Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Programme de rétablissement revisé du naseux de Nooksack (Rhinichthys cataractae ) au Canada [Proposition]

4. Rétablissement

4. Rétablissement

4.1 La faisabilité du rétablissement

Les critères de la faisabilité[1].

1. Est-ce que des individus capables de reproduction sont actuellement disponibles pour améliorer le taux de croissance de la population ou l’abondance de la population? 

Oui. Des adultes capables de se reproduire ont été capturés récemment dans toutes les populations.

2. L’habitat adéquat suffisant existe-t-il pour faire vivre l’espèce ou doit-on le créer par l’entremise de la gestion de l’habitat ou de la restauration?

Oui. Il existe un espace physique suffisant pour soutenir trois populations qui ont fait l’objet d’un relevé (les ruisseaux Bertrand, Pepin et Fishtrap), même si jusqu’à 70 % de l’aire de répartition soit sérieusement dégradé par les dépôts de sédiments ou de faibles niveaux d’eau à la fin de l’été. La gravité et l’étendue de ces problèmes pourraient être atténuées en réduisant le retrait des eaux souterraines et des eaux de surface pendant les périodes de sécheresse, en réduisant l’entrée de sédiments dans les ruisseaux et en gérant l’activité des castors dans les habitats sensibles. La quantité et la condition de l’habitat disponible chez la population de la rivière Brunette ne sont pas connues pour l’instant.

3. Peut-on atténuer ou éviter les menaces à l’espèce par le biais de mesures de rétablissement?

Oui. La dégradation des rapides lors de l’assèchement peut être évitée en réduisant le retrait de l’eau ou en prévoyant un apport complémentaire en eau. La sédimentation peut être contenue par la plantation riveraine, l’amélioration des pratiques agricoles, l’installation de pièges à sédiments dans les égouts pluviaux et un contrôle serré des sédiments aux mines et sur les chantiers de construction. La perte des rapides peut être atténuée par la restauration de l’habitat et (au besoin) le contrôle des castors.

 

4. Existe-t-il des techniques nécessaires de rétablissement et se sont-elles montrées efficaces?

Oui. Les techniques pour réduire les problèmes d’un faible débit de base, le dépôt de sédiments et les étangs des castors, sont bien connues. La surveillance de la création des habitats des rapides a démontré que les habitats restaurés sont rapidement colonisés.

Évaluation de la faisabilité

Le rétablissement des populations du naseux de Nooksack à des niveaux assurant la survie à long terme est réalisable, tant au plan technique que biologique. Cependant, il est très probable que l’espèce demeurera d’une manière ou d’une autre en péril en raison des pressions continues sur ses habitats exercées par une population en croissance rapide dans la vallée du Fraser.

Le rétablissement consistera à constituer ou à maintenir l’habitat des rapides à un niveau suffisant pour maintenir une population dans chaque ruisseau. Une certaine forme de gestion sera nécessaire dans les trois bassins hydrographiques. L’activité devra cibler la protection du débit d’eau dans le ruisseau Bertrand, la restriction sur la construction d’étangs par les castors sur le ruisseau de Pepin et la restauration de l’habitat des rapides du ruisseau Fishtrap. Les actions adéquates de rétablissement dans la rivière Brunette ne sont pas arrêtées pour l’instant, en attente des données sur la population et la situation de l’habitat.

4.2 Objectif du rétablissement et les approches correspondantes

4.2.1 But du rétablissement

Garantir la viabilité à long terme des populations du naseux de Nooksack dans l’ensemble de leur aire de répartition naturelle au Canada.

4.2.2 Objectifs du rétablissement

1. Rétablir la population dans tous les habitats adéquats occupés présentement et par le passé dans les cours d’eau indigènes d'ici 2015.

 

Bassin hydrographiqueHabitat avec un potentiel élevé de productivité occupé en 2004 (km)Habitat total avec un potentiel élevé de productivité (km)

Ruisseau

Bertrand

<6,5
10,0

Ruisseau

Pepin

<2
2,8

Ruisseau

Fishtrap

inconnu
8,5

Rivière

Brunette

inconnu
inconnu

Justification :

Une portion importante de l’habitat comportant un potentiel élevé de productivité n’existe pas présentement en raison surtout de la dégradation des rapides ou la perte d’habitats attribuables à la sécheresse, au dépôt de sédiments et aux bassins des castors. L’achèvement des cibles de rétablissement des populations provisoires dans les trois bassins hydrographiques examinés requerra que tous les habitats ayant un potentiel élevé de productivité soient occupés (s’en remettre à l’objectif 2 ci-après). Dans la plupart des cas, les zones inoccupées peuvent devenir habitables rapidement en augmentation le débit d’eau, en contrôlant les castors et en mettant en place des pratiques de maintenance du drainage, sensibles aux poissons.

