Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le lapin de Nuttall de la sous-espèce nuttallii (Sylvilagus nuttallii nuttallii) au Canada - Mise à jour

Répartition

Aire de répartition mondiale

On trouve le lapin de Nuttall dans les Grandes Plaines, les montagnes Rocheuses et les régions intermontagnardes de l’ouest des États-Unis. Sa limite septentrionale s’étend jusque dans le sud du Canada (Saskatchewan, Alberta, Colombie-Britannique). Le S. n. nuttallii s’étend de la Californie, du Nevada et de l’Arizona à l’Oregon, l’État de Washington, l’Utah et l’Idaho, jusqu’en Colombie-Britannique (figure 1).

Aire de répartition canadienne

Au Canada, le S. n. nuttallii est confiné au bassin de l’Okanagan de la Colombie-Britannique, où son aire de répartition atteint sa limite nord à Keremeos dans la vallée de la Similkameen, et à Summerland et à l’extrémité sud du parc provincial Okanagan Mountain dans la vallée de l’Okanagan (figure 3). La plupart des occurrences se trouvent à altitude inférieure à 700 m. L’espèce a été répertoriée à environ 40 endroits distincts. La zone d’occurrence fondée sur les occurrences historiques et récentes est d’environ 1 380 km². Cela représente environ 5 p. 100 de l’aire de répartition mondiale de la sous-espèce. La zone d’occupation est inconnue.

Ce lapin a été signalé pour la première fois en Colombie-Britannique en 1939, lorsque deux spécimens ont été pris sur le mont Anarchist, près d’Osoyoos (Cowan et Hatter, 1940). Au cours des 65 ans qui ont suivi sa première observation, le S. nuttallii s’est rapidement répandu dans les steppes arbustives de basse altitude du sud des vallées de l’Okanagan et de la Similkameen. En 1951, par exemple, Guiguet (1952) l’a qualifié de commun dans les terrasses du côté est du lac Osoyoos et, en 1956 (Cowan et Guiguet, 1956), il avait pratiquement atteint les limites actuelles de son aire de répartition. En raison de la rareté de l’habitat propice à l’espèce dans le nord des vallées de la Similkameen et de l’Okanagan, le lapin occupe maintenant la majeure partie de son aire de répartition possible dans la province. L’arrivée et la propagation du S. nuttallii en Colombie-Britannique se sont produites au moment où le lièvre de Townsend (Lepus townsendii) disparaissait de cette région (Nagorsen, 2005).

Figure 3. Aire de répartition canadienne dulapin de Nuttall de la sous-espèce nuttallii (Sylvilagus nuttallii nuttallii). Les points représentent les occurrences répertoriées, fondées sur les spécimens historiques de musée et diverses observations (de 1939 à 2002).

Figure 3. Aire de répartition canadienne du lapin de Nuttall de la sous-espèce nuttallii (Sylvilagus nuttallii nuttallii). Les points représentent les occurrences répertoriées, fondées sur les spécimens historiques de musée et diverses observations (de 1939 à 2002).

Il est possible que le S. n. nuttallii soit apparu en Colombie-Britannique avant 1939 sans être détecté en raison de sa rareté. Toutefois, compte tenu de l’intérêt qu’ont manifesté les naturalistes et les collections muséales pour le sud de la vallée de l’Okanagan au début des années 1900, il est peu probable que le lapin de Nuttall soit passé inaperçu, et son apparition en 1939 représente probablement une expansion naturelle de son aire de répartition à partir de l’État de Washington. Les premières collections muséales de mammifères provenant du sud des vallées de l’Okanagan et de la Similkameen ont été réunies en 1903 et 1904 par W. Spreadborough et en 1913 par E. M. Anderson (Anderson, 1914). Ni l’un ni l’autre de ces chercheurs n’a pris de spécimens ni fait d’observations de ce lapin. En 1928 et 1929, H. M. Laing a fait un inventaire des mammifères de cette région, rassemblant de vastes collections et consignant ses observations dans des notes de terrain détaillées. Il n’a trouvé aucune trace du Snuttallii(Laing, 1928; 1929). Carter et Merkens (1994) ont laissé entendre que lelapin de Nuttall était présent en Colombie-Britannique dans la préhistoire, mais qu’il avait disparu à la suite de changements environnementaux. Étant donné l’absence d’information sur la faune mammalienne du sud de la vallée de l’Okanagan avant 1900, il est difficile de vérifier cette hypothèse. Les connaissances traditionnelles autochtones (CTA) ou les restes de mammifères recouvrés dans les sites archéologiques du bassin de l’Okanagan pourraient être explorés pour répondre à cette question.

Il existe également peu de données sur l’historique du lapin de Nuttall dans le comté d’Okanogan de l’État de Washington, le comté adjacent à la population canadienne. Dans sa carte de l’aire de répartition, Dalquest (1941) a montré que ce lapin était répandu dans la majeure partie du plateau de Columbia dans l’est de l’État de Washington et atteignait la frontière canadienne dans la vallée de l’Okanagan. On ne possède toutefois aucune information sur sa répartition dans le comté d’Okanogan avant les années 1940.