Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Mise à jour - Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le Crotale de l’Ouest (Crotalus oreganus) au Canada

Importance particulière de l'espèce

Les crotales font l’objet de nombreuses études; ils servent de modèles pour l’apprentissage de la biologie de l’organisme (voir la synthèse de Beaupre et Duvall, 1998). S’il en est ainsi, c’est en partie parce qu’il existe de nombreuses espèces de crotales dont la grande taille convient aux études radiotélémétriques, que ces animaux forment d’importants groupes dans les hibernaculums et que plusieurs ont une vaste aire de répartition. Le crotale de l’Ouest se trouve à l’extrémité nord de son aire de répartition, qui s’étend du 30au 50e parallèle, et Macartney (1985) a mis en évidence les variations existant sur le plan de l’écologie entre les populations du nord et celles du sud. Le Crotalus oreganus est une espèce vivipare et ectotherme, et la relation évolutive présumée entre la viviparité et les climats froids (voir par exemple Shine, 1985) a donné lieu à au moins une étude sur la consommation d’énergie et la thermorégulation chez le crotale de l’Ouest en Colombie-Britannique (Charland et Gregory, 1990).