Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur l’omble de fontaine aurora au Canada - Mise à jour

logo du COSEPAC

COSEPAC
Résumé

Omble de fontaine aurora
Salvelinus fontinalis timagamiensis

Description

L’omble de fontaine aurora est une sous-espèce de l’omble de fontaine (Salvelinus fontinalis Mitchill 1815), endémique de deux petits lacs (Whitepine et Whirligig) situés à quelque 110 km au nord de Sudbury, en Ontario. La sous-espèce se distingue surtout par la coloration de sa peau : 1) les taches jaunes et les vermiculations caractéristiques que l’on trouve sur la face dorsale de l’omble de fontaine sont absentes chez les adultes; 2) les nombreux points rouges cernés de halos bleus caractéristiques qui ornent les flancs de l’omble de fontaine sont aussi chez cette sous-espèce beaucoup moins nombreux, sinon totalement absents.

 

Répartition

L’aire de répartition d’origine de l’omble de fontaine aurora consiste en deux petites masses d’eau, le lac Whirligig et le lac Whitepine, situées à quelque 110 km au nord de Sudbury, en Ontario. Les populations reproductrices établies dans les années 1990 dans les lacs Campcot sud-est et nord-est, près de Terrace Bay, en Ontario, ont aujourd’hui disparu. À l’heure actuelle, 10 autres lacs du nord de l’Ontario abritent des populations introduites d’omble de fontaine aurora, que l’on maintient par ensemencement avec des juvéniles d’élevage. On garde un stock de géniteurs en captivité dans une installation piscicole provinciale près de Kirkland Lake, en Ontario.

 

Taille et tendances des populations

Les deux populations indigènes ont disparu par suite de l’acidification des lacs, dans les années 1960. Depuis, on a maintenu le stock grâce à la reproduction artificielle, amorcée en 1958 à partir d’une population fondatrice composée de 6 à 9 individus. Le stock de géniteurs en captivité compte actuellement de 500 à 1 000 poissons. Pendant les années 1990, on a réussi à rétablir des populations autosuffisantes dans les deux lacs natals après avoir amélioré la qualité de l’eau. La biomasse d’omble de fontaine aurora dans le lac Whirligig a rapidement augmenté après l’ensemencement, pour atteindre des niveaux comparables à ceux des populations d’omble de fontaine dans les lacs non acidifiés, et les taux de croissance sont semblables à ce qu’ils étaient avant l’acidification. Des populations qui avaient réussi à se reproduire en milieu naturel dans deux lacs non natals (les lacs Campcot sud-est et nord-est) pendant les années 1990 ont aujourd’hui disparu. Rien n’indique qu’il y ait reproduction réussie dans le lac Alexander (dont les poissons servent de source d’œufs pour le stock de géniteurs d’élevage) ni dans aucun des 9 autres lacs qui font l’objet d’une pêche sportive limitée.

 

Biologie

L’omble de fontaine aurora aurait des besoins thermiques semblables à ceux de l’omble de fontaine. Ce dernier vit généralement dans des eaux dont la température est inférieure à 20 oC; lorsque la température monte, il cherche les zones d’eau plus froide en modifiant sa distribution verticale ou en occupant des sources d’eau souterraine. Au moment de la fraye, l’omble de fontaine aurora, comme les autres ombles de fontaine qui habitent les lacs du Bouclier canadien, recherche les zones de remontée d’eau souterraine pour y aménager son nid. Il faut un pH d’au moins 5,0 pour assurer le succès de la reproduction et le maintien de populations autosuffisantes.

 

Facteurs limitatifs

Les lacs natals sont situés dans une zone affectée par les dépôts acides des fonderies de Sudbury. La disparition de l’omble de fontaine aurora dans les années 1960 a coïncidé avec l’acidification des lacs à un pH d’environ 5,0, soit le seuil de survie pour l’omble de fontaine. Bien qu’on ait amélioré la qualité de l’eau dans les deux lacs natals depuis 1989 grâce au chaulage intégral et à la réduction des concentrations de polluants atmosphériques, ces lacs ont une faible capacité tampon et sont toujours menacés d’acidification. La principale source d’acide provient du dépôt atmosphérique de polluants, mais d’anciens dépôts de soufre pourraient également être stockés dans les milieux humides adjacents et contribuer à la réacidification lors des années de sécheresse, lorsque le soufre oxydé est libéré dans les lacs.

Les lieux de fraye qui ont été identifiés à ce jour sont tous situés sur des sources d’eau souterraine. Selon nous, l’échec de la reproduction des ombles de fontaine aurora ensemencés dans la plupart des lacs non natals serait attribuable à l’absence de telles sources dans ces nouveaux lacs. L’utilisation des sources d’eau souterraine pour la fraye et comme refuge thermique rend l’omble de fontaine aurora vulnérable aux diverses pratiques d’utilisation des sols (p. ex. l’exploitation forestière) et aux changements climatiques, qui peuvent modifier la quantité et la qualité des infiltrations d’eau souterraines dans les lacs.

 

Importance de l’espèce

L’omble de fontaine aurora est une sous-espèce unique de l’omble de fontaine, indigène de deux lacs seulement à l’échelle mondiale. Valorisé pour sa beauté et sa rareté, c’est le seul stock de poisson, sur les centaines qui ont disparu à cause de l’acidification de l’Ontario, qui soit encore préservé aujourd’hui grâce à un programme d’élevage en captivité.