Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur l’Hibou des marais au Canada – Mise à jour

Résumé technique

Asio flammeus

Hibou des marais – Short-eared Owl

Répartition au Canada :

Toutes les compétences

Information sur la répartition

Superficie de la zone d’occurrence (km²) au Canada (de la base de données de Partenaires d'envol) :

Environ 7 500 000 km²

Préciser la tendance (en déclin, stable, en croissance, inconnue).

Stable

Y a-t-il des fluctuations extrêmes dans la zone d’occurrence (ordre de grandeur > 1)?

Non

Superficie de la zone d’occupation (km²) – estimée selon la disponibilité de l’habitat :

Environ 1 500 000 km²

Préciser la tendance (en déclin, stable, en croissance, inconnue) – présumé, selon le déclin de la population : En

déclin

Y a-t-il des fluctuations extrêmes dans la zone d’occupation (ordre de grandeur > 1)?

Improbable

Nombre d’emplacements actuels connus ou inférés.

Sans obje

Préciser la tendance du nombre d’emplacements (en déclin, stable, en croissance, inconnue).

Sans objet

Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre d’emplacements (ordre de grandeur > 1)?

Sans obje

Tendances en matière d’habitat : préciser la tendance de l’aire, de l’étendue ou de la qualité de l’habitat (en déclin, stable, en croissance ou inconnue).

Perte de l’habitat dans les parties sud de l’aire de répartition du Canada

Information sur la population

Durée d’une génération (âge moyen des parents dans la population : indiquer en années, en mois, en jours, etc.).

2 ans

Nombre d’individus matures (reproducteurs) au Canada (ou préciser une gamme de valeurs plausibles).

Données estimatives fournies par Partenaires d’envol, selon le Relevé des oiseaux nicheurs et autres sources de données. D’autres données estimatives ont été beaucoup plus basses (de 10 000 à 40 000). Environ 350 000

Tendance de la population quant au nombre d’individus matures en déclin, stable, en croissance ou inconnue.

En déclin

S’il y a déclin, % du déclin au cours des dernières/prochaines dix années ou trois générations, selon la plus élevée des deux valeurs (ou préciser s’il s’agit d’une période plus courte).

27 % pendant plus de 10 ans (données du Recensement des oiseaux de Noël)

Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre d’individus matures (ordre de grandeur > 1)?

Improbable

La population totale est-elle très fragmentée (la plupart des individus se trouvent dans de petites populations, relativement isolées [géographiquement ou autrement] entre lesquelles il y a peu d’échanges, c.-à-d. migration réussie de < 1 individu/année)?

Non

Énumérer les populations et donner le nombre d’individus matures dans chacune

Préciser la tendance du nombre de populations (en déclin, stable, en croissance, inconnue).

Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre de populations (ordre de grandeur > 1)?

Menaces (réelles ou imminentes pour les populations ou les habitats)

  1. Perte et dégradation de l’habitat d’hivernage
  2. Perte et dégradation de l’habitat de reproduction dans les régions méridionales du Canada
  3. Utilisation de pesticides

Immigration de source externe :

Modérée

L’espèce existe-t-elle ailleurs (au Canada ou à l’extérieur)?

Oui

Statut ou situation des populations de l’extérieur?

En déclin

Une immigration a-t-elle été constatée ou est-elle possible?

Oui

Des individus immigrants seraient-ils adaptés pour survivre au Canada?

Oui

Y a-t-il suffisamment d’habitat disponible au Canada pour les individus immigrants?

Inconnu

Analyse quantitative

Aucune

Statut existant

COSEPAC
  • Espèce préoccupante (Avril 1994)
  • Espèce préoccupante (Avril 2008)

Statut et justification de la désignation

Statut : Espèce préoccupante

Code alphanumérique : sans objet

Justification de la désignation : L’espèce a subi une diminution de population continue au cours des 40 dernières années, incluant une perte de 23 % au cours des 10 dernières années seulement. La perte et la dégradation de l’habitat dans les aires d’hivernage constituent vraisemblablement les menaces les plus graves, les menaces secondaires étant la perte et la dégradation continues de l’habitat dans les aires de reproduction dans le sud du Canada et l’utilisation de pesticides. L’espèce répond presque aux critères de la désignation « menacée ».

Applicabilité des critères

Critère A (Population globale en déclin) : Le déclin au cours des dix dernières années (23 %) est trop bas pour que l’espèce corresponde au critère de la catégorie « menacée ».

Critère B (Petite aire de répartition, et déclin ou fluctuation) : L’aire de répartition est trop grande.

Critère C (Petite population globale et déclin) : La population est trop grande.

Critère D (Très petite population ou aire de répartition limitée) : La population et l’aire de répartition sont trop grandes.

Critère E (Analyse quantitative) : Aucune.