Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la situation de la Châtaignier d’Amérique au Canada – Mise à jour

Sommaire biographique des rédacteurs du rapport

John Ambrose a commencé à travailler à l’Arboretum de la University of Guelph en 1974, après avoir obtenu un doctorat en botanique de la Cornell University. Pendant qu’il était conservateur à l’Arboretum, il a mis sur pied un programme d’étude des plantes ligneuses rares de la région carolinienne, dans le sud de l’Ontario, qui comprenait des inventaires, des rapports de situation et des études détaillées de la démographie et de la biologie de la reproduction de différentes espèces. Après avoir passé 17 années à cet endroit, il a occupé le poste de conservateur du département de botanique et de directeur de l’horticulture au zoo de Toronto, où son intérêt croissant pour l’écologie de la restauration des habitats l’a amené à organiser, outre les expositions régulières, des expositions d’habitats naturels reconstitués, et à mettre sur pied un programme de retour à l’état naturel des terres situées en périphérie du zoo. En 1999, il a quitté le zoo afin de donner un nouveau cours sur l’écologie de la restauration des habitats à la University of Guelph. Il travaille maintenant à son propre compte dans le domaine du rétablissement des espèces en péril et fait notamment partie de trois équipes de rétablissement d’essences d’arbres de la forêt carolinienne.


Collections consultées

Nous avons cherché des mentions dans tous les grands herbiers du sud de l’Ontario ainsi que dans les herbiers nationaux à Ottawa; ces mentions ont servi à localiser les populations existantes pour le rapport de situation initial et ont été consignées dans ce rapport. Avec les enregistrements du Centre d’information sur le patrimoine naturel et d’autres observations plus récentes, elles sont à la base du relevé à jour réalisé en 2001-2002.

L’équipe de l’inventaire a passé deux étés sur le terrain à observer les populations connues; l’auteur a consacré plusieurs jours à revoir des sites sélectionnés que l’inventaire n’avait pas faits, et 13 autres jours à un projet sans lien avec le châtaignier, au cours duquel des châtaigniers, dont il est fait état ici, ont été découverts.