Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le spatulaire (Polyodon spathula) au Canada – Mise à jour

Introduction

Au Canada, on ne trouve la Chouette tachetée du Nord, Strix occidentalis caurina, que dans le sud-ouest de la Colombie-Britannique (C.-B.). Le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) l'a classée parmi les espèces en voie de disparition en 1984 (Campbell et Campbell, 1984) du fait de son association aux forêts de conifères aux derniers stades de succession et de la perte de cet habitat attribuable à la récolte du bois et au développement (urbain et agricole). Les relevés historiques provinciaux sont également peu nombreux (n = 28). L'espèce est donc menacée de disparition imminente dans la totalité ou du moins une portion importante de son aire de répartition au Canada. Depuis le premier rapport du COSEPAC, des relevés détaillés ont été effectués pour établir la répartition et l'abondance de la Chouette tachetée. À la demande du Comité de rétablissement des espèces canadiennes en péril (RESCAPÉ), le directeur du service de la faune de la C.-B. a chargé une Équipe canadienne de rétablissement de la Chouette tachetée d'évaluer la situation de l'espèce et d’élaborer un plan de rétablissement. Comme ce plan avait une incidence sur l’aménagement forestier et, par le fait même, de possibles répercussions économiques et sociales, on a aussi dressé un plan de gestion (Dunbar et Blackburn, 1994). C'est ainsi que le Plan de gestion de la Chouette tachetée a été adopté en 1995 pour garantir la stabilité et la viabilité à long terme de la population de Chouettes tachetées de la C.-B. Le plan visait également à apaiser les craintes concernant l'impact de l'opération sur l'industrie forestière de la province dans l'aire de répartition de la Chouette tachetée du Nord.