Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le grand héron de la sous-espèce fannini au Canada – Mise à jour

Information sur l'espèce

Mise à jour
Rapport de situation du COSEPAC
sur le
Grand héron
Ardea herodias fannini
sous-espèce fannini
au Canada
2008

Nom et classification

Le Grand Héron (Ardea herodias) appartient à la classe des Oiseaux, à l’ordre des Ciconiiformes et à la famille des Ardéidés. Cette espèce de héron caractéristique des terres humides du sud du Canada est le plus grand échassier d’Amérique du Nord (plus de un mètre de hauteur).

Cinq sous-espèces sont actuellement reconnues (Payne, 1979; Butler, 1992), et deux d’entre elles vivent en Colombie-Britannique. La sous-espèce Ardea herodias herodias occupe tout le Canada méridional à l’est des chaînes de montagnes côtières de la Colombie-Britannique, tandis que la sous-espèce Ardea herodias fannini occupe toute la côte de la Colombie-Britannique à l’ouest de ces montagnes (figure 1).

Description morphologique

Le Grand Héron mesure environ 60 cm de hauteur (le cou courbé), de 97 à 137 cm de longueur et pèse de 2,1 à 2,5 kg (Butler, 1992; idem, 1997). Les ailes sont longues et arrondies, le bec, long et la queue, courte (Butler, 1992; idem, 1997). En vol, le Grand Héron effectue d’amples battements d’ailes à un rythme lent, le cou courbé en forme de « S ». Le plumage est principalement de teinte bleu-gris, et les adultes portent une couronne blanche (Butler, 1992; idem, 1997).

Le Grand Héron du Pacifique diffère de la forme continentale (A.h. herodias) par sa morphologie, son comportement reproducteur et sa physiologie de la reproduction (Butler, 1997). En matière de morphologie, le Grand Héron du Pacifique est plus petit et plus foncé que le A.h. herodias.

Description génétique

Aucune caractérisation génétique des Grands Hérons d’Amérique du Nord n’a été effectuée.

Unités désignables

L’American Ornithologists’ Union (AOU) reconnaît une sous-espèce côtière de Grands Hérons en Colombie-Britannique, nommée Grand Héron du Pacifique (A. h. fannini) dans le présent rapport.

Une récente comparaison taxinomique des hérons a démontré que les individus des îles de la Reine-Charlotte, de la côte nord et du sud-est de l’Alaska ont des tarses plus courts et un plumage plus foncé que les individus de la côte sud (Dickerman, 2004). Les hérons de la côte sud ont une taille intermédiaire entre celle des individus de la côte nord et celle des individus de la Californie (Dickerman, 2004). À la lumière de ces données, Dickerman (2004) a recommandé que la désignation de la sous-espèce fannini soit réservée aux individus des îles de la Reine-Charlotte et de la côte nord adjacente en Colombie-Britannique et en Alaska, et que les hérons de la côte sud soient considérés comme une forme intermédiaire entre la sous-espèce fannini et les hérons de la Californie. Cette recommandation n’a pas été retenue par l’AOU et s’oppose aux définitions actuellement reconnues, basées sur les travaux de Payne (1979) lesquelles étaient également fondées uniquement sur la morphologie. Des recherches génétiques pourraient clarifier le degré de séparation des sous-espèces et leurs limites géographiques.

Le présent rapport porte sur une seule unité désignable, c’est-à-dire la seule sous-espèce côtière de Grands Hérons, conformément à la taxinomie actuellement acceptée par l’AOU.