Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la situation de la Châtaignier d’Amérique au Canada – Mise à jour

Résumé technique

Castanea dentata

Châtaignier d’Amérique
American chestnut

Répartition au Canada : sud de l’Ontario


Information sur la répartition

Superficie de la zone d’occurrence (km2) [zone d’occurrence calculée à partir d’un peu moins de la moitié de la zone carolinienne de 22 500 km2]
11 000 km2

Préciser la tendance (en déclin, stable, en expansion, inconnue).
Stable

Y a-t-il des fluctuations extrêmes dans la zone d’occurrence (ordre de grandeur > 1)?
Non

Superficie de la zone d’occupation (km2) [zone d’occupation calculée à partir d’une moyenne estimée de 10 hectares ou de 0,1 km2 par site]
12 km2

Préciser la tendance (en déclin, stable, en expansion, inconnue).
En déclin

Y a-t-il des fluctuations extrêmes dans la zone d’occupation (ordre de grandeur > 1)?
Non

Nombre d’emplacements existants (connus ou supposés).
120

Préciser la tendance du nombre d’emplacements.
Probablement en déclin. Davantage de sites connus possiblement grâce à des activités poussées de recherche.

Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre d’emplacements?
Non

Tendance de l’habitat : préciser la tendance de l’aire, de l’étendue ou de la qualité de l’habitat.
En déclin à cause des pertes de forêts


Information sur la population

Durée d’une génération (âge moyen des parents dans la population).
Les arbres en santé peuvent vivre pendant de nombreuses années. Il faut au moins 20 ans pour qu’ils fleurissent, mais la plupart des gros arbres meurent.

Nombre d’individus matures (reproducteurs)au Canada (ou préciser une gamme de valeurs plausibles). [selon le relevé récent de 85 arbres reproducteurs et 16 comptés par l’auteur et Draper, 2002].
Une estimation de 120 à 150 arbres.

Tendance de la population quant au nombre d’individus matures en déclin, stable, en croissance ou inconnue.
Possiblement en déclin

S’il y a déclin, % du déclin au cours des dernières/prochaines dix années ou trois générations, selon la plus élevée des deux valeurs (ou préciser s’il s’agit d’une période plus courte).
>> 50 % dans les derniers 90 ans

Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre d’individus matures (ordre de grandeur > 1)?
Non

La population totale est-elle très fragmentée?
Oui, bon nombre d’individus matures sont isolés et donc ne se reproduisent pas (en raison  d’une autostérilité)

Préciser la tendance du nombre de populations.
Incertain, mais peut-être un léger déclin

Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre de populations (ordre de grandeur >1)?
Non

Énumérer les populations et donner le nombre d’individus matures dans chacune.
101 individus documentés dans 120 sites (les populations n’ont pas toutes été entièrement dénombrées)


Menaces (réelles ou imminentes pour les populations ou les habitats)

  • champignon de la brûlure du châtaignier
  • hybridation avec l’espèce d’Asie Castanea
  • perte générale de l’habitat et fragmentation dans la zone carolinienne


Effet d’une immigration de source externe

Statut ou situation des populations de l’extérieur?
Canada : des arbres ex situ possiblement stables
États-Unis : populations naturelles en danger

Une immigration a-t-elle été constatée ou est-elle possible?
Peu probable

Des individus immigrants seraient-ils adaptés pour survivre au Canada?
Transplantation : oui, si les individus proviennent d’une région appropriée

Y a-t-il suffisamment d’habitat disponible au Canada pour les individus immigrants?
Habitat disponible pour la réintroduction

Peut-il y avoir sauvetage par des populations de l’extérieur?
Non


Analyse quantitative

Non applicable


Statut antérieur

Espèce évaluée par le COSEPAC en 1987 et désignée menacée


Statut et justification de la désignation

Statut : Espèce en voie de disparition
Cote alphanumérique : A4ace; B2ab(ii,iii,iv,v); C2a(i); D1

Justification de la désignation: Autrefois une essence dominante dans les secteurs bien drainés des forêts de feuillus de l'Est, cette espèce a été décimée par la brûlure du châtaignier dans la première moitié du XXe siècle. L'espèce est toujours présente dans la majeure partie de son ancienne aire de répartition, quoique très dispersée et principalement sous forme de rejets émergeant des collets. La plupart des individus succombent à la brûlure avant d'atteindre une taille appréciable et moins de 150 d'entre eux atteignent une taille suffisante pour produire des semences. C'est une espèce à pollinisation croisée et sa production de semences est réduite en raison de l'éloignement entre les individus matures. Les menaces à l'espèce sont la persistance de la brûlure, le vieillissement et l'attrition des collets, la coupe à blanc dans certains sites et l'hybridation avec d'autres espèces.


Applicabilité des critères

Critère A (Population totale en déclin) :
Espèce menacée en vertu du A4ace en raison du fait qu’il y a eu un déclin bien documenté de bien au-delà de 50 % du nombre d’arbres matures au cours des 70 dernières années depuis que la brûlure du châtaigner s’est répandue dans l’ensemble du sud de l’Ontario dans les années 1930 et 1940. Il faut environ 20 ans pour que les châtaigniers puissent atteindre les conditions de fructification, mais ils succombent habituellement à la brûlure lorsqu’ils arrivent à maturité. Les arbres non brûlés vivent plusieurs centaines d’années. Ainsi, 70 ans représentent moins de trois générations. Bien que le châtaignier d’Amérique occupe la plupart de son ancienne aire de répartition, la zone d’occupation a été réduite en raison du fait que les espèces se présentent maintenant comme des individus dispersés et que certaines populations sont disparues du pays. Certaines pertes se produiront à l’avenir en raison de la mortalité des collets.

Critère B (Petite aire de répartition, et déclin ou fluctuation) :
Espèce menacée en raison d’une distribution restreinte, d’une fragmentation et d’un déclin en vertu du B2 (a)+(b, ii-v) avec une zone d’occurrence d’environ 11 000 km2 mais une zone d’occupation d’environ 12 km2. Dangereusement fragmenté compte tenu que seuls 150 individus matures environ sont connus. L’espèce étant autostérile, la pollinisation est très restreinte. On prévoit un déclin continu dans la zone d’occupation et dans le nombre d’emplacements au fur et à mesure que les populations individuelles disparaissent du pays et que le défrichage se poursuit. La qualité de l’habitat forestier est en déclin dans la zone carolinienne en raison de nombreuses causes (fragmentation de la forêt, pollution, réchauffement de la planète, espèces envahissantes, pesticides et maladies). On prévoit que le nombre d’individus matures sera en déclin au fur et à mesure que les porte-greffes individuels vieilliront et mourront, car ils ne seront pas remplacés à partir de graines.

Critère C (Petite population globale et déclin) :
Espèce menacée (C2ai) en raison du petit nombre d’individus qui produisent des fruits (environ 150) et très peu d’individus matures (moins de dix) dans toute la population connue.

Critère D (Très petite population ou répartition limitée) :
Espèce menacée en vertu de D1 en raison du petit nombre d’individus matures.

Critère E (Analyse quantitative) :
Non applicable