Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le spatulaire (Polyodon spathula) au Canada – Mise à jour

Protection

En Colombie-Britannique, la Chouette tachetée du Nord est protégée en vertu de l'article 34 de la Wildlife Act, qui interdit la collecte des œufs ou la destruction des oisillons, des adultes nicheurs ou des nids actifs. L’espèce figure également sur la Liste rouge de la province, en vertu de la même loi (Fraser et al., 1999). Le Conservation Data Centre (CDC) l'a classée S1 dans la province, ce qui signifie qu'elle est gravement en péril (critically imperiled) vu son extrême rareté. La classification globale du CDC pour la Chouette tachetée du Nord est G3, ce qui signifie qu'elle est une espèce rare ou peu fréquente, qui pourrait être soumise à de profondes perturbations. Gutierrez et al. (1995) ont estimé la population nord-américaine à au moins 8 500 couples, mais la tendance est à la baisse. La Chouette tachetée du Nord et la Chouette tachetée du Mexique (S. o. lucida) figurent toutes deux parmi les espèces désignées comme menacées (threatened) en vertu de la Endangered Species Act américaine (USDI, 1990, 1993).

En 1995, le gouvernement de la C.-B.. a annoncé un programme de gestion de l'espèce fondé sur trois approches : une stratégie de zones protégées (la Protected Areas Strategy), un code de pratiques forestières (le Forest Practices Code) et une série d'autres initiatives relatives à l'utilisation des terres et à la gestion des ressources. Un plan de gestion, un plan stratégique et un plan opérationnel ont alors été préparés pour intégrer les besoins de la Chouette tachetée à la récolte commerciale du bois. Par cette stratégie, on vise à atteindre un niveau raisonnable de probabilité que les populations de chouettes se stabilisent ou même s'améliorent à long terme, sans qu'il y ait, à court terme, d'incidences importantes sur l'approvisionnement en bois et l'emploi dans le secteur forestier.

La protection permanente de l'habitat de la Chouette tachetée sera assurée au moyen de la Stratégie des zones protégées. Des secteurs de conservation seront protégés en vertu du Code de pratiques forestières dans les zones protégées, ainsi qu'à titre de zones spéciales de gestion des ressources dans les circonscriptions forestières de Chilliwack et de Squamish. Ensemble, ces circonscriptions couvrent une superficie d'environ 363 000 ha. La gestion des forêts dans les zones spéciales de gestion des ressources visera à créer de nouveaux habitats, ou à sauvegarder ou améliorer l'habitat actuel de la Chouette tachetée. Le but est de faire en sorte que ces zones deviennent ou redeviennent un habitat dont au moins 67 % conviennent à la Chouette tachetée. Sur le plan opérationnel, cela se concrétisera dans des plans de gestion des ressources qui préciseront, au niveau du peuplement et du paysage, des stratégies de gestion axées sur la conservation de la Chouette tachetée et les besoins socio-économiques des humains.

Les plans de gestion des ressources comportent les huit étapes suivantes : 1) la tenue d'un inventaire des chouettes afin de déterminer les habitats essentiels; 2) l'établissement de centres d'activités (d'une superficie moyenne 3 200 ha et de forme circulaire, de façon à englober le domaine vital annuel médian des Chouettes tachetées reproductrices); 3) la tenue d'inventaires des peuplements forestiers afin de déterminer la quantité d'habitat de type A et de type B (voir la section Habitat); 4) le maintien, dans chacun des centres d'activité (qui peuvent on non abriter des chouettes), d'au moins 50 % du peuplement forestier comme habitat de type A, de même que de larges parcelles (500 ha +) et corridors (> 1 km de largeur) d'habitat de la chouette et de zones tampons de 500 m autour des sites de nidification et de repos. Pour réduire l'impact de cette mesure sur l'approvisionnement en bois d'œuvre, la zone désignée comme habitat de la chouette devrait comprendre des forêts inexploitables, des sites de faible rendement, des sites réservés pour des raisons d'ordre esthétique et des zones sensibles sur le plan environnemental, et tenir compte des exigences du Code de pratiques forestières et des besoins en matière d'habitat des autres espèces sauvages inscrites sur la liste rouge ou bleue, ou importantes à l'échelle régionale; 5) l'inclusion, dans les priorités de récolte et de sylviculture, de coupes de récupération dans les zones lourdement endommagées et de coupes à blanc si les peuplements restants contiennent 67 % d'habitat approprié. Les coupes à blanc doivent se faire par larges blocs afin de réduire la fragmentation. Parmi les autres types de récoltes visant à améliorer l'habitat de la chouette figurent la coupe partielle des peuplements âgés de 80 à 100 ans, l'éclaircissement des peuplements âgés de 30 à 80 ans, et la coupe partielle des peuplements âgés de 100 ans ou plus; 6) l'approbation conjointe du plan par les organismes gouvernementaux; 7) la modification des plans de gestion des ressources en fonction de l'évolution des besoins; et 8) la soumission des plans de gestion des ressources à un processus d'approbation. On trouvera les lignes directrices opérationnelles détaillées dans SOMIT (1997b).