et Wershler, 1988) et de la Saskatchewan (Lamont et Gerry, 1998; Robson, 1997a). Cependant, il existe peut-être dans ces deux provinces des riverains ou des dunes isolées pouvant abriter l’espèce. Plusieurs secteurs dunaires du Manitoba n’ont pas été complètement explorés à la recherche de l’espèce, notamment ceux de Lauder, de Portage et de Brandon.

Des études montrent qu’on peut observer dans le temps une succession de périodes de grande sécheresse marquées par une activité dunaire et de périodes humides au cours desquelles les dunes se stabilisent (David, 1993; Epp, 1980). L’activité dunaire est importante uniquement durant les grandes sécheresses, sauf dans le cas de très grandes dunes (Epp, 1980). Depuis 1970, la stabilisation des dunes progresse au rythme de 0,4 ha/an pour les dunes Elbow, en Saskatchewan, à 17,7 ha/an pour les dunes Brandon, au Manitoba (Hugenholtz et Wolfe, sous presse). La stabilisation des dunes et des dépôts éoliens indifférenciés signifie une perte d’habitat potentiel pour le C. subglabrum (David, 1993; Wallis, 1988). Les changements climatiques et les changements d’affectation des terres pourraient toutefois induire une inversion de cette tendance. Par ailleurs, les milieux dunaires commencent à être envahis par des espèces exotiques, ce qui entraîne également une réduction de la zone d’occupation du C. subglabrum.

Protection et propriété

Seulement trois des sites du C. subglabrum se trouvent dans des parcs de conservation, soit celui de Beaver Creek, situé dans les dunes Dundurn, celui d’Elbow, dans les dunes Elbow (lesquelles se trouvent dans le parc provincial Douglas), et celui de Spruce Woods, dans les dunes Brandon (tableau 2). Les autres sites se trouvent sur des terres privées ou des terres publiques utilisées comme pâturages collectifs. Le secteur de la BFC Dundurn servant aux exercices d’incendie n’est pas utilisé comme pâturage, mais il sert de terrain d’entraînement militaire.

Tableau 2. Régime foncier des principaux milieux dunaires où pousse le Chenopodium subglabrum dans les Prairies.
ProvinceDunesPropriété
AlbertaDominionGouvernement de l’Alberta; cependant, l’espèce est présente au site de Onefour d’AAC-ARAP, qui se trouve sur des terres domaniales
AlbertaLac GrassyGouvernement de l’Alberta
AlbertaLac PakowkiTerre privée
AlbertaMedicine Lodge CouleeTerre privée
AlbertaMiddleTerre privée
AlbertaLac Rolling HillsTerre privée
SaskatchewanLacs Bigstick et CraneTerre privée
SaskatchewanBirsayTerre privée
SaskatchewanBurstall (Empress)Terre privée
SaskatchewanCramersburgTerre privée
SaskatchewanDundurnBase des Forces canadiennes Dundurn, Meewasin Valley Authority (Beaver Creek), Administration du rétablissement agricole des Prairies
SaskatchewanElbowAdministration du rétablissement agricole des Prairies, Gouvernement de la Saskatchewan (parc provincial Douglas)
SaskatchewanGreatGouvernement de la Saskatchewan; en partie des terres protégées en vertu de la Wildlife Habitat Protection Act
SaskatchewanLac PelicanPâturage collectif provincial à moutons de Mortlach
SaskatchewanPiapotTerre privée
SaskatchewanSewardTerre privée
SaskatchewanTunstallTerre privée
ManitobaRoutledgeGouvernement du Manitoba
ManitobaBrandonGouvernement du Manitoba