Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Mise à jour - Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le Crotale de l’Ouest (Crotalus oreganus) au Canada

Protection actuelle ou autres désignations

Charland et al. (1993) ont résumé le statut juridique du crotale en Colombie-Britannique. Comme il s’agit d’une espèce sauvage, elle est protégée aux termes de la Wildlife Act (1982), qui interdit la destruction d’espèces sauvages sauf dans les cas où elles présentent une menace. Les modifications apportées au paragraphe 27(2) permettent en outre la destruction d’espèces sauvages lorsqu’il en va de la protection des vies humaines et des biens. Or, il se pourrait qu’aux yeux de certains la seule présence d’un crotale constitue une menace pour la vie ou les biens. Les personnes qui détestent ou craignent les crotales choisiront fort probablement de les tuer plutôt que de les éviter. Par conséquent, les crotales ne sont protégés qu’en théorie. Le Crotalus oreganus ne bénéficie d’aucune protection aux termes des lois fédérales. Comme il a été indiqué, 90 p.100 de la prairie appartient à des intérêts privés en Colombie-Britannique (Larsen, comm. pers.), et le territoire estival du Crotalus oreganus se trouve essentiellement dans ce type de milieu. Les seuls habitats protégés sont ceux qui se trouvent dans les parcs provinciaux, les réserves écologiques et les aires de gestion de la faune.

À l’échelle mondiale, Nature Serve (2003) a attribué au Crotalus oreganus la cote G5 (espèce manifestement non en péril à l’échelle mondiale). Au Canada, la cote S3 (espèce vulnérable) a été attribuée au C. oreganus à l’échelle de la Colombie-Britannique. Aux États-Unis, la cote S5 (non en péril) a été attribuée à l’échelle de l’Arizona, de la Californie, de l’Idaho et de l’Utah.