2. Accroître, d'ici 2015, l'abondance du naseux de Nooksack pour que soient atteints les niveaux cibles dans tous les bassins hydrographiques.

Bassin hydrographiqueZone des rapides dans les tronçons abritant un habitat potentiel (m2)

Cible de population

(excluant les jeunes d’un an)

Ruisseau  Bertrand
3000
5700*
Ruisseau Pepin
2300**
4400*
Ruisseau Fishtrap
2030
3900*
Rivière Brunette
Inconnu
Inconnu, en attente d’un relevé sur l’habitat

 *Présume d’une densité moyenne de1,9 naseux de Nooksack par m2 de rapides dans un habitat adéquat (Inglis et al., 1994). Arrondi à la centaine la plus proche.

** Fondé sur un relevé de 1999. En 2001, environ 200 m2 de rapides ont été  perdus aux dépens des étangs de castors (Pearson, 2004a).

Justification

Idéalement, les cibles de population devraient être fondées sur des analyses de viabilité de population solide. Malheureusement, les données démographiques nécessaires manquent dans le cas du naseux de Nooksack. Une ligne directrice appropriée pour la taille de la population minimale viable (MVP) chez les espèces d’invertébrés, à partir d’un examen exhaustif des ouvrages scientifiques (Reed et al., 2003, Thomas 1990), serait de 7000 adultes en voie de se reproduire (valeur moyenne; portée de 2000 à 10 000). Cette abondance est considérée adéquate pour maintenir la diversité génétique et pour servir d’exercer un effet tampon à la population contre les variations aléatoires pour la survie et ainsi maintenir une viabilité à long terme en l’absence de facteurs déterminables causant le déclin de la population.

Les populations de naseux de Nooksack dans chacun des quatre bassins hydrographiques sont essentiellement indépendants les uns des autres, avec une extrême faible probabilité d’échange naturel d’individus entre les bassins hydrographiques en raison des très grandes zones d’habitat adéquat qui séparent les populations. La recolonisation naturelle de l’habitat duquel une population a été éliminée (opération de sauvetage) est par conséquent très peu probable. Chaque bassin hydrographique commande une cible de rétablissement individuelle.

L’habitat de haute qualité dans le ruisseau Bertrand a accueilli en moyenne 1,9 naseux/m-2 (n = 20, écart-type = 0,35) dans la seule évaluation directe de la densité dont nous disposons (Inglis et al., 1994). Si toutes les zones de rapides dans tous les tronçons abritant un habitat d’un potentiel élevé de productivité enregistraient cette densité, l’abondance totale des adultes se situerait à quelques milliers pour chaque bassin hydrographique. Cela porte à croire que le naseux de Nooksack dans les trois bassins hydrographiques recensés, la dimension maximale réalisable de la population est proche de la taille de population minimale viable et que tous les habitats adéquats devraient être importante.

3. Faire en sorte qu'au moins un tronçon dans chaque bassin hydrographique soutienne une densité élevée de naseux de Nooksack.

Justification

À l’intérieur de chaque bassin hydrographique, les populations individuelles peuvent être structurées comme des métapopulations, subdivisées en sous-populations séparées par des habitats de médiocre qualité. La pérennité d’une population dans de tels systèmes dépend de l’existence d’une ou de plusieurs sources d’origine où la croissance de la population est positive et les densités sont élevées.

4.2.3 Stratégies à adopter pour s’attaquer aux menaces

Huit stratégies ont été identifiées en appui aux objectifs de rétablissement.  

  1. Protéger[2], créer et améliorer l’habitat des rapides dans les tronçons présentant un habitat dont le potentiel de productivité est élevé.
  2. Établir et maintenir un débit de base adéquat dans tous les habitats ayant un potentiel élevé de productivité.
  3. Limiter l’entrée de sédiments dans les ruisseaux.
  4. S’assurer de l’intégrité et du bon fonctionnement des zones riveraines dans tous les bassins hydrographiques.
  5. Réduire la fragmentation de l’habitat.
  6. Favoriser l’intendance chez les propriétaires terriens privés et le grand public.
  7. Réduire le plus possible la contamination des ruisseaux par des produits toxiques.
  8. Limiter les répercussions des prédateurs introduits.

Au tableau 5, nous établissons les priorités, nous les détaillons et nous les relions aux objectifs pertinents de rétablissement.


[1]Projet de politique sur la faisabilité du rétablissement, Loi sur les espèces en péril. Janvier 2005.

[2]On peut atteindre la protection par l’entremise d’une variété de mécanismes, notamment les accords sur l’intendance volontaire, les ententes sur la conservation, la vente par des vendeurs consentants de terres privées et la désignation de l’utilisation de la terre et les zones protégées.