Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la situation de la limace-sauteuse dromadaire au Canada

Importance particulière de l’espèce

 

Le Hemphillia dromedarius est l’une des rares limaces indigènes des forêts de la côte ouest du Canada. Elle apporte une contribution importante à la biodiversité de ces forêts. En outre, nous ne connaissons pas encore le degré de différenciation génétique entre les populations canadiennes et celles des États‑Unis. On ignore l’importance écologique du H. dromedarius. La limace terrestre du Pacifique (Ariolimax columbianus) semble jouer un rôle en tant qu’agent de dispersion des spores fongiques, y compris celles des champignons qui forment des associations mycorhiziennes avec les racines des arbres (Richter, 1980). Toutefois, sans information précise sur le régime alimentaire du H. dromedarius, on ne peut savoir si cette espèce joue un rôle écologique similaire.

Aux États‑Unis, trois espèces appartenant au même genre (H. malonei, H. glandulosa et H. burringtoni) figurent sur la liste des espèces à inventorier et à gérer dans le cadre du Northwest Forest Plan (Kelley et al., 1999), mais le H. dromedarius n’a aucun statut spécial.

En raison de leur apparence particulière et de leur comportement de fuite remarquable, les limaces-sauteuses suscitent généralement l’intérêt et attirent l’attention du grand public en tant qu’invertébrés sympathiques. Les membres de ce genre, y compris le H. dromedarius, pourraient servir d’animaux vedettes pour sensibiliser le public aux invertébrés des parterres forestiers et favoriser leur conservation et celle de leurs habitats.

L’espèce n’a aucune valeur marchande. On ne connaît aucun mode d’utilisation par les Autochtones, bien que la limace terrestre du Pacifique, plus grande et plus abondante, soit utilisée à des fins médicinales (N. Turner, comm. pers.).