Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Programme de rétablissement du carex faux-lupulina (Carex lupuliformis) au Canada [Proposition]

10. Références

Bachand-Lavallée, V., et S. Pellerin. 2006. Conservation du carex faux-lupulina, une espèce en voie de disparition au Canada, Institut de recherche en biologie végétale, Montréal, 34 p.

CDPNQ. 2011. Données sur le carex faux-lupulina, Centre de données sur le patrimoine naturel du Québec, ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs du Québec.

COSEPAC. 2011. Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le carex faux-lupulina (Carex lupuliformis) au Canada, Comité sur la situation des espèces en péril au Canada, Ottawa, xi + 38 p. [Registre public des espèces en péril].

Gouvernement du Canada. 2009. Politiques de la Loi sur les espèces en péril (PDF; 757 Ko), Environnement Canada, 43 p.

Hill, S.R. 2006. Conservation Assessment for the False Hop Sedge (Carex lupuliformis Sartwell ex Dewey), Illinois Natural History Survey, Center for Wildlife and Plant Ecology, Technical Report 2006 (11), Champaign (Illinois), 40 p.

Hudon, C., P. Gagnon et M. Jean. 2005. Hydrological factors controlling the spread of Common Reed (Phragmites australis) in the St. Lawrence River (Québec, Canada), EcoScience 12 : 347-357.

Jolicœur, G., et L. Couillard. 2006. Plan de conservation du carex faux-lupulina (Carex lupuliformis), espèce menacée au Québec, gouvernement du Québec, ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, Direction du patrimoine écologique et des parcs, Québec, 12 p.

Labrecque, J. 1998. La situation du carex faux-lupulina (Carex lupuliformis) au Canada, gouvernement du Québec, ministère de l’Environnement et de la Faune, Direction de la conservation et du patrimoine écologique, Québec, 33 p.

Leck, M.A., et W. Schütz. 2005. Regeneration of Cyperaceae, with particular reference to seed ecology and seed banks, Perspectives in Plant Ecology Evolution and Systematics 7 (2) : 95-133.

Letendre, J., S. Pellerin et S. Bailleul. 2007. Conservation du carex faux-lupulina, une espèce en voie de disparition au Canada, Institut de recherche en biologie végétale, Montréal, 31 p.

NatureServe. 2004. A Habitat-Based Strategy for Delimiting Plant Element Populations: Guidance from the 2004 Working Group, 15 p.

NatureServe. 2010. NatureServe Explorer: An online encyclopedia of life [application Web] (an englais seulement). Version 7.1. NatureServe, Arlington (Virginie). (Consulté le 26 janvier 2011).

Templeton, A.R., et D.A. Levin. 1979. Evolutionary consequences of seed pools, American Naturalist 114 : 232-249.

Haut de la page

Annexe A. Définition des cotes de conservation de NatureServe

G4 et N4 (apparemment non en péril) -- Espèce peu commune mais non rare, préoccupante à long terme à cause de déclins ou d’autres facteurs.

N2 (en péril) --Espèce en péril à l’échelle du territoire visé, en raison de sa rareté due à une aire de répartition très restreinte, un très petit nombre de ses populations, un déclin marqué ou d’autres facteurs qui la rendent très susceptible de disparaître du territoire visé.

S1 (gravement en péril) --Espèce gravement en péril à l’échelle du territoire visé en raison de son extrême rareté ou d’un ou plusieurs facteurs, tels qu’un déclin très marqué, qui la rendent particulièrement susceptible de disparaître du territoire visé.

