Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le buchnéra d’Amérique au Canada - Mise à jour

logo du COSEPAC

COSEPAC
Résumé

Buchnéra d’Amérique
Buchnera americana

Information sur l’espèce

Le buchnéra d’Amérique est une herbacée vivace atteignant de 40 à 80 cm de hauteur. La tige, généralement non ramifiée, est pubescente et porte des feuilles sessiles opposées. Les fleurs, sessiles et d’un violet foncé, sont groupées en un épi terminal. En Ontario, la floraison s’étale de la mi‑juillet au début de septembre. Le fruit est une capsule oblongue d’environ 7 mm de longueur. L’espèce est hémiparasite de divers conifères et feuillus, se fixant à leurs racines au moyen de suçoirs.

Répartition

Le buchnéra d’Amérique est présent dans 11 États des États‑Unis, depuis l’Ohio et l’Indiana jusqu’à la Géorgie et au Missouri. Les plus fortes densités se trouvent dans le Tennessee, le Kentucky, l’Arkansas et le Missouri. Au Canada, cette plante croît sur 10 km de la rive du lac Huron, dans le Sud‑Ouest de l’Ontario, où elle forme une population isolée à la limite septentrionale de l’aire de répartition de l’espèce.

Habitat

En Ontario, le buchnéra d’Amérique pousse en bordure de dépressions interdunaires mouilleuses.

Biologie

L’espèce est hémiparasite sur les racines de nombreuses espèces d’arbres, dont le pin blanc, le frêne rouge, le peuplier deltoïde et le chêne blanc, et probablement d’autres végétaux, mais elle est capable de se développer sans ces hôtes. Certains botanistes l’ont classée dans la catégorie des vivaces, mais on pense que les populations de l’Ontario et celles du Nord des États-Unis sont peut‑être majoritairement annuelles. La plante produit de petites graines qui ont besoin de lumière pour germer, et les quelques essais réalisés à ce jour indiquent qu’elles peuvent demeurer viables dans le sol de deux ans et demie à trois ans. La pollinisation peut être assurée par des papillons, mais d’après la couleur et la morphologie de la fleur, il est possible que l’autopollinisation soit fréquente.

Taille et tendances des populations

L’effectif du buchnéra d’Amérique varie de façon importante d’une année à l’autre. En 1981, soit la seule année où des relevés ont été faits dans les huit sites connus, on a dénombré en tout 2 182 sujets. L’effectif a connu un déclin important certaines années où les eaux ont atteint un niveau très élevé; en 1986 et en 1997, l’effectif est tombé à moins de 600 sujets, répartis dans six sites. La sécheresse qui a sévi durant l’été de 1988 peut avoir causé une diminution du nombre de tiges florifères.

Facteurs limitatifs et menaces

Les principaux facteurs naturels limitant le buchnéra d’Amérique sont l’inféodation de l’espèce à un habitat particulier et le caractère dynamique de cet habitat. Le buchnéra d’Amérique est une espèce des stades de transition de la succession naturelle; on ne la trouve plus dans les collectivités stables. En Ontario, la fluctuation du niveau de l’eau dans la région où se trouve l’espèce joue un rôle capital dans le maintien de son habitat. Les principaux facteurs anthropiques limitant l’espèce en Ontario sont la perte massive d’habitats interdunaires naturels au profit de la construction de maisons et de chalets. Sa survie est aussi menacée de plus en plus par les activités récréatives. L’élévation du niveau de l’eau réduit certes l’effectif annuel de l’espèce, mais elle contribue par ailleurs à maintenir l’habitat dégagé qui lui est propice.

Importance de l’espèce

L’importance du buchnéra d’Amérique au Canada tient à son caractère de parasite non obligé, à l’éloignement des populations principales de l’espèce
(États-Unis) et à son inféodation, en Ontario, à un habitat particulier et restreint, dont le maintien est largement tributaire des fluctuations du niveau de l’eau.