Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le esturgeon jaune au Canada – Mise à jour

Répartition

Aire de répartition mondiale

L’aire de répartition historique de l’esturgeon jaune en Amérique du Nord s’étendait depuis l’ouest de l’Alberta jusqu’au bassin hydrographique du Saint-Laurent au Québec, et depuis le bassin hydrographique du sud de la baie d’Hudson jusqu’au bassin du bas Mississippi dans le nord du Mississippi et en Alabama (figures 10 et 11). Peu d’espèces de poissons d’eau douce avaient une distribution géographique aussi étendue en Amérique du Nord. Aujourd’hui, on présume que la répartition et l’abondance de l’espèce ont diminué dans la plupart des parties de son aire de répartition historique aux États-Unis.


Figure 10 : Distribution historique de l’esturgeon jaune en Amérique du Nord

Figure 10 : Distribution historique de l’esturgeon jaune en Amérique du Nord.

Le bassin de la baie d’Hudson est délimité. Les États américains sont colorés en fonction de leur statut selon NatureServe.


Figure 11 : Distribution historique de l’esturgeon jaune en Ontario indiquant les principaux systèmes riverains du nord de la province

Figure 11 : Distribution historique de l’esturgeon jaune en Ontario indiquant les principaux systèmes riverains du nord de la province.

Adapté de Ferguson et Duckworth [1997]).


Aire de répartition canadienne

L’aire de répartition canadienne de l’esturgeon jaune englobe des rivières se jetant dans la baie d’Hudson et les Grands Lacs, ainsi que des lacs et des rivières de l’intérieur des terres en Alberta, en Saskatchewan, au Manitoba, en Ontario et au Québec (figures 7 à 12). La portion nord de l’aire de répartition canadienne s’étend (au moins) de la rivière Churchill, du côté ouest de la baie d’Hudson, au nord‑ouest, jusqu’à la Grande Rivière, du côté est de la baie d’Hudson, au nord-est (Harkness et Dymond, 1961; Scott et Crossman, 1998). Gruchy et Parker (1978), Scott et Crossman (1998), ainsi que Stewart et Watkinson (2004) ont établi, d’après les données de Harkness et Dymond (1961), que la rivière Seal constituait la limite nord de la répartition de l’espèce du côté ouest de la baie d’Hudson. Cependant, Harkness et Dymond (1961) ne fournissent aucune occurrence d’enregistrements dans la rivière Seal, et une incertitude persiste quant à l’existence de l’espèce au nord de la rivière Churchill. Ni le Musée royal de l’Ontario ni le Musée canadien de la nature ne détiennent de spécimen d’esturgeon jaune provenant de la rivière Seal (B. Franzin, Division des sciences de l’environnement, ministère des Pêches et des Océans, Institut des eaux douces, Winnipeg, Manitoba, comm. pers.; D. MacDonell, North/South Consultants, Winnipeg, Manitoba, comm. pers.).

La partie sud de l’aire de répartition canadienne s’étend depuis la rivière Saskatchewan-Sud dans l’ouest de l’Alberta (McLeod et al., 1999) jusqu’au fleuve Saint-Laurent à Saint-Roch-des-Aulnaies, environ 125 km en aval de la ville de Québec (Scott et Crossman, 1998). L’esturgeon jaune est également présent dans le cours inférieur des grandes rivières se jetant dans le fleuve Saint-Laurent, à l’ouest de la limite des eaux salées (p. ex. rivières L’Assomption, Richelieu, Saint-François, Saint-Maurice, Batiscan et Chaudière). L’esturgeon jaune et l’esturgeon noir cohabitent dans le cours supérieur du fleuve Saint-Laurent, entre le lac Saint-Pierre et la limite des eaux salées.


Figure 12 : Distribution historique de l’esturgeon jaune au Québec indiquant les rivières du nord de la province

Figure 12 : Distribution historique de l’esturgeon jaune au Québec indiquant les rivières du nord de la province (adapté de Ferguson et Duckworth [1997]).

Adapté de Ferguson et Duckworth [1997].