Haut de la page

Annexe B. Populations canadiennes du carex faux-lupulina

Tableau B-1. Populations canadiennes du carex faux-lupulina

Nom de la population
(numéro)
ProvinceComté ou MRCSituation de la population et cote de qualité1Année d’inventaireNombre d’individus poussant à l’état naturel
(tiges fructifères)
Nombre d’individus transplantés
(tiges fructifères)
Mount Brydges
(5803)
OntarioMiddlesexExistante
(A)
199225–30 
20051075 
200929 (43) 
West Lorne
(5802)
OntarioElginExistante
(A)
1993~ 100 
200563 
200920 (59) 
West Elgin
(92901)
OntarioElginExistante
(A)
2005? (~ 150) 
200939 (132)63 (91)
Ailsa Craig
(S/O)
OntarioMiddlesexExistante
(B)
200919 
London
(5804)
OntarioMiddlesexExistante
(D)
199212 (~ 150) 
2002> 12 
200528 
20095 (4) 
Rodney
(5805)
OntarioElginExistante
(D)
20022 
200526 
20091 (2) 
Lambeth
(S.O.)
OntarioMiddlesexExistante
(E)
2009? 
Amherstburg
(2938)
OntarioEssexHistorique
(H)
1985~ 100 
20020 
20050 
20090 
Galt
(2937)
OntarioWaterlooHistorique
(H)
1902Herbier 
Grande Baie d’Oka
(6867)
QuébecDeux-MontagnesExistante - réintroduction
(Cr)
1935Herbier 
1992Herbier 
20060 
20070 
20080 
2009022 (1)
2010022 (121)
2011051
Sainte-Anne-de-Sabrevois
(6872)
QuébecHaut-RichelieuExistante - réintroduction
(Cr)
1936? 
19920 
2007061 (12)
2008019 (6)
2009015 (17)
2010013 (20)
2011010
Baie McGillivray
(6876)
QuébecHaut-RichelieuExistante
(C)
19945 
200125 
200318 
2005> 10 
20079 (?)50 (16)
200812 (41)16 (21)
20096 (22)26 (66)
20104 (3)24 (7)
201128
Henryville2
(6874)
QuébecHaut-RichelieuExistante
(C)
1991? 
1992~ 13 
199719 
200019 
20043 
200524 
200618 (27)25 (1)
200717 (33)54 (1)
200820 (178)46 (44)
200926 (175)26 (55)
201022 (148) 
201135
Saint-Blaise-sur-Richelieu
(6873)
QuébecHaut-Richelieu Existante
(D)
19925 
20040 
20050 
2007010 (24)
2008033 (99)
2009018 (88)
20101 (2)71 (102)
2011133
Lacolle
(15349)
QuébecHaut-RichelieuExistante
(D)
20057 
20067 
20071 
20081 (2) 
20092 (1) 
Oka
(18675)
QuébecDeux-MontagnesExistante
(E)
2008? 
Île de Carillon
(6875)
QuébecArgenteuil Disparue
(X)
19922–10 
20010 
20020 
20060 
20070 
Rigaud
(6868)
QuébecVaudreuil-SoulangesDisparue (X)1934Herbier 
20070 
Iberville
(6869)
QuébecHaut-RichelieuDisparue (X)1938Herbier 
19920 
Saint-Paul-de-l’Île-aux-Noix
(6871)
QuébecHaut-RichelieuDisparue (X)1972Herbier 
19920 

Sources : Bachand-Lavallée et Pellerin (2006); Letendre et al. (2007); CDPNQ (2011); COSEPAC (2011).
1 Cote fournissant une indication estimative de la viabilité ou de la probabilité de persistance de la population (voir annexe C).
2 À la suite d’un examen des données réalisé par le CDPNQ en 2011, les individus de la pointe du Gouvernement et de la Réserve écologique Marcel-Raymond sont considérés comme faisant partie d’une seule et même population. Aucun individu n’a été détecté dans le secteur de la pointe du Gouvernement depuis 1992, et aucun individu n’y a été transplanté.

