Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le rosier sétigère au Canada – Mise à jour Addenda

L'auteure, Experts consultés et Collections examinées

L'auteure

John Ambrose a commencé à travailler à l’Arboretum de la University of Guelph en 1974, après avoir obtenu un doctorat en botanique de la Cornell University. Pendant qu’il était conservateur à l’Arboretum, il a mis sur pied un programme d’étude des plantes ligneuses rares de la région carolinienne du Sud d’Ontario, qui comprenait des inventaires, des rapports de situation et des études détaillées de la démographie et de la biologie de reproduction de différentes espèces. Après 17 années de service à l’Arboretum, il a occupé le poste de conservateur du département de botanique et directeur du département d’horticulture au zoo de Toronto, où son intérêt croissant pour la restauration des habitats naturels l’a amené à organiser, en plus des expositions régulières, des expositions d’habitats naturels reconstitués et à mettre sur pied un programme de remise à l’état d’origine des terres situées en périphérie du zoo. Il a quitté le zoo en 1999 afin d’enseigner un nouveau cours sur la restauration des habitats naturels à la University of Guelph. Aujourd’hui, il travaille à son propre compte dans le domaine du rétablissement des espèces en péril; il fait notamment partie de trois équipes travaillant au rétablissement des espèces forestières caroliniennes.

Experts consultés

L’auteur a obtenu de Mike Oldham l’information sur l’espèce contenue dans la base de données du Centre d’information sur le patrimoine naturel de l’Ontario. Paul Pratt a fourni de l’information sur les observations récentes dans le parc Ojibway Prairie et les aires naturelles environnantes, ainsi qu’un sommaire des mentions de l’Office de protection de la nature de la région d’Essex pour les aires naturelles de la région de Windsor (1992). Gerry Waldron a fourni de l’information sur les observations récentes de l’espèce dans le comté d’Essex.

Collections examinées

Étant donné l’information contenue dans la base de données du Centre d’information sur le patrimoine naturel de l’Ontario (Centre d’information sur le patrimoine naturel [CIPN], 2000) et dans le premier rapport de situation du Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) sur l’espèce (Ambrose, 1984), il a été décidé de concentrer la recherche sur les populations les plus représentatives, en particulier celles ayant fait l’objet d’un dénombrement. La situation concernant la densité des populations, la reproduction et les menaces a été comparée avec la situation antérieure. Dix-huit mentions répertoriées par le Centre d’information sur le patrimoine naturel n’ont pas été vérifiées. Les 15 mentions pour la région de Windsor répertoriées en 1992 par l’Office de protection de la nature de la région d’Essex n’ont pas non plus été vérifiées, pour la simple raison que le rapport m’est parvenu après l’achèvement des travaux sur le terrain. La présente évaluation de la situation de l’espèce a nécessité environ 43 heures‑personnes de travail sur le terrain.