Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le Lotier à feuilles pennées au Canada

Importance de l'espèce

Au Canada, le Lotus pinnatus ne fait actuellement l’objet d’aucune exploitation connue. Une société semencière des États-Unis en offre les semences sur Internet (Fraser, comm. pers., 2003), sans doute à des fins horticoles ou pour la remise en état des terrains perturbés. La plante mériterait d’être analysée quant à la présence possible de substances médicinales. En effet, dans le sud de la Californie, les Kumeyaays utilisaient autrefois contre la toux une décoction de feuilles de Lotus scoparius. Ces feuilles étaient également utilisées pour nourrir les animaux domestiques et, en mélange avec des aiguilles de pin séchées, pour tapisser les fosses servant à rôtir le yucca. Les Kumeyaays employaient aussi le L. scoparius comme matériau de construction, pour la confection de toits de chaume (Southwest Centre for Environmental Research and Policy, 2003). Guard (1995) signale par ailleurs que les graines et les feuilles du L. pinnatus constituent une nourriture pour divers animaux sauvages et que les graines sont particulièrement importantes pour les colins et pour certains petits mammifères.

Les populations de Lotus pinnatus de Colombie-Britannique sont situées à la limite nord de la répartition mondiale de l’espèce. Or, on sait que les populations périphériques isolées sont souvent génétiquement et morphologiquement distinctes des populations centrales de l’espèce. Il est donc peut-être essentiel que ces populations périphériques soient conservées pour que l’espèce puisse s’adapter aux changements écologiques et donc survivre à long terme (Lesica et Allendorf, 1995).

Comme les populations de Lotus pinnatus des plaines Harewood forment une série de sous-populations entre lesquelles les croisements sont possibles et comme ces populations constituent le noyau de l’aire de répartition de l’espèce dans la province, elles sont particulièrement importantes et dignes de conservation. Avant d’introduire une population d’espèce rare, il faut obtenir des données précises sur les besoins écologiques de cette espèce, afin de s’assurer que la population introduite pourra persister. La protection des plus grandes populations existant déjà dans l’aire de répartition de l’espèce est donc nécessaire au maintien de sa diversité génétique et à sa persistance à long terme. Ces grandes populations constituent en outre des sources de graines permettant la dissémination de l’espèce vers les milieux disponibles.

Les prés de graminées où pousse le Lotus pinnatus forment un écosystème unique, qui s’est établi dans des sols à régime hydrique particulier qui n’existent pas ailleurs au Canada. Cet écosystème abrite un ensemble unique d’espèces végétales, dont plusieurs sont devenues rares. Les complexes de prés de graminées ainsi que les espèces indigènes qui y sont associées ont disparu d’une grande partie de la superficie qu’ils occupaient autrefois, dans tout l’ouest de l’Amérique du Nord (Guard, 1995).