Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le sébastolobe à longues épines au Canada

Facteurs limitatifs et menaces

Le sébastolobe à longues épines est une espèce des grands fonds qui occupe un environnement de faible productivité, et sa principale menace est la surpêche. De 1996 à 2005, le programme des observateurs (base de données PacHarvTrawl) a permis d’enregistrer la capture de quelque 6 564 tonnes de sébastolobe à longues épines (57,6 millions d’individus). Depuis le début de la pêche contingentée de cette espèce en 1996, l’indice agrégatif pour la côte tout entière a affiché une baisse de 8,25 p. 100, ce qui représente un déclin total de 50 p. 100 sur 8 ans. Schnute et al. (2004) sont arrivés à des estimations semblables avec divers modèles et hypothèses (voir leur tableau 9.1, p. 41). Ces chiffres témoignent peut-être de l’amenuisement progressif des stocks d’une espèce jusque-là inexploitée (enlèvement de biomasse accumulée, théoriquement associé à une hausse de productivité en raison d’une densité réduite). De récents rapports de l’industrie donnent à penser que la pêche du sébastolobe à longues épines devient de moins en moins attrayante sur le plan commercial, par suite de la chute des prix sur le marché, de la hausse du coût du carburant et de l’appréciation de la devise canadienne. Les captures de 2004-2005 viennent corroborer cette hypothèse (tableau 3), surtout si l’on tient compte des récents quotas annuels, qui ont été fixés à 635 tonnes (Haigh et al., 2005). Malgré tout, il est impossible de prédire les conditions futures de cette pêche.