Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la situation de la limace-sauteuse dromadaire au Canada

Protection actuelle ou autres désignations

 

La Wildlife Act de la Colombie-Britannique, qui interdit de capturer, de manipuler et de commercialiser toutes les espèces animales sauvages indigènes sans permis, ne s’applique pas aux invertébrés. Dans cette province, les gastéropodes terrestres indigènes ne bénéficient d’aucune protection légale. On n’a pas encore évalué les gastéropodes terrestres en vue de leur inclusion dans les listes bleue ou rouge de la Colombie-Britannique (S. Canning, comm. pers.).

À l’échelle mondiale, on présume que l’espèce n’est pas menacée. Elle ne figure pas sur la liste rouge de l’UICN (Hilton‑Taylor, 2000); elle ne bénéficie d’aucune protection en vertu de la Endangered Species Act des États‑Unis (U.S. Fish and Wildlife Service, 2001). Par manque d’information, toutefois, on ne lui a pas attribué de cote de patrimoine mondial (G?; site Internet de Nature Serve consulté en juillet 2002).

Étonnamment, cette espèce ne figure pas sur la liste des espèces à inventorier et à gérer dans le cadre du Northwest Forest Plan, bien que plusieurs autres espèces du genre Hemphillia y figurent (Kelley et al., 1999). Ce plan régit la gestion des peuplements forestiers mûrs et anciens des terres fédérales, depuis le Nord de la Californie jusqu’à l’État de Washington, en passant par l’Oregon. Tout projet ou activité qui perturbe le parterre forestier doit être précédé d’un recensement de certaines espèces. Le processus d’évaluation des mollusques est fondé sur les données scientifiques disponibles et met à contribution les gestionnaires de ressources et les experts (J. Zieglstum, comm. pers.). À l’origine, le H. dromedarius n’en faisait pas partie, car on le considérait comme l’espèce du genre Hemphillia la plus répandue et on le croyait abondant dans certaines régions (T. Burke, comm. pers.). Toutefois, on disposait de très peu de données réelles. Une demande de révision du statut du H. dromedarius est en préparation, étant donné qu’il existe très peu d’information tant sur sa répartition et son utilisation de l’habitat que sur la taille et les tendances de ses populations (J. Ziegltrum, comm. pers.).