Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le scinque pentaligne (population carolinienne et population des Grands Lacs et du Saint-Laurent) au Canada - Mise à jour

Résumé technique: Population carolinienne

Eumeces fasciatus – Population carolinienne

Scinque pentaligne– Five-lined skink

Répartition au Canada :

Sud-ouest de l’Ontario

Information sur la répartition

Superficie de la zone d’occurrence (km²) au Canada
3 946 km²
Préciser la tendance (en déclin, stable, en croissance, inconnue).
En déclin
Y a-t-il des fluctuations extrêmes dans la zone d’occurrence (ordre de grandeur > 1)?
Non
Superficie de la zone d’occupation (km²)
88 km²
Préciser la tendance (en déclin, stable, en croissance, inconnue).
En déclin
Y a-t-il des fluctuations extrêmes dans la zone d’occupation (ordre de grandeur > 1)?
Non
Nombre d’emplacements actuels connus ou inférés.
5
Préciser la tendance du nombre d’emplacements (en déclin, stable, en croissance, inconnue).
En déclin
Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre d’emplacements (ordre de grandeur > 1)?
Non
Tendances en matière d’habitat : préciser la tendance de l’aire, de l’étendue ou de la qualité de l’habitat (en déclin, stable, en croissance ou inconnue).
En déclin

Information sur la population

Durée d’une génération (âge moyen des parents dans la population : indiquer en années, en mois, en jours, etc.).
2 ans
Nombre d’individus matures (reproducteurs) au Canada (ou préciser une gamme de valeurs plausibles).
1 495 (selon la Neestimée)
Tendance de la population quant au nombre d’individus matures en déclin, stable, en croissance ou inconnue.
En déclin
S’il y a déclin, % du déclin au cours des dernières/prochaines dix années ou trois générations, selon la plus élevée des deux valeurs (ou préciser s’il s’agit d’une période plus courte).
Inconnu
Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre d’individus matures (ordre de grandeur > 1)?
Inconnu
La population totale est-elle très fragmentée (la plupart des individus se trouvent dans de petites populations, relativement isolées [géographiquement ou autrement] entre lesquelles il y a peu d’échanges, c.-à-d. migration réussie de < 1 individu/année)?
Oui
Préciser la tendance du nombre de populations (en déclin, stable, en croissance, inconnue).
En déclin
Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre de populations (ordre de grandeur > 1)?
Non
Énumérer les populations et donner le nombre d’individus matures dans chacune :
  • parc national de la Pointe-Pelée
  • parc provincial Rondeau
  • parc provincial Pinery (?)
  • marécage Oxley Poison Sumac (?)
  • île Walpole (?)

Menaces (réelles ou imminentes pour les populations ou les habitats)

  • perte et dégradation de l’habitat
  • dégradation du microhabitat
  • braconnage
  • Déprédation par le taux élevé des populations de ratons laveurs et de coyotes ainsi que par les chiens et les chats
  • mortalité sur les routes

Effet d’une immigration de source externe

Statut ou situation des populations de l’extérieur?
États-Unis : espèce en sécurité (Secure). Variable selon les États, mais moins en sécurité (less secure) parmi les États du nord.
Une immigration a-t-elle été constatée ou est-elle possible?
Non
Des individus immigrants seraient-ils adaptés pour survivre au Canada?
Inconnu
Y a-t-il suffisamment d’habitats disponibles au Canada pour les individus immigrants?
Inconnu
La possibilité d’une immigration de populations externes existe-t-elle?
Peu probable

Analyse quantitative

Sans objet

Statut existant

COSEPAC : espèce préoccupante (1998); population carolinienne, en voie de disparition (2007)

Statut et justification de la désignation

Statut : Espèce en voie de disparition
Code alphanumérique :  B1+2 ab (i,ii,iii,iv,v)
Justification de la désignation: Il s’agit de la seule espèce de lézard dans l’est du Canada. La population carolinienne ne se trouve que dans 4 ou 5 petites populations entièrement isolées sur les rives des lacs Érié, Sainte-Claire et Huron. Les menaces qui pèsent sur ce scinque comprennent la perte et la dégradation du microhabitat, la capture illégale, la déprédation accrue par les ratons laveurs, les coyotes, les chiens et les chats, ainsi qu’une mortalité accrue sur les routes. Si une population disparaît, il n’existe aucune possibilité de recolonisation naturelle en raison de l’isolement.

Applicabilité des critères

  • Critère A (Population globale en déclin) : Déclin d’environ 60 %, mais sur plus de 3 générations.
  • Critère B (Petite aire de répartition, et déclin ou fluctuation) : Zone d’occurrence et zone d’occupation petites; 4 ou 5 populations très isolées les unes des autres et très fragmentées; déclin de la zone d’occurrence, de la zone d’occupation, de l’habitat, du nombre d’emplacements et du nombre d’individus.
  • Critère C (Petite population globale et déclin) : Population globale petite et nombre de populations en déclin, mais il existe au moins une population de plus de 250 individus adultes, et la seule population dont on a assuré un suivi a subi un déclin de 20 % sur une période de 5 ans.
  • Critère D (Très petite population ou aire de répartition limitée) : Pourrait correspondre au critère de la catégorie « espèce menacée », D2.
  • Critère E (Analyse quantitative) : Sans objet.