Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur l’omble de fontaine aurora au Canada - Mise à jour

Protection

Depuis 1983, le comité de gestion de l’omble de fontaine aurora, composé de biologistes, de techniciens et de membres du personnel des écloseries du ministère des Richesses naturelles de l’Ontario (MRNO), supervise la gestion de l’espèce. Les objectifs actuels de la gestion sont les suivants : 1) préserver le pool génétique de l’omble de fontaine aurora et rétablir des populations autosuffisantes dans l’habitat natal; (2) introduire l’omble de fontaine aurora dans un certain nombre de lacs non natals pour maintenir un stock de géniteurs, établir une population satellite reproductrice et offrir des occasions limitées de pêche à la ligne. En 1987, le COSEPAC a attribué à l’omble de fontaine aurora le statut d’« espèce en voie de disparition ». Le Centre de données sur la conservation lui a attribué la cote G5T, ON-S1, et l’Ontario considère la forme comme en voie de disparition, mais sans qu’elle soit réglementée en vertu de la Loi sur les espèces en voie de disparition.

Tous les lacs qui abritaient des populations reproductrices d’omble de fontaine aurora dans les années 1990 sont désignés comme refuges ichtyologiques. La pêche à la ligne est interdite en tout temps dans ces quatre lacs, de même que dans le lac Alexander, qui sert de source d’œufs pour le stock de géniteurs d’écloserie. Une pêche limitée est autorisée dans les neuf autres lacs non natals ensemencés avec des poissons élevés en écloserie. Ces lacs sont ouverts à la pêche à la ligne une fois tous les 3 ans, entre le 1er août et le 15 octobre. Les limites de prise et de possession sont fixées à un omble de fontaine aurora par pêcheur détenteur d’un permis ou à zéro par pêcheur détenteur d’un permis de conservation. Pour prévenir l’introduction accidentelle d’autres espèces, l’utilisation d’appâts vivants est interdite dans ces lacs.

L’habitat de l’omble de fontaine aurora n’est protégé par aucune loi particulière. Toutefois, les bassins où se trouvent les deux lacs natals sont protégés contre les activités industrielles (p. ex. l’exploitation forestière et minière) du fait qu’ils se trouvent dans une réserve naturelle. La Loi sur les pêches fédérale confère par ailleurs une protection générale à toutes les populations.