Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la situation de la Châtaignier d’Amérique au Canada – Mise à jour

logo du COSEPAC

COSEPAC
Résumé

Châtaignier d’Amérique
Castanea dentata

Information sur l’espèce

Le châtaignier d’Amérique fait partie de la famille des Fagacées. C’est la seule espèce de châtaignier indigène au Canada. Les bords de ses feuilles allongées et longuement atténuées aux deux extrémités sont ornés de grosses dents. Les fleurs forment des chatons constitués de nombreuses fleurs mâles minuscules; une grappe de plusieurs fleurs femelles se trouve à la base de certains chatons. Lorsqu’un insecte pollinisateur les féconde avec le pollen d’un autre châtaignier, les fleurs femelles forment des fruits à bogue épineuse renfermant une ou plusieurs châtaignes. Cette espèce était autrefois dominante dans de nombreuses régions des forêts de feuillus de l’est de l’Amérique du Nord, mais l’introduction de la brûlure du châtaignier il y a un siècle a beaucoup réduit ses populations.

 

Répartition

Cette espèce pousse dans tout l’est de l’Amérique du Nord, du sud du Maine jusque dans le Michigan en passant par le sud de l’Ontario, et vers le sud jusque dans la Géorgie et le Mississippi. Des vestiges de populations autrefois nombreuses survivent encore dans la plus grande partie de l’aire de répartition historique du châtaignier dans le sud de l’Ontario ainsi que dans la plupart des États américains se trouvant dans son aire de répartition.

 

Habitat

L’habitat habituel de l’espèce est la forêt de feuillus de terrain élevé sur sol acide sablonneux, pouvant renfermer des chênes rouges, des cerisiers tardifs, des érables à sucre et des hêtres.

 

Biologie

Il s’agit d’une espèce forestière tolérant l’ombre dont les semis ont besoin du couvert d’autres arbres pour bien s’établir. Le même arbre produit à la fois des fleurs mâles et des fleurs femelles depuis la fin du printemps jusqu’au début de l’été. Il est pollinisé par des insectes et la pollinisation croisée est nécessaire pour la production de graines. Les fruits sont produits à l’automne de la même année et sont recherchés par les écureuils, les tamias et de gros oiseaux, qui favorisent la dispersion des graines loin des arbres parents.

 

Taille et tendances des populations

Les populations restantes sont rarement très importantes, étant formées en général d’un seul arbre ou d’un petit groupe d’arbres. On estime qu’il y a à l’heure actuelle de 120 à 150 arbres parvenus à maturité et au moins un millier de petits individus non reproductifs au Canada. On ne sait pas si la situation a notablement changé depuis le milieu des années 1980.

 

Facteurs limitatifs et menaces

L’introduction de la brûlure du châtaignier vers 1904 a dévasté les populations de cette espèce dans toute son aire de répartition naturelle, y compris au Canada dans le sud de l’Ontario. La plupart des individus sont des rejets de souche qui n’atteignent jamais la taille de la fructification. Le croisement possible des châtaigniers indigènes avec des espèces asiatiques découvert pendant les activités de planification du rétablissement pourrait aussi constituer une menace.

 

Importance de l’espèce

Le châtaignier d’Amérique avait des usages diversifiés chez les peuples autochtones : remèdes, aliment de base, matériau de construction, teinture. Les premiers colons se sont vite rendus compte à quel point cet arbre était précieux et s’en sont servi de façons semblables. Son abondante production de fruits nutritifs contribuait aussi largement à l’alimentation de divers mammifères et oiseaux forestiers.

 

Protection actuelle

Cette espèce classée S2 (en péril) par le Centre d’information sur le patrimoine naturel de l’Ontario, mais elle n’a pas encore reçu de statut provincial officiel.