Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Mise à jour - Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le Crotale de l’Ouest (Crotalus oreganus) au Canada

Résumé technique

Crotalus oreganus

Crotale de l’Ouest – Western Rattlesnake

Répartition au Canada : quatre vallées de Colombie-Britannique (Okanagan-Similkameen, Kettle, lac Christina et Thompson-Fraser-Nicola)

Information sur la répartition

Superficie de la zone d’occurrence (km²): 4 852 km²
Préciser la tendance (en déclin, stable, en expansion, inconnue).En déclin
Y a-t-il des fluctuations extrêmes dans la zone d’occurrence d’occurrence (ordre de grandeur > 1)? Non
Superficie de la zone d’occupation (km²) (estimation de la superficie totale des hibernaculums) <10 km²
Préciser la tendance (en déclin, stable, en expansion, inconnue).En déclin
Y a-t-il des fluctuations extrêmes dans la zone d’occupation (ordre de grandeur > 1)? Non
Nombre de localités existantes
(Le CDC de la Colombie-Britannique répertorie actuellement 40 localités sur ses cartes mais estime que le nombre réel se situe entre 60 et 80 – Ramsey, 2004):
Quatre vallées du centre-sud de la Colombie-Britannique
Préciser la tendance du nombre d’emplacements (en déclin, stable, en croissance, inconnue). En déclin
Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre d’emplacements (ordre de grandeur >1)? Non
Tendance de l’habitat : préciser la tendance de l’aire, de l’étendue ou de la qualité de l’habitat (en déclin, stable, en croissance ou inconnue). Étendue et qualité de l’habitat en déclin

Information sur la population

Durée d’une génération (âge moyen des parents dans la population :  indiquer en années, en mois, en jours, etc.):12 à 15 ans
Nombre d’individus matures (reproducteurs) au Canada (ou
préciser une gamme de valeurs
plausibles).
3 540 à 7 500, selon le nombre moyen d’adultes par hibernaculum, estimé à 15, et le nombre total d’hibernaculums, situé entre 236 (nombre d’hibernaculums connus) et 500 (estimation maximale).
Tendance de la population quant au nombre d’individus matures en déclin, stable, en croissance ou inconnue. En déclin
S’il y a déclin, p.100 du déclin au cours des dernières/prochaines dix années ou trois générations, selon la plus élevée des deux valeurs (ou préciser s’il s’agit d’une période plus courte). Inconnu
Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre d’individus matures (ordre de grandeur > 1)? Non
La population totale est-elle très fragmentée (la plupart des individus se trouvent dans de petites populations, relativement isolées [géographiquement ou autrement] entre lesquelles il y a peu d’échanges, c.-à-d. migration réussie de < 1 individu/année)? Métapopulations géographiquement fragmentées et fragmentation de plus en plus grande au sein des métapopulations
Préciser la tendance du nombre de populations (en déclin,
stable, en croissance, inconnue).
En déclin. Estimation minimale de 236 hibernaculums; plusieurs ont disparu.
Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre de populations (ordre de grandeur >1)? Non

Énumérer les populations et donner le nombre d’individus matures dans chacune.

  • Le nombre exact d’adultes est inconnu.
  • Le CDC estime qu’il y en a plus de 1 000, peut-être environ 3 000 (Cannings et al., 1999). Hobbs (p. 12) croit qu’il y en a moins de 5 000.
  • Vallée de l’Okanagan et de la Similkameen, vallée de la Kettle, vallée du lac Christina ainsi que vallée de la Thompson, du Fraser et de la Nicola.

Menaces (réelles ou imminentes pour les populations ou les habitats)

  • Persécution humaine directe.
  • Augmentation du nombre de routes et de la circulation, ce qui contribue à accroître le taux de mortalité sur les routes et la fréquence des contacts avec les humains.
  • Perte d’habitat au profit de l’agriculture (vignobles, vergers, grands pâturages) et urbanisation.
  • Destruction des hibernaculums.
  • Risque d’accumulation de pesticides et risque d’incendies de forêt.
  • Pression exercée par le pâturage intensif.

Effet d’une immigration de source externe

Statut ou situation des populations de l’extérieur
États-Unis : [autres administrations et agences]
Aucun risque significatif à l’heure actuelle *
Une immigration a-t-elle été constatée ou est-elle possible? Minime
Des individus immigrants seraient-ils adaptés pour survivre à l’endroit en question? Oui
Y a-t-il suffisamment d’habitat disponible pour les individus immigrants à l’endroit en question? C’est peu probable.
Un sauvetage par des populations de l’extérieur est-il probable?Improbable.

Analyse quantitative

[fournir des détails sur les calculs, les sources de données, les modèles, etc.]

Statut et justification de la désignation

Statut : Espèce menacée

Code alphanumérique : [Satisfait aux critères d’espèce en voie de disparition aux termes de B2ab(i,ii,iii,v), mais a été désignée espèce menacée aux termes de B2ab(i,ii,iii,v); C1+2a(i); D2, parce que la population est encore répandue, bien qu’éparpillée.]

Justification de la désignation : Cette espèce est menacée par l’expansion rapide des activités humaines, y compris l’urbanisation, l’agriculture, la foresterie et la gestion des grands pâturages libres des vallées arides du centre sud de la Colombie-Britannique. La mortalité directe et la fragmentation de l’habitat causées par les routes menacent particulièrement ce serpent. Les crotales font l’objet d’une persécution directe et subissent la destruction de leur habitat essentiel (hibernaculum). La population de crotales adultes est petite, comptant probablement moins de 5 000 individus, et elle est dispersée dans seulement quatre vallées, avec probablement peu de déplacements de crotales d’une vallée à une autre. En fait, les menaces à l’espèce sont d’autant plus grandes parce que ce crotale prend beaucoup de temps à atteindre la maturité (~8 ans), ses portées sont petites et il ne se reproduit qu’une fois tous les trois ou quatre ans.

Application des critères

Critère A : Non applicable, puisqu’il n’existe pas assez de données pour préciser le taux de déclin.

Critère B : Satisfait aux critères d’espèce en voie de disparition aux termes de B2a (gravement fragmentée) et b(i,ii,iii,v). Le statut d’espèce menacée a cependant été recommandé, parce que l’espèce est encore répandue sur une vaste superficie et n’est probablement pas exposée à un risque imminent de disparition. 

Critère C : Satisfait aux critères d’espèce menacée aux termes de C1 (il semble certain que le taux de déclin a été supérieur à 10 p.100 au cours des 40 dernières années) et 2a(i). 

Critère D : Satisfait aux critères d’espèce menacée aux termes de D2 parce que la zone d’occupation est inférieure à 20 km² et que les populations sont vulnérables aux activités humaines et aux phénomènes stochastiques. 

Critère E : Non applicable