Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur l’esturgeon vert au Canada - Mise à jour

Importance de l'espèce

L’esturgeon vert est l’une des plus grandes espèces de poisson d’eau douce. Sa longévité est remarquable; il peut vivre jusqu’à 70 ans, atteindre une longueur de 2,3 m et un poids de 159 kg. Contemporain des dinosaures, l’esturgeon vert est l’une des espèces les plus anciennes du monde; on le retrouve, pratiquement identique, dans des fossiles datant de plus de 200 millions d’années. Son goût réputé mauvais et sa rareté ont limité son utilisation au Canada. La majorité des prises sont des prises accessoires, et le poisson est souvent jeté, car il est jugé inintéressant. Il y a toutefois une pêche autochtone aux États-Unis, sur la rivière Klamath en Oregon, qui existe depuis plus de mille ans et fait partie intégrante de la culture tribale (Van Eenennaam et al., 2001).

Les esturgeons revêtent par ailleurs une importance biologique et commerciale. Sur le plan biologique, ils sont d’un grand intérêt scientifique par leur ascendance qui remonte à l’ère des dinosaures. Sur le plan commercial, leur chair est prisée par certains; généralement fumée, elle se vend à prix élevé par kilogramme. Mais c’est surtout son caviar de grande valeur qui est recherché. Le commerce de l’esturgeon, de ses parties et produits dérivés se fait à l’échelle internationale et est réglementé par la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES). Le caviar est le produit dérivé de poissons le plus coûteux du monde, et les fournisseurs se donneraient beaucoup de mal pour répondre à la demande. Les œufs valent jusqu’à 550 $/kg sur les marchés légaux (MD, 2003) et le caviar peut se vendre bien au-delà de 1000 $/kg sur les marchés nationaux (CITES World, 2001). Compte tenu de la demande de caviar et de la rareté de la ressource sauvage, de tels prix encouragent la prolifération de pratiques illégales, dont le braconnage.

Il n’existe aucune statistique sur l’ampleur de l’exploitation illégale de l’esturgeon vert, mais le braconnage des esturgeons blancs est préoccupant dans le cours inférieur du Fraser (Ptolemy et Vennesland, 2003). Des enquêtes récentes ont permis d’établir un lien entre le braconnage de l’esturgeon et le crime organisé. Une bande organisée de braconniers, connue pour sévir dans le nord-ouest de l’Amérique du Nord, a ainsi fourni à certains détaillants d’énormes quantités de caviar d’esturgeon blanc, dont la plus grande partie a été commercialisée sous le nom de caviar beluga (Waldman, 1995; Ptolemy et Vennesland, 2003).