Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la situation de la loutre de mer au Canada – Mise à jour

Importance de l'espèce

Après avoir failli disparaître, la loutre de mer a remarquablement bien récupéré, notamment grâce aux lois qui la protègent, à l'abondance des milieux convenables inoccupés et au succès des activités de réintroduction (Mason et Macdonald, 1990). La population mondiale de loutres de mer est estimée à quelque 150 000 individus, dont la plupart se trouvent entre le golfe d'Alaska et l'archipel des Aléoutiennes (Estes, 1980; Riedman et Estes, 1990).

À cause de son apparence de « petit ourson », de l’extinction qu’elle a évitée de justesse, de son rôle important dans la structure des communautés littorales et de sa vulnérabilité face aux déversements d'hydrocarbures, la loutre de mer jouit d’un bon capital de sympathie auprès du public. Elle s'adapte bien à la captivité et est populaire dans les jardins zoologiques et les océanariums. De surcroît, elle se sert de pierres et d'autres objets durs pour briser l'exosquelette de ses proies, ce qui en fait, avec les primates, le seul mammifère connu à avoir recours à des outils.

La loutre de mer, Enhydra lutris, est le seul membre du genre Enhydra. On en connaît trois sous-espèces : l'Enhydra lutris lutris, que l'on trouve depuis les îles Kouriles jusque dans les îles du Commandeur; l'Enhydra lutris kenyoni (Wilson et al., 1991), que l'on trouvait autrefois depuis les îles Aléoutiennes jusqu'en Oregon; et l'Enhydra lutris nereis, que l'on trouve aujourd’hui seulement en Californie. L'aire de répartition historique de cette dernière soulève toutefois la controverse (Riedman et Estes, 1990).

Aux États-Unis, le Marine Mammal Protection Act permet aux peuples autochtones de l'Alaska de récolter des loutres de mer à des fins traditionnelles (Samuel et Foin, 1983; Simon-Jackson, 1986). Le nombre de loutres capturées a considérablement augmenté ces dernières années, passant de 55 animaux en 1988 à au moins 1 030 en 1993 (J. Bodkin, National Biological Survey, 1011 East Tudor Road, Anchorage, Alaska 99503, communication personnelle). On ignore quel impact a cette récolte sur les populations locales de loutres de mer (Estes, 1990b).

La loutre de mer a une lourde incidence sur la structure des communautés du littoral rocheux (Estes et Palmisano, 1974; Estes et al., 1978, 1989). Comme elle se nourrit d'invertébrés herbivores, notamment les oursins, elle réduit la pression exercée par le broutage et accélère la croissance des algues charnues, notamment les algues brunes comme les laminaires (Estes et al., 1978; Breen et al., 1982; Watson, 1993). C'est ainsi que les communautés du littoral rocheux des régions qu’elle fréquente sont souvent caractérisées par une abondance d'algues charnues, tandis que celles des régions où elle est absente sont dominées par les oursins et ne comptent que de rares algues charnues (Estes et Duggins, sous presse).