Haut de la page

Annexe C. Définition des cotes de qualité attribuées aux populations du carex faux-lupulina

Cote de qualitéDéfinition
A
(Excellente)
Plus de 25 touffes dans une forêt de plaine inondable d’au moins 400 ha non perturbée par une régularisation artificielle du niveau de l’eau et minimalement perturbée par les activités humaines.
B
(Bonne)
De 12 à 25 touffes dans une forêt de plaine inondable d’au moins 400 ha modérément perturbée par les activités humaines, ou habitat plus restreint (plus de 200 ha peu ou aucunement perturbés).
C
(Passable)
De 6 à 11 touffes dans un habitat de 200 ha significativement perturbé par les activités humaines mais possédant un régime de crues encore intact.
D
(Faible)
De 1 à 5 touffes dans un habitat fortement dégradé de n’importe quelle superficie; perturbations majeures causées par l’érosion, le déboisement, la construction de marinas, une modification du régime des crues ou le drainage.
E
(Récente)
Population récente; l’observation de la population remonte à moins de 25 ans, mais aucune donnée démographique n’est disponible.
F
(Non retrouvée)
Population non retrouvée lors des inventaires réalisés au cours des 20 dernières années (efforts infructueux).
H
(Historique)
L’observation (inventaires) de la population remonte à plus de 20 ans.
X
(Disparue)
Population disparue. Aucun individu n’a été trouvé depuis plus de 20 ans. Il se peut que le milieu ne convienne plus à l’espèce. Après trois tentatives vaines de retrouver la population, celle-ci est considérée comme disparue, même si de l’habitat convenable est toujours présent.
R
(Réintroduite)
Population résultant de la réintroduction d’individus dans la localité d’une population officiellement disparue.

Haut de la page

Annexe D. Habitat essentiel du carex faux-lupulina au Canada

Tableau D-1. Localités contenant l’habitat essentiel du carex faux-lupulina au Québec

Nom de la population ou de la localité Justification du choixCoordonnées de la localité*Propriété du terrain
Henryville
(Québec)
Population existante ayant bénéficié de mesures de transplantation (secteur de la Réserve écologique Marcel-Raymond); localité identifiée comme cible de conservation dans le plan de conservation provincial

 

45.080;
-73.150

Non fédéral
(réserve écologique et habitat floristique provinciaux + terrain protégé par une ONG)
Baie McGillivray
(Québec)
Population existante ayant bénéficié de mesures de transplantation; localité identifiée comme cible de conservation dans le plan de conservation provincial

 

45.091;
-73.145

 

Non fédéral
(provincial)

Saint-Blaise-sur-Richelieu (Québec)Population existante ayant bénéficié de mesures de transplantation; localité identifiée comme cible de conservation dans le plan de conservation provincial45.125;
-73.152

 

Non fédéral
(provincial)

Grande Baie d’Oka (Québec)Population existante avec habitat convenable ayant bénéficié de mesures de réintroduction; localité identifiée comme cible de conservation dans le plan de conservation provincial45.290;
-73.591
Non fédéral (parc provincial)
Sainte-Anne-de-Sabrevois (Québec)Population existante avec habitat convenable ayant bénéficié de mesures de réintroduction45.115;
-73.150
Non fédéral
(provincial)
Lacolle
(Québec)
Population existante; localité identifiée comme cible de conservation dans le plan de conservation provincial45.004;
-73.212
Non fédéral
(provincial)
Île de Carillon
(Québec)
Population disparue avec habitat convenable; localité identifiée comme cible de conservation dans le plan de conservation provincial

 

45.303;
-74.163

Non fédéral
(privé; refuge d’oiseaux migrateurs)

* Les coordonnées indiquées correspondent au coin sud-ouest du carré de 1 km du Système militaire de quadrillage de référence UTM renfermant le centroïde de la superficie d’habitat essentiel (pour de plus amples informations sur ce système de référence, voir [Le quadrillage universel transverse de Mercator - Section 5]. Le point désigné par les coordonnées peut ne pas faire partie de l’habitat essentiel et ne fournit qu’une indication générale de sa position.

