Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la situation de la loutre de mer au Canada – Mise à jour

Habitat

La loutre de mer habite les eaux côtières peu profondes et s’aventure rarement au-delà de 1 ou 2 km des côtes. Elle se nourrit habituellement à des profondeurs de 30 mou moins et cherche sa nourriture dans des zones au substrat rocheux ou meuble (Riedman et Estes, 1990). Les loutres de mer, particulièrement les mères accompagnées de nouveau-nés, semblent préférer les herbiers d’algues brunes. Ces algues ne sont cependant pas un élément essentiel de leur habitat, car on trouve d'importantes populations dans des régions dépourvues de grands peuplements d’algues brunes (Riedman et Estes, 1990). L’utilisation de l’habitat varie selon le climat et l’état de l’océan. Autour de l’île de Vancouver, par exemple, les loutres se déplacent vers le large pendant des périodes prolongées d’eaux calmes et se rassemblent dans les zones protégées des côtes au cours des tempêtes. (Morris et al., 1981; Watson, 1993).

En Colombie-Britannique, la réserve écologique de la baie Checleset a été créée en 1981 pour protéger l'habitat de la loutre de mer. Quant aux loutres qui fréquentent les eaux des îles Goose, elles se trouvent dans les limites de l’aire récréative du passage Hakai (Hakai Pass Recreational Area). Ces zones relèvent cependant du gouvernement provincial et ne sont que partiellement protégées contre la récolte commerciale des coquillages, qui relève du fédéral.