Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le lapin de Nuttall de la sous-espèce nuttallii (Sylvilagus nuttallii nuttallii) au Canada - Mise à jour

Information sur l'espèce

Nom et classification

Le Sylvilagus nuttallii (Bachman, 1837) appartient à l’ordre des Lagomorphes et à la famille des Léporidés. Nelson (1909) a associé le S. nuttallii au groupe spécifique du Sylvilagus floridanus. Les résultats d’une analyse phylogénétique des caractères dentaires ont laissé entendre que le S. nuttallii et le lapin à queue blanche (Sylvilagus floridanus) sont des taxons sœurs formant un clade non résolu (Ruedas, 1998). Cependant, Halanych et Robinson (1997) ont démontré, en analysant l’ADN mitochondrial (gène de l’ARNr 12S), que le S. nuttallii est plus étroitement apparenté au lapin d’Audubon (Desert Cottontail - Sylvilagus audubonii), avec une divergence de séquence de seulement 2,1 p. 100. La divergence de séquence avec le S. floridanus était de 4,8 p. 100.

Traditionnellement (Nelson, 1909; Hall, 1981), trois sous-espèces sont reconnues : le S. n. grangeri (présent dans les Grandes Plaines, y compris le Canada et les montagnes Rocheuses), le S. n. nuttallii (de la Californie à la Colombie-Britannique) et le S. n. pinetis (sud des montagnes Rocheuses) (figure 1). Aucune étude génétique n’a été menée pour évaluer leur validité. Diersing (1978) a analysé la variation géographique de la morphologie du pelage et du crâne à partir de 44 échantillons provenant de l’ensemble de l’aire de répartition du S. nuttallii, y compris le Canada. Son analyse multivariée a révélé deux groupes discrets qui se distinguent de par la taille du crâne et du corps. Il les a classés dans les sous-espèces S. n. nuttallii et S. n. pinetis/S. n. grangeri. Un échantillon de S. n. nuttallii de la Colombie-Britannique divergeait fortement d’un échantillon de S. n. grangeri de la Saskatchewan et de l’Alberta. Diersing (1978) a conclu que le S. n. grangeri et le S. n. pinetis étaient morphologiquement semblables et a proposé qu’on les considère comme des synonymes, en retenant le nom de S. n. pinetisparce que celui-ci est utilisé depuis plus longtemps. Toutefois, comme la thèse de Diersing (1978) n’a pas été publiée, ce changement de nomenclature n’est pas valide aux termes du Code international de nomenclature zoologique; par conséquent, la population des Prairies du Canada devrait être désignée sous le nom de S. n. grangeri.

Dans son rapport initial (Carter et Merkens, 1994), le COSEPAC a attribué des statuts différents aux deux sous-espèces de S. nuttallii. Le S. n. nuttallii est considéré comme une unité désignable parce qu’il s’agit d’une sous-espèce nommée et qu’il occupe une écozone différente de celle de la sous-espèce des Prairies, le S. n. grangeri.

En langue anglaise, en plus du nom retenu de « Nuttall’s Cottontail », un autre nom commun de l’espèce est « Mountain Cottontail ». Anderson (1946) a donné à la sous-espèce S. n. nuttallii les noms communs anglais « Washington cottontail » et « sagebrush cottontail », et le nom commun français « lapin brun de Washington ».

Figure 1. Aire de répartition mondiale dulapin de Nuttall (Sylvilagus nuttallii) et de ses trois sous-espèces :

  1. S. n. nuttallii
  2. S. n. grangeri
  3. S. n. pinetis

Limites des sous-espèces modifiées à partir de Hall (1981) et Diersing (1978).

Figure 1. Aire de répartition mondiale dulapin de Nuttall(Sylvilagus nuttallii) et de ses trois sous-espèces : A - S. n. nuttallii, B - S. n. grangeri et C - S. n. pinetis. Limites des sous-espèces modifiées à partir de Hall (1981) et Diersing (1978).

Description morphologique

Le S. n. nuttallii est un lapin de petite taille. Sa fourrure est brun pâle sur le dos, grise sur les flancs et la croupe et blanche sur le ventre (figure 2). La nuque et l’arrière de la tête sont d’un brun pâle caractéristique. Les oreilles ont des bouts noirs; la queue est blanche sur la face dorsale et grise en dessous. Le crâne a un os interpariétal distinct et des processus supraoccipitaux qui touchent à la boîte crânienne. Les mensurations (plage entre parenthèses) du S. n. nuttallii au Canada sont les suivantes : longueur totale : 319 mm (de 263 à 363), n = 9; queue (vertèbres) : 33 mm (de 24 à 44), n = 9; pied postérieur : 85 mm (de 75 à 90), n = 9; oreille : 57 mm (de 54 à 58), n = 4; masse corporelle : 495 g (de 342 à 778), n = 4 (Nagorsen, 2002).

Le seul autre lièvre ou lapin présent dans les prairies de l’intérieur sud de la Colombie-Britannique est le lièvre d’Amérique (Lepus americanus). Le lièvre de Townsend (Lepus townsendii) semble avoir disparu. Le L. americanus, dont le pelage est blanc en hiver, prend une coloration brune durant l’été et peut alors être confondu avec le S. n. nuttallii. Le L. americanus n’a pas la nuque brun pâle et la croupe grisâtre qui sont caractéristiques du S. n. nuttallii; sa taille est également beaucoup plus grande (pattes de derrière de plus de 116 millimètres, oreilles de plus de 63 millimètres) (Nagorsen, 2002).

Figure 2. Lapin de Nuttall (Sylvilagus nuttallii). Photo de Dave Nagorsen.

Figure 2. Lapin de Nuttall(Sylvilagus nuttallii). Photo de Dave Nagorsen.

Description génétique

On ignore tout de la structure des populations de ce lapin au Canada. Aucune barrière géographique ne paraît limiter le flux génique parmi les S. n. nuttallii dans le bassin de l’Okanagan.