Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la situation de la loutre de mer au Canada – Mise à jour

Évaluation

Bien que la chasse pratiquée par les Autochtones puisse avoir fait disparaître localement la loutre de mer avant l'arrivée des Européens (Simenstad et al., 1978), c’est quand même la chasse intensive pour la fourrure, amorcée dans les années 1740, qui a mené les populations de loutres au bord de l’extinction. La loutre de mer a été protégée en 1911 et est revenue à son abondance historique dans la majeure partie de son aire de répartition. En Colombie-Britannique, la population de loutres de mer réintroduites augmente pratiquement au rythme maximum (Estes, 1990a; Watson, 1993).

En dépit de l'augmentation de ses effectifs et de l'étendue de son aire géographique, la population de loutres de mer de Colombie-Britannique est encore relativement petite et peu étendue, ce qui la rend vulnérable face aux catastrophes environnementales, comme les déversements d'hydrocarbures. Si l'espèce n'est plus en danger imminent de disparition dans les eaux canadiennes, elle est toujours exposée à un éventail de menaces réelles et potentielles et devrait demeurer dans une catégorie de risque qui assurera la permanence de sa protection et de sa gestion. En la classant dans la catégorie d'« espèce menacée » du COSEPAC, on la maintiendrait dans la liste des espèces susceptibles de disparaître en l'absence d'activités de surveillance de leur répartition et de leurs effectifs.