Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le phasque de Vlassov (Microbryum vlassovii) au Canada

Information sur l’espèce

Nom et classification

Nom scientifique :

Microbryum vlassovii (Laz.) Zand.

Synonyme :

Phascum vlassovii Laz.

Nom commun :

Phasque de Vlassov

Famille :

Pottiacées

Grand groupe végétal :

Mousses (Musci)

La famille des Pottiacées est nombreuse et diversifiée, et un grand nombre des espèces qui la composent poussent uniquement dans des milieux secs. Cette famille présente des difficultés sur le plan taxinomique et a récemment fait l’objet d’un réexamen approfondi (Zander, 1993). De nouveaux genres ont été créés, et les limites des anciens genres ont été modifiées de manière à exclure certaines espèces ou à en inclure d’autres provenant de genres différents. Le Microbryum vlassovii était auparavant connu sous le nom de Phascum vlassovii Laz. (McIntosh, 1986; idem, 1989). Toutefois, Zander (1993) considère que le genre Phascum est polyphylétique et ne constitue pas un taxon valide. Il fait en outre remarquer que le genre Microbryum est composé d’espèces minuscules caractérisées par :

  1. la présence d’une seule bande ronde à semi-circulaire de cellules à parois épaisses dans la partie centrale de la nervure de la feuille;
  2. une capsule (sporange) apiculée si l’espèce est cléistocarpe (à capsule dépourvue d’opercule permettant la libération des spores);
  3. un péristome (couronne d’appendices en forme de dents bordant l’orifice de la capsule) tronqué et de grande taille par rapport à la capsule, s’il est présent (il est absent chez le Mvlassovii);
  4. une réaction KOH rouge des parties supérieures de la feuille.

Le Microbryum vlassovii est une des quatre espèces antérieurement incluses dans le genre Phascum en Amérique du Nord (Anderson et al., 1990). Les autres espèces de Phascum dont la taxinomie a changé (à la suite de Zander, 1993; nouveaux noms entre parenthèses) sont le Pcuspidatum Hedw. (= Tortula atherodes Zand.), le Pfloerkeanum Web. & Mohr (= Microbryum floerkeanum [Web. & Mohr] Schimp.) et le Phyalinotrichum Card. & Thér. (= Stegoniahyalinotricha [Card. & Thér. ] Zand.). Le Tortula atherodes et le Mfloerkeanum sont également présents au Canada, mais seul le Tatherodes, dont l’aire de répartition est plutôt vaste, est présent dans l’aire de répartition du M.vlassovii (Ireland et al., 1987; Zander, 1999).

Le Microbryum vlassovii diffère du Tortula atherodes (= Phascum cuspidatum) principalement par les prolongements en forme de bouteille que portent les cellules voisines de la nervure, dont les cellules portent d’ailleurs des prolongements semblables. Selon Zander (1993), les feuilles du Phascum cuspidatum prennent une coloration jaune en présence d’une faible concentration de KOH, alors que les celles des Microbryum deviennent rouges.

Description morphologique

La description suivante provient principalement des travaux de McIntosh (1986), de McIntosh et Paige (2001) et de Zander (1993, 1999) ainsi que de l’étude de spécimens. La figure 1 est une illustration composite tirée de Zander (1999) qui montre plusieurs des caractéristiques décrites ci-dessous.

Figure 1. Spores, plante entière, feuilles et coupe transversale de feuille du Microbryum vlassovii. Illustration tirée de Zander (1999); reproduction autorisée par l’illustratrice, P.M. Eckel.

Spores, plante entière, feuilles et coupe transversale de feuille du Microbryum vlassovii

Le Microbryum vlassovii est une petite mousse dressée, mesurant moins de 2 mm de hauteur, qui pousse isolément ou en petites colonies dispersées. Les feuilles matures sont vert pâle à vert jaunâtre (ou doré), d’une longueur d’environ 1 mm, ovées à ovées-lancéolées, généralement plutôt concaves ou en forme de proue vers le sommet. Les marges de la feuille sont fortement recourbées à relativement planes au milieu de la feuille et recourbées à planes vers le sommet. La nervure est brun pâle et souvent plus large près du sommet de la feuille que dans sa partie inférieure; elle est excurrente et forme un long mucron (arête), lisse et souvent orangé, pourvu d’une longue cellule apicale. Les cellules de la face supérieure de la nervure présentent une projection caractéristique qui leur donne une forme en bouteille; cette projection porte elle-même des papilles (bosses semblables à des verrues sur la surface de la feuille).

Les cellules de la partie supérieure de la feuille ont une forme symétrique à assez irrégulière, et leur taille se situe entre 10 et 15 µm. Ces cellules, particulièrement celles adjacentes à la nervure, sont ornementées de manière caractéristique par de grandes projections vides et papilleuses ressemblant à celles des cellules superficielles de la nervure. Les cellules marginales de la feuille sont occasionnellement plus allongées que les cellules laminales adjacentes et elles sont habituellement lisses ou, rarement, faiblement papilleuses. Les cellules sont un peu plus grandes vers le milieu de la feuille. Les cellules basales sont courtes à longues, rectangulaires, lisses, à parois minces. Les rhizoïdes (minces filaments servant à fixer la mousse à son substrat) portent des organes unicellulaires et hémisphériques distinctifs qui pourraient être des « tubercules » et, de ce fait, servir de propagules végétatives (Zander, 1999).

Le Microbryum vlassovii est autoïque, chaque individu comportant à la fois des structures mâles et des structures femelles. Le sporophyte, qui produit les spores, arrive à maturité à la fin de l’hiver ou au printemps; il demeure enfoui parmi les feuilles. Le sommet de la capsule est apiculé (il porte une petite pointe). La capsule, quasi sphérique, ne possède pas d’opercule permettant la libération des spores comme chez la plupart des mousses. C’est plutôt la paroi de la capsule qui se désintègre à mesure que le milieu s’assèche durant l’été. La taille des spores varie de 18 à 25 µm; elles sont légèrement papilleuses.

Il est possible de consulter des illustrations et des clés d’identification supplémentaires dans McIntosh (1986; 1989, illustrations uniquement) et dans Savicz-Ljubitzkaja et Smirnova (1970, en russe seulement).