Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Magnolia acuminé (Magnolia acuminata L.)

ADDENDA

Réponses des compétences

 

Government of Ontario

 

Accusé de réception du Programme de rétablissement

du magnolia acuminé au Canada (mai 2006)

par le ministère des Richesses naturelles de l’Ontario

au nom de la province de l’Ontario

Le présent programme de rétablissement du magnolia acuminé a été préparé par les membres de l’Équipe de rétablissement du magnolia acuminé en collaboration avec le Service canadien de la faune (SCF) et le ministère des Richesses naturelles de l’Ontario (MRNO). Il contient des avis présentés aux compétences responsables concernant les buts, les approches et les objectifs en matière de rétablissement qui sont recommandés pour la protection et le rétablissement de l’espèce. Il ne représente pas nécessairement les opinions personnelles de tous les membres de l’équipe de rétablissement, ni les positions officielles des organismes auxquels sont associés les membres individuels de l’équipe. Les buts, les objectifs et les approches en matière de rétablissement énoncés dans le programme sont fondés sur les meilleures connaissances existantes et peuvent être modifiés à la lumière de nouvelles découvertes ou en raison de la modification d’objectifs. La mise en œuvre du plan est soumise aux politiques, aux autorisations, aux priorités et aux contraintes budgétaires des compétences et des organismes participants.

Document reçu par : Cameron Mack

Directeur, Direction de la pêche et de la faune

Division de la gestion des richesses naturelles

Ministère des Richesses naturelles de l’Ontario

Au nom de la province de l’Ontario

Date : Juillet 2006

Espèces en péril – Agir aujourd’hui pour qu’elles vivent demain

DÉCLARATION D’ENVIRONNEMENT CANADA

Le présent programme de rétablissement a été préparé en collaboration avec les compétences responsables du magnolia acuminé. Environnement Canada a revu le document et l’accepte comme son programme de rétablissementdu magnolia acuminé tel que l’exige la Loi sur les espèces en péril. Ce programme de rétablissement représente également un avis à l’intention des autres compétences et organisations qui pourraient participer au rétablissement de l’espèce.

Les buts, objectifs et approches de rétablissement présentés dans ce programme sont fondés sur les meilleures connaissances existantes et peuvent faire l’objet de modifications découlant de nouveaux résultats et d’objectifs révisés.

Le présent programme de rétablissement constituera la base d’un ou de plusieurs plans d’action qui présenteront en détail les mesures de rétablissement précises qui doivent être prises pour appuyer la conservation et le rétablissement de l’espèce. Le ministre de l’Environnement rendra compte des progrès réalisés d’ici cinq ans.

La réussite du rétablissement de l’espèce dépendra de l’engagement et de la collaboration d’un grand nombre de parties concernées qui participeront à la mise en œuvre des recommandations formulées dans le présent programme. Cette réussite ne pourra reposer seulement sur Environnement Canada ou toute autre compétence. Dans l’esprit de l’Accord pour la protection des espèces en péril, le ministre de l’Environnement invite toutes les compétences responsables ainsi que les Canadiennes et les Canadiens à se joindre à Environnement Canada pour appuyer le programme et le mettre en œuvre, pour le bien du magnolia acuminé et de l’ensemble de la société canadienne.

ÉVALUATION ENVIRONNEMENTALE STRATÉGIQUE

Une évaluation environnementale stratégique (EES) est effectuée dans le cadre de tous les documents de planification du rétablissement en vertu de la LEP conformément à la Directive du Cabinet de 1999 sur l'évaluation environnementale des projets de politiques, de plans et de programmes. L’objet de l’EES est d’incorporer les considérations environnementales à l’élaboration des projets de politiques, de plans et de programmes publics pour appuyer une prise de décisions éclairées du point de vue de l’environnement.

La planification du rétablissement vise à favoriser les espèces en péril et la biodiversité en général. Il est cependant reconnu que des programmes peuvent, par inadvertance, produire des effets environnementaux qui dépassent les avantages prévus. Le processus de planification fondé sur des lignes directrices nationales tient directement compte de tous les effets environnementaux, notamment des incidences possibles sur les espèces ou les habitats non ciblés. Les résultats de l’EES sont directement inclus dans le programme lui-même, mais également résumés ci-dessous.

Le présent programme de rétablissement favorisera clairement l’environnement en encourageant le rétablissement du magnolia acuminé. La possibilité que le programme produise par inadvertance des effets négatifs sur d’autres espèces a été envisagée. Il faudra définir la forme et la taille des ouvertures avant de formuler des recommandations, et il sera également important d’envisager les impacts, tant positifs que négatifs, que de telles mesures de gestion pourraient avoir sur d’autres espèces de l’écosystème forestier. Étant donné que la majorité des stratégies générales portent sur l’amélioration de la connectivité de l’habitat, l’EES a permis de conclure que le présent programme sera clairement favorable à l’environnement et n’entraînera pas d’effets négatifs significatifs.

RÉSIDENCE

La LEP définit la résidence comme suit : Gîte -- terrier, nid ou autre aire ou lieu semblable --occupé ou habituellement occupé par un ou plusieurs individus pendant tout ou partie de leur vie, notamment pendant la reproduction, l’élevage, les haltes migratoires, l’hivernage, l’alimentation ou l’hibernation [Paragraphe 2(1)].

