Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le sclérophore givré au Canada

Habitat

Besoinsen matière d’habitat

Le Sclerophora peronella a été récolté sur l’écorce et le bois de vieux feuillus des genres Acer, Fagus, Fraxinus, Quercus, Sorbus, Tilia et Ulmus, dans des milieux humides et plutôt ombragés, et plus rarement sur le bois d’espèces des genres Alnus, Betula, Fagus, Populus et Malus (Tibell, 1999). Tibell (comm. pers.) note également que « l’espèce pousse habituellement sur des feuillus, en général sur une partie écorcée et creuse d’un tronc vivant, ou plus rarement sur l’écorce. Elle est souvent associée à des forêts anciennes, mais on la trouve également dans des forêts-parcs et en bordure de vieilles forêts de feuillus. »

 Selon Eric Peterson (comm. pers.), le S. peronella « pousse surtout sur de gros troncs de vieux Quercus garryana, dans des savanes claires. Un spécimen a été récolté sur un vieil Acer macrophyllum de grande taille, et un autre dans un milieu assez curieux : un Abies grandis relativement jeune (environ 100 ans) dans un peuplement ancien de douglas. » En se fondant sur les 14 spécimens qu’il a récoltés, Jouko Rikkinen (comm. pers.) affirme que « dans la vallée de la Willamette, en Orégon, l’espèce n’est relativement commune que sur les vieux feuillus. Dans les autres types de forêts, je n’ai trouvé que quelques petites populations, la plupart dans des peuplements ripariens anciens. » Il est important de noter que la région du Canada dont le climat et la végétation ressemblent le plus à ceux de la vallée de la Willamette est la région du Puget Sound du sud-est de l’île de Vancouver, où le Sclerophora peronella n’a jamais été observé, malgré les recherches intensives de Noble (1982).

Le seul spécimen de Colombie-Britannique poussait sur l’écorce, à la base d’un grand peuplier baumier de l’Ouest (Populus trichocarpa), dans une peupleraie riche donnant passablement d’ombre. Les deux spécimens de Nouvelle-Écosse étaient lignicoles et ont été récoltés sur le duramen exposé d’un Acer rubrum vivant, dans un peuplement ancien de forêt décidue nordique.

Le Sclerophora peronella est probablement confiné aux régions maritimes du Canada, en raison de la sensibilité au gel de son symbiote, une algue du genre Trentepohlia.

Tendances en matière d’habitat 

L’habitat de l’espèce, constitué de forêts anciennes situées en région côtière et offrant un environnement stable, est en recul. Par exemple, dans la Région forestière acadienne, où pousse l’espèce en Nouvelle-Écosse, il reste peu de peuplements intacts. L’exploitation forestière est la principale cause de cette perte (World Wildlife Fund, 2000).

À cet égard, la situation est bien meilleure en Colombie-Britannique, où on trouve encore de grandes superficies de forêt ancienne. Bien qu’un seul spécimen de Sclerophora peronella ait été récolté dans cette province, dans un peuplement de peuplier baumier de l’Ouest, les données disponibles semblent indiquer que des forêts plus anciennes de conifères et de feuillus pourraient constituer des habitats pour l’espèce. Compte tenu du petit nombre de spécimens récoltés au Canada au cours des 30 dernières années, il est impossible de dégager une tendance en matière de survie de l’espèce.

Protection etpropriété

Les deux localités de Nouvelle-Écosse qui abritent actuellement le lichen, au mont Sugarloaf et près de la rivière Margaree, se trouvent sur des terres de la Couronne établies en aires de nature sauvage (wilderness areas) et bénéficiant à ce titre d’une protection officielle aux termes de la Wilderness Areas Act de la Nouvelle-Écosse.

La seule localité de Colombie-Britannique abritant le lichen, au lac Kitsumkalum, peut être décrite comme une zone récréative du service provincial des forêts, dont une partie est réservée comme forêt de démonstration pour la coupe du bois à petite échelle, notamment au moyens de chevaux (K. Kriese, comm. pers.). Actuellement, les objectifs officiellement fixés pour ce peuplement ne prévoient pas de protection pour le site de Sclerophora peronella.