Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur l’omble de fontaine aurora au Canada - Mise à jour

Biologie

Potentiel reproductif

L’omble de fontaine aurora fraye à la fin octobre et au début novembre, lorsque la température de l’eau est inférieure à 8 °C. L’espèce atteint la maturité sexuelle entre 2+ et 4+ ans. La longévité maximale connue est de 9 ans. La fraye aurait lieu chaque année après que les poissons ont atteint la maturité sexuelle. Le nombre d’œufs produits par l’omble de fontaine femelle mature dépend de la taille. La taille des femelles matures dans les lacs natals variait entre 335 et 458 mm (longueur à la fourche). Un omble de fontaine femelle de cette taille produit habituellement entre 1 000 œufs (325 mm de longueur à la fourche) et 3 000 œufs (470 mm de longueur à la fourche) (Vladykov, 1956).


Déplacements de l’espèce

Les besoins thermiques de l’omble de fontaine aurora seraient semblables à ceux des autres ombles de fontaine (voir par exemple Sale, 1962). Ces derniers vivent généralement dans des eaux dont la température est inférieure à 20 °C; lorsque la température monte, ils cherchent les zones d’eau plus froide en modifiant leur distribution verticale ou en occupant des sources d’eau souterraine (Scott et Crossman, 1973; Power, 1980). Au moment de la fraye, l’omble de fontaine aurora recherche les zones de remontée d’eau souterraine pour y creuser son nid.


Comportement et adaptabilité

Il faut un pH d’au moins 5,0 pour assurer le succès de la reproduction et le maintien de populations autosuffisantes (Beggs et Gunn, 1986). Un petit nombre des ombles de fontaine aurora ensemencés dans le lac Whirligig à la fin des années 1980, alors que le lac était encore très acide (pH de 4,8), ont survécu; ils ont cependant subi un stress physiologique, n’ont pas réussi à se reproduire et ont vu leur longévité abrégée.

Les lieux de fraye identifiés à ce jour se trouvent tous sur des sources d’eau souterraine, ce qui est typique de l’omble de fontaine du Bouclier canadien (Noakes et Curry, 1995). Selon nous, l’échec de la reproduction des ombles de fontaine aurora ensemencés dans la plupart de lacs non natals serait dû à l’absence de sources d’eau souterraine convenables pour la fraye dans ces lacs.