Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le bouleau flexible au Canada

Biologie

Les renseignements suivants sont fondés sur les observations de terrain effectuées par l’auteur en Ontario et dans trois sites de l’ouest de l’État deNew York, ainsi que sur divers ouvrages cités.

Cycle vital et reproduction

Le bouleau flexible est une espèce ligneuse qui peut vivre jusqu’à 200 ans ou même davantage. Les sujets de la banque de gènes vivants de l’arboretum de la University of Guelph ont commencé à produire des fruits avant l’âge de 16 ans.

L’espèce est monoïque (les fleurs mâles et femelles sont réunies en chatons distincts produits par un même individu). Les chatons se forment l’année précédant la floraison, qui a lieu au printemps, avant l’apparition des feuilles. Le pollen est dispersé par le vent. Il est possible de croiser le bouleau flexible avec le bouleau jaune, mais aucun hybride de ce type n’a été trouvé dans la nature (Sharik et Burton, 1971).

Les graines se développent durant l’été et sont disséminées vers la fin de l’automne ou en hiver. Elles germent sans stratification, mais ont besoin de lumière (Ministère des Richesses naturelles de l’Ontario [MRNO], 2000; Kock, 1998). Dans l’ouest de l’État de New York, on a observé l’établissement de semis dans les graviers fins d’ouvertures du couvert forestier, mais non dans les secteurs recouverts de litière. Certains arbres avaient des racines en échasses, ce qui indique que les semis s’étaient établis sur une souche ou une bille en décomposition. Des gaules ont également été observées dans cette localité. L’espèce ne se reproduit que par voie sexuée; après une coupe, la souche peut produire des rejets, mais c’est le seul type de multiplication clonale qu’on connaisse à l’espèce.

Herbivores/prédateurs

Les bouleaux peuvent être broutés par de grands herbivores ou endommagés par des insectes défoliateurs, mais ces animaux ne constituaient pas des menaces pour les populations observées.

Physiologie

Dans le sud de l’Ontario, les sols sont généralement alcalins en raison du substratum calcaire. Dans l’État de New York, les sols avaient vraisemblablement un pH plus neutre ou acide, si on se fie aux espèces auxquelles les populations étaient associées (Vaccinium spp., Quercus prinus, etc.). L’espèce se cultive bien dans les sols riches en calcaire; il ne semble pas que le pH du sol soit un facteur limitatif.

Déplacements et dispersion

Les graines ont de petites ailes et sont disséminées par le vent. La distance de dispersion peut être accrue s’il vente sur la neige ou la glace lors de la dissémination hivernale. La mention historique d’un autre arbre dans la même vallée, celle des ruisseaux 15 Mile et 16 Mile, résulte probablement de la dissémination d’une graine à partir du seul peuplement actuel.

Relations interspécifiques

Chez le bouleau flexible, la pollinisation et la dissémination des graines ne requièrent aucun animal. Aucune relation interspécifique antagoniste n’a été observée.

Adaptabilité

Le bouleau flexible peut s’établir dans de petites trouées de la forêt. Deux gaules et un petit arbre ont été observés dans le ravin en contrebas de la population principale du ruisseau 15 Mile.

L’espèce est facile à cultiver à partir de graines. L’arboretum de la University of Guelph abrite des descendants de chaque individu mûr de la sous-population du ruisseau 15 Mile qui est située le plus au nord. De plus, le Tree Advisory Committee de la région du Niagara a acheté des arbres de la Little Otter Tree Farm et les a plantés un peu partout dans St. Catharines; les graines provenaient de la sous-population qui existait autrefois au bord du lac. Les arbres achetés par les propriétaires fonciers du site du ruisseau 15 Mile situé le plus au nord et du site situé au bord du lac provenaient du Niagara College, mais ils avaient également été produits par la Little Otter Tree Farm. Quatre d’entre eux ont été plantés il y a quelques années dans le site du ruisseau 15 Mile, où des arbres mûrs ont été détruits par des tempêtes récemment (en mai 2004 et auparavant); deux arbres ont été plantés dans le site situé au bord du lac, mais un seul a survécu.