Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le phasque de Vlassov (Microbryum vlassovii) au Canada

Taille et tendances des populations

Activités de recherche

Les mousses (et les bryophytes en général) ont fait l’objet d’importantes activités de récolte en Colombie-Britannique, et la flore bryophytique d’une vaste partie de la province est aujourd’hui bien répertoriée (figures 3 et figure4). Le centre-sud et le sud-ouest sont deux des zones les plus inventoriées de la province. Les régions sèches du centre-sud de la Colombie-Britannique, en particulier, ont fait l’objet d’intenses relevés au cours des années 1980, dans le cadre d’une thèse de doctorat de T. McIntosh (McIntosh, 1986).

Figure 3. Activités de récolte de mousses en Colombie-Britannique. Chaque cercle pointé représente un lieu de récolte général, non ciblé. Les localités ont été établies à partir des données visant environ 40 p. 100 des spécimens de bryophytes de l’herbier de la University of British Columbia (UBC) ainsi que plusieurs milliers de spécimens conservés à la University of Alberta (ALTA) ou au Devonian Botanic Garden (ALTADBG). Un grand nombre des localités inventoriées par T. McIntosh depuis 1987 ne figurent pas sur la carte.

Activités de récolte de mousses en Colombie-Britannique

En 1997, T. McIntosh a entrepris un relevé supplémentaire des régions arides de la Colombie-Britannique afin de terminer son travail précédent (McIntosh, 1986) et de rédiger un article scientifique décrivant les bryophytes de ces régions, avec des clés d’identification. De 1997 à 2002, il a ainsi inventorié 17 berges lacustres postglaciaires propices dans les régions semi-arides de la province, en vue d’y trouver leMicrobryum vlassovii et d’autres espèces rares. L’inventaire comprenait les berges lacustres situées près de Penticton, de Naramata et de Summerland, dans la vallée de l’Okanagan, ainsi que celles situées près de Merritt, près de Kamloops et près de Spences Bridge (ces toponymes sont indiqués à la figure 4). Aucune nouvelle population deMicrobryumvlassovii n’a été découverte au cours de ces relevés.

Figure 4. Répartition du Microbryum vlassovii au Canada et activités générales de récolte de bryophytes dans la zone biogéoclimatique à graminées cespiteuses. Chaque triangle représente un lieu de récolte général, non ciblé. Les localités ont été établies à partir des données visant environ 40 p. 100 des spécimens de bryophytes de l’herbier de la University of British Columbia (UBC). Un grand nombre des localités inventoriées par T. McIntosh depuis 1987 ne figurent pas sur la carte, mais les localités dont le nom est indiqué correspondent aux secteurs où se trouvent les 17 zones de berges lacustres convenant à l’espèce que T. McIntosh a inventoriées de 1997 à 2002.

Répartition du Microbryum vlassovii au Canada et activités générales de récolte de bryophytes dans la zone biogéoclimatique à graminées cespiteuses.

Le Microbryum vlassovii est une mousse extrêmement discrète, qui peut passer inaperçue dans son habitat étant donné sa faible taille et le fait qu’elle ne pousse que de façon dispersée, isolément ou en petites colonies. Malgré ces caractéristiques, cette mousse n’est pas impossible à détecter. Sa taille et son aspect sont semblables à ceux de nombreuses autres mousses non apparentées, dont les sites sont bien connus et qui sont fréquemment récoltées par des non-spécialistes. En outre, puisque les mousses sont généralement restreintes à un microhabitat très spécialisé, les chercheurs se concentrent généralement sur de tels milieux afin de circonscrire efficacement leurs recherches.

Le Microbryum vlassovii semble restreint à des milieux peu perturbés dont la végétation se situe à un stade précoce de la succession et où la compétition d’autres espèces est faible. Ces types de milieux ne sont pas abondants comparativement à d’autres milieux de l’intérieur aride de la province. T. McIntosh a intensivement inventorié les berges lacustres postglaciaires dans le cadre de ses études de doctorat et à de nombreuses reprises par la suite (toutes les berges lacustres postglaciaires importantes ont ainsi été fouillées à un moment ou l’autre). Plusieurs des autres mousses rares restreintes à ces berges (dont le Grimmia plagiopodia et leCrossidium seriatum, qui sont également de petites mousses discrètes) ont été récoltées ou observées à quelques reprises au cours de ces relevés; toutefois, leMicrobryum vlassovii n’a été observé que deux fois. Le microhabitat de l’espèce semble donc relativement rare dans les berges lacustres postglaciaires.

Les sites potentiels du Microbryum vlassovii ont été définis comme étant séparés par au moins 0,5 km de paysage ne renfermant aucun milieu convenant à l’espèce (étendue d’eau près de Penticton, centre urbain de Kamloops, etc.). L’examen de spécimens représentatifs et l’étude des données existant sur les milieux où pousse l’espèce en Europe et en Asie ont permis à T. McIntosh de conclure que seulement quatre secteurs (versants de vallées), répartis entre deux localités, constituent un habitat potentiel pour le Microbryum vlassovii, soit :

  • les deux versants de la vallée de l’Okanagan, depuis environ 12 km au sud du centre de Penticton jusqu’à 18 km au nord;
  • les deux versants (et principalement le versant sud) de la vallée de la Thompson Sud, depuis environ 18 km à l’ouest du centre de Kamloops jusqu’à environ 20 km à l’est.

T. McIntosh a examiné plus de 75 p. 100 des berges se trouvant dans ces secteurs et y a récolté plus de 300 spécimens de lichens et de mousses. Au début de 2005, il a entrepris un relevé approfondi des berges s’étendant au sud de Summerland (au nord-ouest de Penticton). Plus de 90 p. 100 des milieux propices à l’espèce ont été examinés dans ce tronçon d’environ 4 km, mais l’espèce n’y a pas été observée, malgré la présence de plusieurs milieux propices aux espèces qui lui sont associées.

Abondance

Au cours du récent relevé de l’espèce, seule la population de Penticton a été retrouvée. L’espèce y est très rare; elle n’y formait que deux petites colonies, renfermant respectivement au moins six et au moins deux individus. Au moment d’une récolte antérieure faite à cet endroit (spécimen examiné 2, 1980), l’espèce formait une colonie relativement vaste (2 x 4 cm), et une note sur le sac de récolte indique qu’elle était relativement fréquente.

Fluctuations et tendances

Il n’existe aucune information précise sur les tendances des populations du Microbryum vlassovii en Colombie-Britannique.