Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le grand héron de la sous-espèce fannini au Canada – Mise à jour

Répartition

Aire de répartition mondiale

Le Grand Héron niche sur la côte sud de l’Alaska, sur la côte et dans le sud de la Colombie-Britannique, dans le nord de l’Alberta, au centre du Manitoba, dans le sud de l’Ontario et du Québec, au Nouveau-Brunswick, à l’Île-du-Prince-Édouard, en Nouvelle-Écosse, dans tous les États-Unis au sud, sur les côtes du Mexique et dans les îles Galápagos (Butler, 1992). Sa répartition hivernale s’étend depuis la limite sud des régions polaires jusqu’au Panama.

L’aire de répartition du Grand Héron du Pacifique, qui fait l’objet du présent rapport, se restreint à la côte entre le golfe du Prince William en Alaska et Puget Sound dans l’État de Washington (figure 1).

Figure 1. Aire de répartition mondiale du Grand Héron du Pacifique, Ardea herodias fannini

Aire de répartition mondiale du Grand Héron du Pacifique.

Conservation Data Centre de la Colombie-Britannique, 2007.

Aire de répartition canadienne

Au Canada, le Grand Héron du Pacifique est un résident à longueur d'année des côtes nord et sud de la Colombie-Britannique et de ses archipels (p. ex. île de Vancouver et îles de la Reine-Charlotte; figure 2). Son aire de répartition comprend les zones biogéoclimatiques suivantes : zone côtière de la pruche occidentale et zone côtière du douglas taxifolié situées dans un rayon de 10 km des côtes ou des grands cours d’eau (discussion dans la section Habitat). La plupart des colonies de nidification se trouvent dans le détroit de Georgie, au centre de l’aire de répartition de la sous-espèce. On ne dispose de données à long terme sur l’habitat de nidification que pour cette seule région (figure 3). La zone d’occupation est d’environ 188 000 km2, et comprend toutes les terres émergées se trouvant dans la zone biogéoclimatique côtière du douglas taxifolié et la zone biogéoclimatique côtière de la pruche occidentale se trouvant à moins de 10 km soit du littoral ou d’un grand cours d’eau. La zone d’occurrence est d’environ 244 000 km2 et se fonde sur la superficie d’un polygone ayant un nombre minimum de côtés et entourant la totalité de l’aire de répartition canadienne. Environ 59 p. 100 de la zone d’occurrence mondiale se trouve au Canada (environ 128 000 km2 en Alaska et 43 000 km2 dans l’État de Washington).


Figure 2. Aire de répartition canadienne du Grand Héron du Pacifique indiquant la zone d’occupation potentielle (zone ombragée).

Aire de répartition canadienne du Grand Héron du Pacifique (voir description longue ci-dessous).

Description pour la figure 2

La zone d’occupation potentielle est définie comme les terres émergées à l’intérieur des zones biogéoclimatiques côtière du douglas taxifolié et côtière de la pruche occidentale se trouvant à moins de 10 km d’une aire d’alimentation potentielle. Les aires d’alimentation potentielles sont définies comme l’ensemble du littoral et les grands systèmes riverains (Conservation Data Centre de la Colombie-Britannique, 2007).

 


Figure 3. Emplacements confirmés de colonies de nidification de Grands Hérons du Pacifique sur la côte sud de la Colombie-Britannique et l’île de Vancouver, de 1920 à 2005.

Emplacements confirmés de colonies de nidification de Grands Hérons du Pacifique (voir description longue ci-dessous).

Description pour la figure 3

Certains sites de nidification ont été observés dans d’autres secteurs de la côte (p. ex. îles de la Reine-Charlotte), mais ils sont peu nombreux et n’ont pas été inventoriés systématiquement. Les trois grandes régions de la côte sud de la Colombie-Britannique mentionnées dans le présent rapport (île de Vancouver, Sunshine Coast et vallée du bas Fraser) sont indiquées sur la carte (Conservation Data Centre de la Colombie-Britannique, 2007).