Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le spatulaire (Polyodon spathula) au Canada – Mise à jour

Taille et tendances des populations

Selon la dernière estimation, la population de Chouettes tachetées du Nord de C.-B. compterait moins de 100 couples. Au moins 98 chouettes adultes ont été observées à 60 sites, et 38 d'entre elles formaient des couples résidants (SOMIT, 1997a).

Pour plusieurs raisons, il est difficile de dégager des tendances pour cette espèce. D'abord, comme l'intensité des relevés s'est accrue ces dernières années, les estimations de la population totale ont également augmenté. L'espèce ayant une vaste aire de répartition, mais une faible densité, il est aussi difficile de la surveiller; la plupart des relevés historiques proviennent de régions peuplées par les humains et donc accessibles à ceux-ci. Ensuite, à cause de la longévité de la chouette et de la présence d’adultes et de jeunes adultes seuls (non appariés), il est difficile de déterminer si les populations déclinent ou non. Même lorsqu'une population connaît un déclin généralisé, les chouettes territoriales (celles que l'on peut surveiller) qui meurent sont remplacées par des chouettes non appariées.

D'après Campbell et al. (1990), la Chouette tachetée du Nord est une espèce résidente locale rare. Au moment de la rédaction du rapport de situation du COSEPAC (Campbell et Campbell, 1984), on ne comptait que 28 relevés historiques de la Chouette tachetée en Colombie-Britannique.

En 1985, six sites abritant des Chouettes tachetées ont été trouvés dans le sud-ouest de la Colombie-Britannique; on en a découvert trois autres l'année suivante, et trois nouveaux couples et deux oiseaux seuls ont été observés en 1987 (Forsman et Dunbar, 1985; Forsman et Booth, 1986; Hetherington et al., 1987). D'après les études réalisées à l'aide d'enregistrements des cris, on a estimé la densité à seulement 0,03 chouette/km² en 1985 et à 0,018 chouette/km² en 1986. La nidification a été confirmée dans les environs des parcs Garibaldi et Manning; la chouette se reproduit probablement sur toute son aire de répartition dans la province (Campbell et al., 1990).

Entre 1985 et 1996, on a découvert au moins 60 sites actifs (98 chouettes adultes) en Colombie-Britannique. Un site actif est défini comme un site où l'on a observé récemment – moins de cinq ans – une chouette seule ou un couple. Ces dernières années, on a confirmé la reproduction à neuf sites et des couples ont été observés à 25 sites actifs sur 39.

D'après les extrapolations établies à partir d'une modélisation des populations de chouettes de la côte nord-ouest du Pacifique, il semble que les cinq populations à l'étude aient décliné entre 1985 et 1991 (Margot et Holthausen, 1987; UDA, 1988; Doak, 1989; Lande, 1988; Noon et Biles, 1990; Thomas et al., 1990; Lutz, 1992; Lamberson et al., sous presse; SLahaye et al., 1992). Il se pourrait donc que les populations de Chouettes tachetées déclinent dans la majeure partie de leur aire de répartition en Amérique du Nord (Thomas et al., 1990; USDI, 1992).

D'après l'équipe de rétablissement de la Chouette tachetée, cela serait également le cas des populations de la C.-B. Compte tenu de la diminution considérable de la superficie des forêts anciennes du sud-ouest de la province depuis les années 1900, il est fort probable que les populations historiques de Chouettes tachetées aient été autrefois plus importantes et plus répandues. Le développement urbain et agricole de la vallée du bas Fraser a ainsi éliminé de larges pans de l'ancien habitat de la Chouette tachetée. D'après certaines données, l'espèce aurait cependant élargi son aire de répartition dans la forêt de douglas bleus (D. Dunbar, comm. pers.).

On ne possède aucune information sur les paramètres démographiques de la Chouette tachetée en C.-B. D'après des études menées aux États-Unis, il y aurait une variabilité géographique, interannuelle et individuelle de la reproduction. Apparemment, 62 % des couples tenteraient de se reproduire (16-89 %; Forsman et al., 1984) et le succès de la nidification varierait de 0 à 100 % (USDI, 1992).