Les descriptions de la résidence ou les raisons pour lesquelles le concept de résidence ne s’applique pas à une espèce donnée sont publiées dans le Registre public de la LEP :

www.registrelep.gc.ca/plans/residence_f.cfm.

HABITAT ESSENTIEL

Protection et régime foncier de l’habitat

Le magnolia acuminé est inscrit comme espèce en voie de disparition en vertu de la Loi sur les espèces en péril et est réglementé en vertu de la Loi sur les espèces en voie de disparition de l’Ontario, ce qui donne une protection à l’individu et à son habitat. La Déclaration de principe provinciale (DPP) de l’Ontario offre également une protection en ne permettant pas l’aménagement ou la modification du site dans son habitat important. Quatre des populations ont également été désignées comme zones d’intérêt naturel et scientifique (ZINS). Trois d’entre elles sont régionales et l’autre est provinciale; toutefois, seule la ZINS provinciale bénéficie d’une protection en vertu de la DPP.

Tous les propriétaires fonciers privés et l'Office de protection de la nature de la région de Long Point ont été rejoints en 1998 dans le cadre de la Loi sur les espèces en voie de disparition et le Programme d’encouragement fiscal pour les terres protégées qui y est associé. D’autres propriétaires fonciers ont été rejoints en 2003-2004.

Tel que résumé dans le tableau 3, les populations du magnolia acuminé se trouvent dans un grand nombre de propriétés du comté de Norfolk et de la municipalité régionale de Niagara. Cependant, parmi ces douze populations, seulement six sont actuellement désignées comme habitat essentiel. Il s’agit des suivantes :

Comté de Norfolk:

  1. Parcelle Smith et propriétés adjacentes(Office de protection de la nature de la région de Long Point)
  2. Shining Tree Woods (NANPS - North American Native Plant Society)
  3. Réserve nationale de faune de Long Point(Environnement Canada, Service canadien de la faune)

Municipalité régionale de Niagara :

  1. ZINS régionale de North Fenwick Footslope Forest(privée)
  2. Boisé de Fenwick Slough Forest (privé)
  3. ZINS régionale de Northwest Fenwick Forest (privée)

La population située dans la Réserve nationale de faune de Long Point se situe sur une propriété fédérale, et est considérée comme étant protégée (McKeating, 1983); toutefois, des relevés précis ainsi que la cartographie de l’habitat essentiel demeurent requis. Ce site sera protégé en vertu du paragraphe 58(3) de la LEP dans les 90 jours suivant la publication, dans la Gazette du Canada, de la description de l’habitat essentiel se trouvant dans la Réserve nationale de faune.

En vertu du paragraphe 58(2) de la LEP, le ministre de l’Environnement est tenu de publier cette description dans la Gazette du Canada dans les 90 jours suivant sa désignation dans le Registre public de la LEP.

L’Office de protection de la nature de la région de Long Point a été pleinement engagé dans le processus de planification du rétablissement, et la propriété est gérée en toute connaissance de la présence du magnolia acuminé.

Shining Tree Woods est la propriété de la North American Native Plant Society et est gérée par cette dernière qui s’est engagée dans le processus de planification du rétablissement. La propriété est gérée conformément aux stratégies présentées dans le programme de rétablissement.

Les deux populations restantes se trouvent sur des propriétés privées, dont deux sont également désignées comme étant zones d’intérêt naturel et scientifique (ZINS) régionales.

Calendrier des études   

Environnement Canada est responsable de la cartographie de l’habitat essentiel dans la Réserve nationale de faune de Long Point. De plus, Environnement Canada travaillera en collaboration avec la province de l’Ontario pour assurer que le calendrier des études soit terminé, dans la mesure du possible, avant l’échéance prévue pour l’achèvement du plan d’action.

Tableau A.1.  Calendrier des études 

Description des activités de recherche Résultat escomptéÉchéancier estimé
Cartographier l’habitat essentiel dans la Réserve nationale de faune de Long Point.Obtenir une désignation et une cartographie précises de l’habitat essentiel afin de répondre aux exigences de la LEP en matière d’habitat essentiel sur les réserves nationales de faune.Janvier 2008
Cartographier l’habitat essentiel si les ressources le permettent sur d’autres terres publiques.Obtenir une désignation et une cartographie précises de l’habitat essentiel afin de répondre aux exigences de la LEP en matière d’habitat essentiel.2 ans
Déterminer les paramètres démographiques (taux de survie, de recrutement, de dispersion), leurs tendances et leurs fluctuations.Recueillir l’information nécessaire pour réaliser une analyse de la viabilité de la population.3 ans
Réaliser une analyse de la viabilité de la population.Déterminer la viabilité de la population dans les conditions actuelles et contribuer à l’évaluation du nombre d’individus et de la quantité d’habitat requis pour atteindre la viabilité.2 ans
Définir plus en détail les besoins du magnolia acuminé en matière d’habitat à toutes les étapes de son cycle biologique.Contribuer à repérer l’habitat potentiel pour une expansion de la population (au besoin).3 ans
Achever la modélisation de l’habitat.Raffiner la désignation de l’habitat essentiel ainsi que sa cartographie.1 an

Références

McKeating, G. 1983. Management plan: Long Point National Wildlife Area, Service canadien de la faune, Environnement Canada, Ontario.