Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur l’Hibou des marais au Canada – Mise à jour

Protection actuelle ou autres désignations de statut

Le Hibou des marais a été désigné « espèce préoccupante » en 1994 par le COSEPAC (Cadman et Page, 1994) et il est actuellement classé dans la catégorie G5 (espèce répandue et non en péril; demonstrably widespread and secure) de NatureServe (2007; www.natureserve.org). Toutefois, les désignations de statut de NatureServe pour les provinces sont S1 - gravement en péril (Critically imperiled) pour l’Île-du-Prince-Édouard et la Nouvelle-Écosse, S3 - vulnérable (Vulnerable) pour la Colombie-Britannique, l’Alberta, le Manitoba, l’Ontario, le Québec, le Nouveau-Brunswick et Terre-Neuve-et-Labrador, et S4 - apparemment non en péril (Apparently Secure) pour la Saskatchewan et le Yukon; aucune cote n’a été attribuée pour les Territoires du Nord-Ouest et le Nunavut. Le Hibou des marais est, en outre, désigné comme une espèce gravement en péril dans une grande partie du nord-est des États-Unis (notamment le Massachusetts, le Vermont, le Maine, la Pennsylvanie et la Virginie-Occidentale) et comme une espèce vulnérable dans une grande partie du reste de l’aire de répartition des États-Unis. Le Hibou des marais est aussi considéré comme une espèce prioritaire sur le plan de la conservation (Species of Conservation Concern) par le U.S. Fish and Wildlife Service.

Le Hibou des marais est protégé en vertu de la Migratory Bird Treaty Act (Federal Register, 2006) ainsi qu’aux termes d’un grand nombre de lois provinciales sur les espèces sauvages (par exemple, la Loi sur la protection du poisson et de la faunede l’Ontario et la Loi sur la conservation et la mise en valeur de la faune du Québec).

Malgré ces préoccupations largement répandues concernant le déclin de l’espèce, aucune initiative n’est en cours aux États-Unis et, au Canada, seulement la province de Terre-Neuve-et-Labrador a mis sur pied un plan de gestion (Schmelzer, 2005). Certaines mesures de gestion, telles que l’Operation Grassland Community en Alberta et l’Operation Burrowing Owl en Saskatchewan, ont probablement indirectement profité au Hibou des marais en accroissant la quantité et la qualité des habitats et en augmentant la sensibilisation des propriétaires fonciers à l’égard des problèmes touchant les espèces sauvages des prairies.