Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

L’arnoglosse plantain (Arnoglossum plantagineum)

Taille et tendances des populations

En Ontario, l’arnoglosse plantain se rencontre dans cinq régions : les tourbières minérotrophes riveraines du lac Huron, situées du côté ouest de la péninsule Bruce; plusieurs prés riverains des rivières Maitland et Ausable, situés près du lac Huron; les rives de la rivière Thames (une population, découverte récemment); une localité située près du lac Simcoe (un individu isolé). Sauf indication contraire, les effectifs donnés par Keddy (1988) et par moi-même en 1998 ne comprennent que les pieds portant des fleurs ou des fruits. Les effectifs donnés par d’autres auteurs englobent généralement les pieds florifères et les pieds végétatifs. Comme on compte parfois dans une population douze fois plus de pieds végétatifs que de pieds florifères, et même plus (obs. pers., 1998), il faut faire très attention lorsqu’on établit des comparaisons.

Keddy (1988) mentionne un individu isolé au sud d’Orillia, près du lac Simcoe (site 1 sur la carte de la figure 3). Le propriétaire du terrain, H. Cattley, l’a observé encore en 1993 ou en 1994; la plante présentait alors deux hampes florales (H. Cattley, comm. pers., 1998).

En 1993, Mike Oldham a découvert au bord de la rivière Thames une population de plus de 100 individus, sujets végétatifs et florifères probablement confondus (site 2 sur la carte de la figure 3). C’est la première mention de l’espèce pour la Thames. Cette population se trouve à environ 40 km au sud-est des sites de la rivière Ausable.

Keddy (1988) mentionne trois sous-populations, de 1, de 3 et de 18 individus florifères, situées à moins de un kilomètre les unes des autres, sur les berges de la rivière Ausable, près d’Arkona (site 3 sur la carte de la figure 3). Le 27 juillet 1998, j’ai exploré les lieux où était signalée la sous-population de 18 individus et y ai trouvé deux individus florifères. Oldham (1998) mentionne quatre autres populations, situées à peu près dans le même secteur et observées pour la dernière fois en 1984 et 1985. Deux d’entre elles comptaient chacune une centaine d’individus, végétatifs et florifères confondus. Le 27 juillet 1998, j’ai découvert une population tout près de ce secteur, dans l’aire de conservation Rock Glen; elle regroupait 24 individus végétatifs et un individu florifère. L’espèce n’est donc pas disparue de la région; cependant, les données démographiques sont insuffisantes pour permettre de déterminer si ces populations ont évolué depuis 1988.

Il y a plusieurs mentions de l’espèce pour les rives de la rivière Maitland, à moins de 20 km du lac Huron. Keddy (1988) en confirme une seule, à savoir une population de 59 individus florifères située à Benmiller (site 4 sur la carte de la figure 3). Le 26 juillet 1998, j’ai trouvé dans ce secteur une cinquantaine d’individus florifères. Dans Oldham (1998), on trouve une mention de plusieurs individus dispersés, observés en 1987 au nord de Holmesville (site 5 sur la carte de la figure 3). Le 26 juillet 1998, je n’ai trouvé dans ce secteur aucun individu florifère de l’espèce. Il est possible que la population ait été détruite par le fauchage pour faire place à du gazon ou encore par le broutage intensif des bestiaux qui paissent jusqu’au bord de la rivière. Comme le reste de l’herbaçaie est très dense, il est possible que l’arnoglosse plantain soit passé inaperçu simplement parce qu’il n’était pas en fleurs. Oldham (1998) cite une autre mention de 1987, pour le Nord de Clinton (site 6 sur la carte de la figure 3), laquelle n’est accompagnée d’aucune indication d’abondance. J’ai exploré ce secteur le 26 juillet 1998 et n’ai trouvé aucun individu florifère de l’espèce. L’herbaçaie est dominée par d’épaisses touffes d’alpiste roseau (Phalaris arundinacea), et l’arnoglosse plantain n’a peut-être pas été aperçu simplement parce qu’il ne portait pas encore de fleurs ou de graines. Oldham (1998) mentionne également trois populations situées sur les berges de la Maitland (site 4 sur la carte de la figure 3) : l’une observée en 1995 dans l’aire de conservation Falls Reserve, à un kilomètre au sud-ouest de Benmiller, où l’espèce est décrite comme rare et locale, les deux autres observées en 1993 à 2 et à 3 kilomètres à l’est-sud-est de Goderich et pour lesquelles il n’y a aucune indication d’abondance. L’arnoglosse plantain est donc toujours présent sur les berges de la Maitland, et on en connaît aujourd’hui plusieurs sites non mentionnées dans Keddy (1988).

L’effectif ontarien de l’arnoglosse plantain est concentré du côté ouest de la péninsule Bruce. Keddy (1988) mentionne six principales localités, certaines abritant plusieurs sous-populations. D’après les relevés que j’ai effectués en 1998, ce secteur abrite aujourd’hui des milliers d’individus florifères de l’espèce.

Keddy (1988) mentionne 9 colonies de 1 à 100 individus pour Chief’s Point Bay (site 7 sur la carte de la figure 3). J’ai effectué un relevé dans cette localité le 16 juillet 1998; j’ai considéré les neuf colonies comme quatre sous-populations, en raison de leur proximité. J’y ai compté (138) 420, (100) 75, (20) 124 et (plusieurs centaines) 300+ individus florifères [le nombre entre parenthèses est celui de Keddy (1988)].

Pour Oliphant Sud (site 7 sur la carte de la figure 3), Keddy (1988) mentionne trois groupes d’individus dispersés. Le 16 juillet 1998, j’y ai observé cinq colonies comptant 170, 66, 126, 340 et 35 individus florifères.

