Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le marsouin commun au Canada - Mise à jour

Taille et tendances des populations

Il n’y a pas d’estimation globale de l’abondance des marsouins communs dans l’est du Canada et, en fait, une grande partie de l’aire de répartition de cette espèce n’a jamais fait l’objet de relevés. Des relevés ont été effectués dans le golfe du Saint-Laurent ainsi que la baie de Fundy et le golfe du Maine, mais il n’y a pas d’estimation de l’abondance des populations de Terre-Neuve-et-Labrador (ministère des Pêches et des Océans, 2001).

Des relevés aériens le long de transects ont été effectués pour les cétacés dans le golfe du Saint-Laurent pendant les étés 1995 et 1996 par Kingsley et Reeves (1996). Le relevé de 1995 a été réalisé fin août et début septembre et a échantillonné la majorité du golfe (69 p. 100). Le relevé de 1996 a été effectué fin juillet et début août et s’est concentré sur la plate-forme adjacente à la rive nord du golfe, si bien que les deux relevés ne sont pas directement comparables sur le plan géographique ou temporel. Les estimations de l’abondance pour les relevés de 1995 et de 1996 avaient atteint respectivement 12 100 (CV = 0,26) et 21 720 (CV = 0,38) (Kingsley et Reeves, 1996). Les densités les plus élevées ont été observées dans le nord du golfe et en particulier le long de la plate-forme de la rive nord. Aucun des deux relevés ne prévoyait une correction de g(0), probabilité de détecter un individu le long du transect linéaire. Quelques marsouins étaient submergés lorsque l’avion chargé du relevé est passé et n’ont donc pas été comptabilisés, si bien que les estimations de la densité dérivées des deux relevés sont faussées à la baisse.

Quatre relevés le long de transects linéaires à bord d’un bateau et d’un avion ont été effectués par le National Marine Fisheries Service américain pour estimer l’abondance des marsouins communs dans la baie de Fundy et le golfe du Maine (résumés in Waring et al., 2001). Ces relevés ont été effectués de juillet à septembre 1991, 1992, 1995 et 1999 (tableau 2). Les relevés effectués en 1991, 1992 et 1995 ont échantillonné le nord du golfe du Maine et la partie inférieure de la baie de Fundy; en 1999, la portée du relevé a été étendue pour englober tout le golfe du Maine, y compris le nord du Banc Georges et la partie supérieure de la baie de Fundy. En 1999, des marsouins ont été vus dans des secteurs non étudiés au cours des années précédentes. Toutes les estimations ont été corrigées pour g(0), probabilité de détecter un groupe de marsouins sur la trace linéaire du relevé, en utilisant la méthode directe d’observation à partir de deux plates-formes distinctes (Palka, 1995a) -- marquage et recapture. Les quatre relevés ont fait appel à deux équipes indépendantes à bord de l’embarcation, qui ont effectué des recherches à l’œil nu en mode sans approche. Cette méthode a été utilisée pour corriger les erreurs systématiques à la fois de perception et de disponibilité. Les estimations de l’abondance résultant de ces relevés sont fournies dans le tableau 2.

Le relevé de 1991 a produit une estimation nettement plus faible de l’abondance que les trois autres (Waring et al., 2001). Cette différence est peut-être imputable, tout au moins en partie, aux changements interannuels dans la répartition des marsouins, provoquée par une variation de la température de l’eau et de la répartition des proies (Palka, 1995b).

 

Tableau 2. Estimations de l’abondance des marsouins communs dans la baie de Fundy et le golfe du Maine (données de Waring et al., 2001)
AnnéeEstimation de l’abondanceCVAbondance dans la zone commune des relevés
199137 5000,2929 000
199267 5000,2357 600
199574 0000,2071 900
199989 7000,2267 600


Les quatre relevés effectués dans la baie de Fundy et le golfe du Maine ont couvert une zone commune; l’estimation de l’abondance pour cette zone est présentée dans la dernière colonne du tableau 2 (cette estimation fait partie de l’estimation totale de l’abondance). Il n’est toutefois pas possible d’utiliser ces dernières données pour estimer une tendance de l’abondance, car une proportion inconnue de la population se trouvait à l’extérieur de cette zone commune des relevés pendant toutes ces années (Waring et al., 2001). Si, par exemple, une plus grande proportion de la population se trouvait à l’extérieur de cette zone commune (et peut-être dans une zone non examinée du tout) en 1991, il ne serait pas approprié de comparer les résultats de ce relevé avec ceux d’années plus récentes. Nous n’avons donc pas de données sur les tendances de l’abondance, même pour la population la mieux étudiée dans l’est du Canada.

Il n’existe pas d’estimation du nombre d’individus matures dans une sous-population donnée ou de la taille effective d’une sous-population de marsouins communs dans l’est du Canada, à cause d’un manque de renseignements sur le véritable rapport des sexes ou sur la structure d’âge (Caswell et al., 1998). Les renseignements existants sur les rapports des sexes et la structure d’âge ont été obtenus à partir d’échantillons de prises accessoires et d’échouages, qui ne sont vraisemblablement pas représentatifs des populations desquelles ils sont tirés.