Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le potamot de Ogden (Potamogeton ogdenii) au Canada

Information sur l’espèce

Nom et classification 

Nom scientifique :

Potamogeton ogdenii Hellquist et R.L. Hilton

Nom français :

potamot de Ogden

Nom anglais :

Ogden’s pondweed

Famille :

Potamogétonacées

Grand groupe végétal :

Monocotylédones

Le potamot de Ogden a été décrit pour la première fois en 1983, à partir de spécimens recueillis en 1970 par Robert Haynes et Stanley Smith dans le comté de Columbia, dans l’État de New York (Hellquist et Hilton, 1983). En 1970, on a pensé que ces plantes étaient des Potamogetonxlongiligulatus, hybride que l’on croyait alors issu du P. strictifolius et du P. zosteriformis (Hellquist et Hilton, 1983). Par suite de travaux ultérieurs, le P. xlongiligulatus a été considéré comme un synonyme du P. strictifolius (FNA, 2000). L’hybride du P. strictifolius et du P. zosterformis devrait porter le nom de P. xhaynesii (Hellquist et Crow, 1986). L’étude encore plus poussée des spécimens du comté de Columbia a donné lieu à la description de ces plantes en tant que nouvelle espèce, le Potamogeton ogdenii, probablement issu d’une hybridation entre le P. hillii et le P. zosteriformis (Hellquist et Hilton, 1983). Cette plante est reconnue comme une espèce distincte dans des documents récents, comme dans Gleason et Cronquist (1991) et dans FNA (2000).

Description

Le potamot de Ogden est une plante aquatique annuelle submergée. La tige, rigide et abondamment ramifiée, est filiforme-comprimée. Les feuilles, vertes à brun verdâtre, comptent de 3 à 9 nervures et mesurent de 5 à 7 cm de long (Hellquist et Hilton, 1983) et de 1,2 à 2,9 mm de large. Elles ont une pointe cuspidée à aristée, et elles présentent 1 ou 2 rangs de lacunes aérifères de chaque côté de la nervure médiane. Les stipules, semblables à des feuilles, sont brunes et légèrement fibreuses, et leur pointe est partiellement déchiquetée. Les fruits, produits seulement à l’occasion, sont réunis en épis cylindriques de 5 à 11 m de long comptant de 2 à 4 verticilles. Ils sont orbiculaires, vert foncé et mesurent de 2,2 à 3 mm de diamètre. La production de bourgeons hivernaux (hibernacles) est rare (Hellquist et Hilton, 1983) mais semble être le mode de reproduction le plus commun (Hellquist et Mertinooke-Jongkind, 2003). Les hibernacles, qui peuvent être produits en position terminale ou latérale, atteignent de 37 à 92 mm de long et de 26 à 60 mm de large, et ont les feuilles extérieures ascendantes. Souvent, les hibernacles consistent en des groupes serrés de feuilles non différenciées (Hellquist et Hilton, 1983). La plante ne produit pas de rhizomes; cependant, elle peut se régénérer à partir de fragments survivant à l’hiver (Hellquist et Hilton, 1983). Des dessins de la plante sont présentés dans Crow et Hellquist (2000), Hellquist et Hilton (1983) ainsi que Holmgren (1998).

Le potamot de Ogden appartient à la sous-section Pusilli du genre Potamogeton. Cette sous-section est constituée des potamots à feuilles linéaires : P. confervoides, P. zosteriformis, P. hillii, P. foliosus, P. friesii, P. strictifolius, P. ogdenii, P. obtusifolius et P. pusillus. En raison de la grande similarité de leurs parties végétatives et de leur variabilité morphologique, les espèces de ce groupe sont difficiles à identifier sans fleurs ou fruits (Haynes, 1974). Le P. confervoides se distingue par ses touffes ramifiées de feuilles alternant le long de la tige. Le P. zosteriformis a une tige aplatie de 2 mm ou plus de largeur. Chez le P. hillii, les pédoncules portant les fleurs et les fruits sont principalement axillaires. Le P. foliosus produit des rhizomes allongés, et ses épis ne comptent que 1 ou 2 verticilles de fleurs ou de fruits. Chez le P. freisii, le sommet des feuilles est arrondi, et les feuilles extérieures des hibernacles sont à angle droit par rapport aux feuilles intérieures. Chez le P. strictifolius, les gaines stipulaires sont blanches, et les feuilles comptent habituellement de 3 à 5 nervures. Le P. obtusifolius présente des gaines stipulaires non fibreuses, et ses feuilles peuvent atteindre 3,5 mm de largeur. Le P. pusillus présente des gaines stipulaires non fibreuses, et le diamètre de ses fruits est de 1,5 à 2,2 mm. Bien que le genre Potamogeton ait été divisé en plusieurs sections et sous-sections dans le passé, Haynes et Hellquist, auteurs de la description du genre dansFlora of North America (FNA, 2000), sont d’avis que la reconnaissance de catégories infragénériques n’est pas justifiée. Le potamot de Ogden est aussi très semblable à l’hétéranthère litigieuse (Zosterella dubia) quand les deux espèces sont à l’état végétatif. L’hétéranthère litigieuse ne présente toutefois pas la nervure médiane bien marquée qu’on trouve sur les feuilles des espèces du genre Potamogeton.

Les spécimens de potamot de Ogden portant des fruits ou des fleurs peuvent être identifiés le plus facilement au moyen des clés ou des illustrations présentées dans Gleason et Cronquist (1991), Hellquist et Hilton (1983), Hellquist et Crow (1986), Crow et Hellquist (2000), Hellquist et Mertinooke-Jongkind (2003), Holmgren (1998), ou FNA (2000).

Description génétique

Aucun renseignement spécifique sur la génétique n’a été trouvé pour cette espèce rare à l’échelle mondiale.

Unités désignables 

Cette espèce est traitée comme une seule unité désignable.