Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le bouleau flexible au Canada

Résumé technique

Betula lenta
Bouleau flexible

Cherry birch

Répartition au Canada : rive nord de la péninsule du Niagara (Ontario)


Renseignements sur les zones d’occurrence et d’occupation

Superficie de la zone d’occurrence (km2) au Canada.
Le rivage autour de la population connue où la dispersion locale est possible.
2 km2
Préciser la tendance (en déclin, stable, en expansion, inconnue).
Aucun changement
Y a-t-il des fluctuations extrêmes dans la zone d’occurrence (ordre de grandeur > 1)?
Non
Superficie de la zone d’occupation (km2).
La population connue, plus deux observations historiques adjacentes effectuées récemment.
0,75 km2
Préciser la tendance (en déclin, stable, en expansion, inconnue).
Déclin récent
Y a-t-il des fluctuations extrêmes dans la zone d’occupation (ordre de grandeur > 1)?
Non
Nombre d’emplacements actuels connus ou inférés.
1
Préciser la tendance du nombre d’emplacements (en déclin, stable, en croissance, inconnue).
Perte de 1 ou 2 sites historiques
Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre d’emplacements (ordre de grandeur > 1)?
Non
Tendance de l’habitat : préciser la tendance de l’aire, de l’étendue ou de la qualité de l’habitat (en déclin, stable, en croissance ou inconnue).
Déclin graduel dans la zone au cours de la dernière ou de l’avant-dernière génération en raison de la perte ou de la détérioration de l’habitat.


Information sur la population

Durée d’une génération (âge moyen des parents dans la population : indiquer en années, en mois, en jours, etc.).
(Période de floraison, entre 16 et 200 ans et plus.) Durée de génération d’environ 40 ans et plus.
Nombre d’individus matures (reproducteurs) au Canada (ou préciser une gamme de valeurs plausibles).
14
Tendance de la population quant au nombre d’individus matures en déclin, stable, en croissance ou inconnue.
En déclin
S’il y a déclin, % du déclin au cours des dernières/prochaines dix années ou trois générations, selon la plus élevée des deux valeurs (ou préciser s’il s’agit d’une période plus courte).
Déclin de 72 % au cours des 40 dernières années environ (1 génération).
Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre d’individus matures (ordre de grandeur > 1)?
Non
La population totale est-elle très fragmentée (la plupart des individus se trouvent dans de petites populations, relativement isolées [géographiquement ou autrement] entre lesquelles il y a peu d’échanges, c.-à-d. migration réussie de ≤ 1 individu/année)?
Oui, en raison de la répartition principale aux États-Unis.
Énumérer les populations et donner le nombre d’individus matures dans chacune.
Actuellement, il y a une population, et il y en a possiblement deux de moindre importance qui sont perdues.
Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre de populations (ordre de grandeur > 1)?
Non
Préciser la tendance du nombre de populations (en déclin, stable, en croissance, inconnue).
1) 15 Mile Creek : 14 arbres matures; plus des individus non confirmés ou perdus dans les soussites à proximité.


Menaces (réelles ou imminentes pour les populations ou les habitats)

Le site ouvert est prédisposé aux tempêtes violentes périodiques au large du lac Ontario.


Effet d’une immigration de source externe

L’espèce existe-t-elle ailleurs (au Canada ou à l’extérieur)?
États-Unis : trois populations dans un rayon de 70 km dans l’ouest de l’État de New York; une espèce forestière occasionnelle dans le centre de sa répartition.
Statut ou situation des populations de l’extérieur?
Une immigration a-t-elle été constatée ou est-elle possible?
Peu probable
Des individus immigrants seraient-ils adaptés pour survivre au Canada?
Oui
Y a-t-il suffisamment d’habitat disponible au Canada pour les individus immigrants?
Habitat supplémentaire limité à la région du Niagara
La possibilité d’une immigration de populations externes existe-elle?
Possible, mais semble peu probable


Statut existant

Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) : En voie de disparition (2006)


Statut et justification de la désignation

Statut : En voie de disparition
Code alphanumérique : A2ac, B1ab (ii, iii, v) +2ab (ii, iii, v), C1 + 2a (i, ii), D1


Justifications de la désignation : Il s’agit d’un arbre caduque largement répandu de l’est de l’Amérique du Nord où une seule petite population en Ontario est connue. Cette population a connu un déclin considérable au cours des quatre dernières décennies avec moins de 15 arbres à l’état sauvage. Son habitat est entouré de lotissements résidentiels, et la population fait face à un risque permanent en raison des tempêtes, de l’érosion ainsi que de la perte et de la dégradation de l’habitat.


Applicabilité des critères

Critère A (Population globale en déclin) : Correspond au critère de la catégorie « en voie de disparition », A2ac, d’après une perte d’environ 72 % des arbres au cours d’une seule génération, tel qu’il a été noté par observation directe. Aussi associé à une diminution de la zone d’occupation et de la qualité de son habitat.

Critère B (Petite aire de répartition, et déclin ou fluctuation) : Correspond aux critères B1ab (ii,iii,v) +2ab (ii,iii,v), en raison des très petites zones d’occurrence et d’occupation, de la présence d’une seule population et de la diminution continue de la zone d’occupation, de la qualité de l’habitat et du nombre d’arbres matures.

Critère C (Petite population globale et déclin) : Correspond aux critères C1 + 2a (i,ii), d’après la population qui est de très petite taille, du déclin continu probable qui s’élévera d’au moins 20 % en deux générations; de la seule population qui regroupe moins de 250 arbres matures.

Critère D (Très petite population ou aire de répartition limitée) : Correspond au critère de la catégorie « en voie de disparition », D1, avec seulement 14 arbres et 2 gaules restants.

Critère E (Analyse quantitative) : Non disponible.