Pour Oliphant Nord (site 7 sur la carte de la figure 3), Keddy (1988) mentionne quatre colonies, de 60, de 20 et, pour les deux dernières, de quelques individus dispersés. Le 16 juillet 1998, j’y ai dénombré respectivement 200+, 90, 1 500+ et 60 individus florifères. La colonie de 1 500+ individus se trouve à l’intérieur de la réserve naturelle Oliphant Fen, propriété des associations Owen Sound Field Naturalists et Saugeen Field Naturalists.

À Red Bay (site 8 sur la carte de la figure 3), Keddy (1988) a dénombré des centaines de pieds d’arnoglosse plantain. Dans Oldham (1998), ce site est désigné « Howdenvale Bay - Petrel Point ». Le 16 juillet 1998, j’y ai dénombré 1 400 pieds florifères de l’espèce. Une grande partie de cette colonie se trouve dans la réserve naturelle Petrel Point, propriété de la Federation of Ontario Naturalists.

À Pike Bay (site 9 sur la carte de la figure 3), Keddy (1988) a dénombré 20 individus florifères de l’espèce. Le 16 juillet 1998, j’en ai compté 120.

Keddy (1988) a trouvé à Dorcas Bay (site 10 sur la carte de la figure 3) six colonies d’arnoglosse plantain de 10 à 110+ individus. J’ai effectué un relevé dans cette localité le 24 juillet 1998, et j’ai considéré que les six colonies en forment une seule, en raison de leur proximité. J’y ai compté 506 individus florifères. Cette colonie se trouve en partie dans le parc national de la Péninsule-Bruce, appartenant à Parcs Canada et géré par cet organisme, et en partie dans la réserve naturelle Dorcas Bay, propriété de la Federation of Ontario Naturalists. J’ai découvert deux autres colonies, l’une à un kilomètre et l’autre à trois kilomètres au sud de Dorcas Bay, comptant respectivement 14 et 106 individus florifères.

Une mention de l’espèce répertoriée en 1948 pour Southampton, dans la plaine inondable de la rivière Saugeen (site 11 sur la carte de la figure 3), n’a pas été retrouvée par Keddy (1988). Le 10 juillet 1998, Muriel Andraea (comm. pers., 1998) a trouvé une douzaine de pieds florifères sur une terrasse fluviale surélevée, dans un parc public appartenant à la Ville de Southampton, où ils risquent fort d’être fauchés (M. Andraea, comm. pers., 1998). Il y a déjà eu une autre petite population de l’espèce à Southampton Sud, à l’embouchure d’un cours d’eau se déversant dans le lac Huron, mais cette population a été détruite par l’exploitation des rives du lac vers 1970 (M. Andraea et J. Heagy, comm. pers., 1998).

Oldham (1998) mentionne plusieurs populations (environ de 35 à 40 individus en tout) découvertes par J. Johnson en 1984 près du ruisseau Sucker, entre Red Bay (site 8 sur la carte de la figure 3) et Pike Bay (site 9 sur la carte de la figure 3), non mentionnées par Keddy (1988). J’ai exploré rapidement ce secteur le 16 juillet 1998 et n’y ai trouvé aucun individu florifère de l’espèce.

Selon Oldham (1998), des spécimens d’arnoglosse plantain auraient été récoltés en 1988 (aucune indication quant à l’abondance de la population) dans le parc provincial MacGregor Point (site 12 sur la carte de la figure 3). J’ai exploré ce secteur le 22 juillet 1998, mais en vain. L’habitat semblait pourtant répondre aux exigences de l’espèce. Il est possible que je sois passé à proximité d’individus végétatifs sans les voir.

J. Johnson a observé l’arnoglosse plantain à Corisande Bay (site 13 sur la carte de la figure 3) en 1982 (Oldham, 1998), mais il n’a donné aucune indication quant à l’abondance de la population. Cette mention ne figure pas dans Keddy (1988). Je me suis rendu sur les lieux le 24 juillet 1998, mais je n’y ai pas retrouvé l’espèce. Il convient de préciser qu’il s’agit d’un secteur assez vaste que je n’ai pu explorer à fond. L’arnoglosse plantain a également été observé à Johnson Harbour-Pine Tree Point, une localité voisine, en 1982 (Oldham, 1998).

L’arnoglosse plantain est mentionné également (sans indication de la date) pour la tourbière minérotrophe du lac Cameron (près du site 10 sur la carte de la figure 3), située dans le parc provincial Cypress Lake, qui fait aujourd’hui partie du parc national de la Péninsule-Bruce (Oldham, 1998). Je me suis rendu sur les lieux le 24 juillet 1998, mais n’ai pas réussi à retrouver ce site. L’indication de la localité est vague, et il est possible que je n’aie pas cherché au bon endroit. Oldham (1998) mentionne un autre site (également près du site 10 sur la carte de la figure 3) découvert en 1994 dans le parc national de la Péninsule-Bruce, à l’ouest de Dyers Bay, mais ne donne aucune information sur l’effectif de ce site.

Plusieurs sites historiques n’ont pas été revus depuis bien avant 1988, année du premier rapport sur la situation de l’espèce; ce sont le site de Colpoy’s Bay (site 14 sur la carte de la figure 3), observée pour la dernière fois en 1969; le site de Big Bay (site 15 sur la carte de la figure 3), observé pour la dernière fois en 1935; le site de Sauble Beach (site 16 sur la carte de la figure 3), observé pour la dernière fois en 1951; le site de Stokes Bay (site 17 sur la carte de la figure 3), observé pour la dernière fois en 1935; le site de Wingham (site 18 sur la carte de la figure 3), observé pour la dernière fois en 1968; le site de Tobermory (site 19 sur la carte de la figure 3), observée pour la dernière fois en 1929.