Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le buchnéra d’Amérique au Canada - Mise à jour

Facteurs limitatifs et menaces

Les principaux facteurs naturels limitant le buchnéra d’Amérique sont l’inféodation de l’espèce à un habitat particulier et le caractère dynamique de cet habitat. Le buchnéra d’Amérique est une espèce des stades de transition de la succession naturelle; on ne la trouve plus dans les collectivités stables (Ostlie, 1990). En Ontario, la fluctuation du niveau de l’eau dans la région où se trouve l’espèce joue un rôle capital dans le maintien de son habitat. Les principaux facteurs anthropiques limitant l’espèce en Ontario sont la perte massive d’habitats interdunaires naturels au profit de la construction de maisons et de chalets. Sa survie est aussi menacée de plus en plus par les activités récréatives (Oldham, 1995).

Aux États-Unis, la perte d’habitat, entraîné par des phénomènes physiques de perturbation,  l’aménagement des terrains et la succession végétale, est le principal facteur limitant l’effectif de l’espèce. Dans la prairie, où se trouvent la majorité des populations américaines de buchnéra d’Amérique, le feu est un élément de perturbation nécessaire à la germination des graines et au maintien de la communauté végétale (Ostlie, 1990). Le brûlage dirigé suivant un cycle de 3 ou 4 ans est la principale technique de gestion de l’espèce en Indiana, en Illinois, au Missouri et en Ohio.