Tableau D-2. Localités contenant l’habitat essentiel du carex faux-lupulina en Ontario

Nom de la population ou de la localitéJustification du choixCoordonnées de la localité*Propriété du terrain
Mount Brydges (Ontario)Population existante42.883;
-81.588
Non fédéral
(privé)
West Lorne (Ontario)Population existante42.676;
-81.671
Non fédéral
(privé)
West Elgin (Ontario)Population existante ayant bénéficié de mesures de transplantation42.604;
-81.658
Non fédéral
(privé)
Ailsa Craig (Ontario)Population existante43.171;
-81.541
Non fédéral
(privé)
London
(Ontario)
Population existante42.938;
-81.319
Non fédéral
(municipal)
Rodney
(Ontario)
Population existante42.621;
-81.707
Non fédéral
(privé)

* Les coordonnées indiquées correspondent au coin sud-ouest du carré de 1 km du Système militaire de quadrillage de référence UTM renfermant le centroïde de la superficie d’habitat essentiel (pour de plus amples informations sur ce système de référence, voir [Le quadrillage universel transverse de Mercator - Section 5]. Le point désigné par les coordonnées peut ne pas faire partie de l’habitat essentiel et ne fournit qu’une indication générale de sa position.

Haut de la page

Annexe E: Effets sur l’environnement et sur les espèces non ciblées

Une évaluation environnementale stratégique (EES) est effectuée pour tous les documents de planification du rétablissement en vertu de la LEP, conformément à La directive du Cabinet sur l’évaluation environnementale des projets de politiques, de plans et de programmes. L’objet de l’EES est d’incorporer les considérations environnementales à l’élaboration des projets de politiques, de plans et de programmes publics pour appuyer une prise de décisions éclairées du point de vue de l’environnement.

La planification du rétablissement vise à favoriser les espèces en péril et la biodiversité en général. Il est cependant reconnu que des programmes peuvent, par inadvertance, produire des effets environnementaux qui dépassent les avantages prévus. Le processus de planification fondé sur des lignes directrices nationales tient directement compte de tous les effets environnementaux, notamment des incidences possibles sur des espèces non ciblées ou leur habitat. Les résultats de l’EES sont directement inclus dans le programme lui-même, mais également résumés ci-dessous.

Le présent programme de rétablissement profitera nettement à l’environnement en favorisant le rétablissement du carex faux-lupulina. La possibilité que le programme produise par inadvertance des effets négatifs sur d’autres espèces a été envisagée. L’EES a permis de conclure que le présent programme sera clairement favorable à l’environnement et n’entraînera pas d’effets négatifs significatifs.

Les activités de rétablissement proposées dans le présent document ne devraient avoir aucune répercussion négative pour les espèces indigènes non ciblées, les communautés naturelles et/ou les processus écologiques. Elles pourraient même se révéler bénéfiques pour les autres espèces en péril vivant dans l’habitat du carex faux-lupulina. Ces espèces comprennent : quatre poissons, le dard de sable (Ammocrypta pellucida, espèce menacée selon le COSEPAC), le fouille-roche gris (Percina copelandi, espèce menacée selon le COSEPAC), le chevalier de rivière (Moxostoma carinatum, espèce préoccupante selon le COSEPAC) et le brochet vermiculé (Esox americanus vermiculatus espèce préoccupante selon le COSEPAC); deux tortues, la tortue-molle à épines (Apalone spinifera, espèce menacée selon le COSEPAC) et la tortue géographique (Graptemys geographica, espèce préoccupante selon le COSEPAC); un oiseau, le Petit Blongios (Ixobrychus exilis, espèce menacée selon le COSEPAC). L’habitat du carex faux-lupulina abrite également diverses plantes menacées ou vulnérables aux termes de la Loi de 2007 sur les espèces en voie de disparition de l’Ontario ou de la Loi sur les espèces menacées ou vulnérables du Québec. Dans le cas de l’Ontario, ces espèces comprennent le carex de la rivière Muskingum (Carex muskingumensis), le carex de Frank (Carex frankii), le carex squarreux (Carex squarrosa), le carex virescent (Carex virescens), le frêne pubescent (Fraxinus profunda) et le carex de Short (Carex shortiana). Dans le cas du Québec, ces espèces comprennent le chêne bicolore (Quercus bicolor), la lysimaque hybride (Lysimachia hybrida), la renoncule à éventails (Ranunculus flabellaris), le bident discoïde (Bidens cf. discoidea), la platanthère petite-herbe (Platanthera flava var. herbiola) et la gratiole dorée (Gratiola aurea).

Haut de la page