Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le rosier sétigère au Canada – Mise à jour Addenda

Renseignements révisés pour le résumé technique
préparés par le
Sous-comité de spécialistes des plantes vasculaires du COSEPAC
pour le
rosier sétigère
Rosa setigera

(en se fondant sur l’addenda présenté par le ministère des Richesses naturelles de l’Ontario)

Faits :

  • Arbuste vivace des habitats dégagés, opportuniste et capable de s’adapter à divers sites, mais enclin à disparaître sur des sites sujets à l’ombragement à cause de changements dans les stades de succession.
  • Actuellement répertorié dans 82 à 99 sites canadiens existants (en 2002) sur un total de 104 sites existants et historiques; 33 sites considérés existants en 1986.
  • Répertorié par son occurrence dans de nombreuses aires naturelles et de nombreux sites protégés.
  • Les dénombrements actuels d’arbustes matures, d’après les données de 2002 pour une partie seulement de l’aire de répartition de l’espèce, atteignent au total 491 bouquets, dont 443 en fleurs. Ces chiffres se comparent à une estimation de 125 à 150 bouquets dans la mise à jour du rapport rédigée d’après les travaux effectués sur le terrain en 2001, année de sécheresse où la floraison a été apparemment réduite et où les arbustes n’ont pas été décelés facilement.
  • Aucun déclin global n’a été démontré dans la population canadienne, même si l’on a enregistré des disparitions de sites historiques, si des habitats de prairie d’origine ont vu leur taille historique nettement réduite et si on a constaté des pertes et des déclins récents dans des populations individuelles; on connaît cependant actuellement davantage de sites que ceux qui ont été répertoriés dans le rapport de situation initial, vraisemblablement à partir de relevés plus intensifs.
  • La zone d’occurrence couvre environ 3 200 km2.
  • La zone d’occupation couvre peut-être 20 km2 ou davantage.
  • Parmi les menaces, citons l’aménagement des terres (surtout dans la région de Windsor), les changements dans les stades de succession des habitats dégagés, la gestion inappropriée des aires de conservation et des bords de chemins, l’utilisation récréative non réglementée des véhicules tout-terrain (VTT) et la présence d’arbustes exotiques envahissants.

logo du COSEPAC
Mandat, composition et définitions du COSEPAC


Mandat du COSEPAC

Le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) détermine le statut, au niveau national, des espèces, des sous-espèces, des variétés et des populations sauvages  canadiennes importantes qui sont considérées comme étant en péril au Canada. Les désignations peuvent être attribuées à toutes les espèces indigènes des groupes taxinomiques suivants : mammifères, oiseaux, reptiles, amphibiens, poissons, lépidoptères, mollusques, plantes vasculaires, mousses et lichens.


Composition du COSEPAC

Le COSEPAC est composé de membres de chacun des organismes fauniques des gouvernements provinciaux et territoriaux, de quatre organismes fédéraux (Service canadien de la faune, Agence Parcs Canada, ministère des Pêches et des Océans, et le Partenariat fédéral sur la biosystématique, présidé par le Musée canadien de la nature), de trois membres ne relevant pas de compétence, ainsi que des coprésident(e)s des sous-comités de spécialistes des espèces et des connaissances traditionnelles autochtones. Le Comité se réunit pour étudier les rapports de situation des espèces candidates.


Définitions

Espèce
Toute espèce, sous-espèce, variété ou population indigène de faune ou de flore sauvage géographiquement définie.

Espèce disparue (D)
Toute espèce qui n’existe plus.

Espèce disparue du Canada (DC)
Toute espèce qui n’est plus présente au Canada à l'état sauvage, mais qui est présente ailleurs.

Espèce en voie de disparition (VD)Note de bas de page 1
Toute espèce exposée à une disparition ou à une extinction imminente.

Espèce menacée (M)
Toute espèce susceptible de devenir en voie de disparition si les facteurs limitatifs auxquels elle est exposée ne sont pas renversés.

Espèce préoccupante (P)Note de bas de page 2
Toute espèce qui est préoccupante à cause de caractéristiques qui la rendent particulièrement sensible aux activités humaines ou à certains phénomènes naturels.

Espèce non en péril (NEP)Note de bas de page 3
Toute espèce qui, après évaluation, est jugée non en péril.

Données insuffisantes (DI)Note de bas de page 4
Toute espèce dont le statut ne peut être précisé à cause d’un manque de données scientifiques.

 

Service canadien de la faune

Le Service canadien de la faune d’Environnement Canada assure un appui administratif et financier complet au Secrétariat du COSEPAC.

Le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) a été créé en 1977, à la suite d’une recommandation faite en 1976 lors de la Conférence fédérale-provinciale sur la faune. Le comité avait pour mandat de réunir les espèces sauvages en péril sur une seule liste nationale officielle, selon des critères scientifiques. En 1978, le COSEPAC (alors appelé CSEMDC) désignait ses premières espèces et produisait sa première liste des espèces en péril au Canada. Les espèces qui se voient attribuer une désignation lors des réunions du comité plénier sont ajoutées à la liste.

 

Notes de bas de page

Note de bas de page 1

Appelée « espèce en danger de disparition » jusqu’en 2000.

Retour à la référence de la note de bas de page 1

Note de bas de page 2

Appelée « espèce rare » jusqu’en 1990, puis « espèce vulnérable » de 1990 à 1999.

Retour à la référence de la note de bas de page 2

Note de bas de page 3

Autrefois « aucune catégorie » ou « aucune désignation nécessaire ».

Retour à la référence de la note de bas de page 3

Note de bas de page 4

Catégorie « DSIDD » (données insuffisantes pour donner une désignation) jusqu’en 1994, puis « indéterminé » de 1994 à 1999.

Retour à la référence de la note de bas de page 4