Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le rosier sétigère au Canada – Mise à jour Addenda

Facteurs limitatifs et menaces et Importance de l'espèce

Facteurs limitatifs et menaces

Depuis le rapport de 1984, quatre sites sont entièrement disparus, ou presque, par l’effet d’une expansion urbaine incompatible avec les exigences de l’espèce. D’autres ont été détruits ou sont menacés par une gestion du milieu qui ne tient pas compte du patrimoine naturel. Quelques populations qui se trouvaient en bordure de la voie ferrée sont maintenant en déclin, du fait que l’emprise a été transformée en sentier et que la végétation, n’étant plus tenue en échec, envahit et transforme l’habitat de l’espèce. La succession végétale a de même réduit une des principales populations à quelques individus sénescents (site 19, Malden), et d’autres petites populations subissent le même sort.

Importance de l'espèce

Au Canada, le Rosa setigera est restreint à l’extrême Sud‑Ouest de l’Ontario, dans le comté d’Essex et les comtés limitrophes. L’espèce, dont les fleurs sont très attrayantes, est le seul rosier grimpant indigène au Canada et un des rares rosiers dioïques. Aucun usage médicinal n’est mentionné pour ce rosier dans la Native American Ethnobotany Database. Par contre, de nombreuses autres espèces de rosiers ont été utilisées pour soigner divers malaises, et on peut penser que le rosier sétigère avait des usages apparentés.

Le Rosa setigera se trouve parfois dans des pépinières spécialisées en plantes indigènes.