Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le potamot de Ogden (Potamogeton ogdenii) au Canada

Répartition

Aire de répartition mondiale 

Espèce rare à l’échelle mondiale, le potamot de Ogden pousse dans les lacs, les étangs et les cours d’eau lents du sud de l’Ontario (deux sites existants et un site historique), de l’ouest du Connecticut (deux sites existants et trois historiques), du centre de l’État de New York (trois sites existants et deux historiques), du centre du Vermont (deux sites existants et deux historiques) et de l’ouest du Massachusetts (deux sites existants) (figure 1). Au total, on compte donc 11 populations considérées comme existantes et huit populations historiques dans le monde.

Figure 1. Aire de répartition nord-américaine du Potamogeton ogdenii (d’après FNA, 2000).

Figure 1. Aire de répartition nord-américaine du Potamogeton ogdenii

Aire de répartition canadienne

Au Canada, le potamot de Ogden n’est présent que dans le sud-est de l’Ontario (figure 2). La première récolte a été faite en 1873 par John Macoun, avec « Hastings County » comme indication du lieu; vu le caractère vague de cette indication, ce site a été placé sur la carte de la figure 2 au centre de ce comté (site 3). Seuls deux autres sites sont connus au Canada : des spécimens ont été prélevés au parc provincial de la Pointe Murphys (site 1) en 1974, et à Davis Lock, sur le canal Rideau (site 2) en 1987 (annexe 1). Si on inclut le site du comté de Hastings en supposant qu’elle se trouve dans la zone centrale du comté, la superficie totale de la zone d’occurrence serait probablement moins de 1 000 km². Selon C.B. Hellquist (comm. pers., mars 2006, à B. Bennett, Sous-comité de spécialistes des plantes vasculaires du COSEPAC), il n’y a pas d’autres mentions pour le Canada.

Figure 2. Aire de répartition canadienne du Potamogeton ogdenii. Les points noirs indiquent les populations possiblement encore existantes répertoriées après 1970. Le cercle correspond à la mention de 1873 pour le comté de Hastings, placée sur la carte au centre du comté, faute de plus de précision.

Figure 2.  Aire de répartition canadienne du Potamogeton ogdenii

Dans l’article de FNA (2000) sur le potamot de Ogden, on ne fait mention pour l’Ontario que de la récolte de 1987. Celle de 1974, réalisée à la pointe Murphys, n’est pas mentionnée dans FNA (2000), mais le spécimen a été identifié par C.B. Hellquist en 1985, et mentionné dans Hellquist (1985). L’omission de la récolte de la pointe Murphys dans FNA (2000) n’est probablement qu’une simple erreur. La mention de 1873 pour le comté de Hastings ne figure pas dans FNA (2000), soit à cause de son ancienneté, soit à cause de l’imprécision de la localité; toutefois, le spécimen a été identifié par C.B. Hellquist et la mention figure dans Hellquist et Mertinooke-Jongkind (2003).

Vu la ressemblance entre le potamot de Ogden et les huit autres espèces à feuilles linéaires présentes dans la province, il est probable que le Potamogeton ogdenii n’ait pas été remarqué à certains endroits; il pourrait donc être moins rare qu’on le pense dans son aire de répartition actuellement connue, ou être plus répandu en Ontario. Toutefois, les potamots ont été largement herborisés dans le sud de l’Ontario. Des herbiers importants, comme le DAO (code officiel pour l’herbier de la Ferme expérimentale centrale d’Agriculture et Agroalimentaire Canada, à Ottawa), renferment des milliers de spécimens de Potamogeton recueillis dans la province. Au DAO, l’identification ou la vérification de l’identification de la grande majorité des spécimens récoltés ont été réalisées par des experts des potamots, comme C.B. Hellquist et R.R. Haynes. Parmi tous les spécimens de potamots du DAO, il n’y a qu’un seul Potamogeton ogdenii  –  il s’agit du spécimen de 1987 récolté à Davis Lock (spécimen montré à la figure 3). Comme le potamot de Ogden est probablement issu d’une hybridation entre le P. hillii et le P. zosteriformis, on pourrait penser qu’il ne peut être présent que là où chevauchent les aires de répartition de ces deux espèces. Le P. zosteriformis est assez largement répandu en Ontario, mais l’aire de répartition du P. hillii se limite principalement à l’île Manitoulin et à la péninsule Bruce, lieux très éloignés des sites connus du potamot de Ogden. De plus, aux États-Unis, la plupart des sites du potamot de Ogden se trouvent dans des régions qui n’abritent qu’une seule des espèces dont il est issu, le P. zosteriformis (Hellquist et Mertinooke-Jongkind, 2003).

Figure 3. Spécimen de Potamogeton ogdenii recueilli à Davis Lock (photo d’une récolte déposée à l’herbier du ministère de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire [DAO], à Ottawa).

Figure 3.  Spécimen de Potamogeton ogdenii recueilli à Davis Lock

Bien que les espèces du genre Potamogeton aient fait l’objet d’une herborisation considérable dans l’aire de répartition apparente du potamot de Ogden dans la province, aucun relevé exhaustif n’a encore été entrepris. Tant qu’un échantillonnage intensif n’aura pas été effectué, on doit considérer comme provisoire l’aire de répartition du potamot de Ogden (et d’autres espèces de Potamogeton à feuilles étroites) telle qu’établie actuellement.