Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le marsouin commun au Canada - Mise à jour

Logo of COSEWIC
COSEPAC
Résumé

Marsouin commun
Phocoena Phocoena

Population de l'Atlantique Nord-Ouest

Information sur l’espèce

Les marsouins communs figurent parmi les plus petits cétacés et, dans l’est du Canada, très peu d’individus dépassent 1,70 m de longueur totale. Comme tous les Phocoénidés, les marsouins communs possèdent une tête ronde dépourvue de rostre externe ou de bec. Une petite nageoire dorsale triangulaire est située à peu près au milieu du dos. Les flancs sont d’un blanc gris moucheté qui disparaît vers une surface ventrale pratiquement blanche. Une cape noire recouvre les surfaces dorsales et latérales, bien que son étendue varie considérablement chez les individus et les populations.


Répartitionet habitat

Les marsouins communs sont répartis un peu partout le long des plates-formes continentales de l’hémisphère Nord tempéré. Dans l’est du Canada, on rencontre les marsouins communs depuis la baie de Fundy au nord jusqu’au cap Aston sur l’île de Baffin, à environ 70° N. L’aire méridionale de l’espèce s’étend jusqu’en Caroline du Nord.L’espèce, conformément à son nom anglais (« Harbour Porpoise » signifie littéralement « marsouin des ports ») est parfois présente dans les baies et les ports, surtout en été. Il n’existe pas d’estimations quantitatives des tendances concernant l’étendue de l’habitat pour les marsouins communs dans l’est du Canada.


Structure des sous - populations

Des analyses de l’ADN mitochondrial(ADNmt), mais pas des microsatellites nucléaires, appuient l’existence de trois sous‑populations de marsouins communs dans l’est du Canada : Terre-Neuve-et-Labrador et Labrador, golfe du Saint-Laurent ainsi que baie de Fundy et golfe du Maine. Cette division est en outre appuyée par des études sur les taux de composés organochlorés dans les tissus et sur le cycle biologique.


Biologie

Dans toutes les populations, la reproduction est saisonnière, l’ovulation et la conception étant limitées à quelques semaines au début de l’été. La gestation dure de 10 à 11 mois et elle est suivie d’une période de lactation d’au moins huit mois. La plupart des femelles matures sont gravides chaque année. Il n’existe pas d’estimation des taux annuels de survie de cette espèce, mais sa durée de vie est courte, comparativement à d’autres odontocètes, et très peu d’individus dépassent une dizaine d’années.

Dans la baie de Fundy, des marsouins individuels munis d’émetteurs radios liés à un satellite ont fréquemment fait la navette entre les eaux canadiennes et américaines. La population de marsouins dans la baie de Fundy et le golfe du Maine est de nature transfrontalière. L’alimentation des marsouins communs comporte une variété de petits poissons et de céphalopodes. Au moins quelques proies sont démersales puisqu’elles vivent sur les fonds marins ou à proximité; les marsouins qui se nourrissent de ces proies courent le risque de se prendre dans les filets maillants calés.


Taille et tendances des populations

Il n’y a pas d’estimation globale de l’abondance des marsouins communs dans l’est du Canada ni d’estimation pour la sous‑population de Terre-Neuve-et-Labrador et Labrador. Des relevés aériens le long de transects linéaires effectués dans le golfe du Saint‑Laurent durant les étés 1995 et 1996 ont fourni des estimations respectivement de 12 100 (CV = 0,26) et 21 720 (CV = 0,38) marsouins, même si les résultats de ces relevés de deux ans ne sont pas directement comparables, car ils couvrentdes portions différentes du golfe. De plus,aucun des deux relevés n’a appliqué la correction de g(0), probabilité de détecter un individu le long du transect linéaire; par conséquent, les deux relevés sont faussés à la baisse. Des relevés par transects linéaires à bord d’un bateau et d’un avion ont été effectués en juillet et en septembre 1991, 1992, 1995 et 1999 dans la baie de Fundy et le golfe du Maine. Toutes les estimations ont été corrigées pour g(0). L’estimation la plus récente de la sous‑population dans la baie de Fundy et le golfe du Maine (août 1999) était de 89 700 (CV = 0,22).


Facteurs limitatifs et menaces

Les prises accessoires dans les engins de pêche constituent la menace récente et actuelle la plus importante envers le marsouin commun dans l’est du Canada. Des prises accessoires considérables de marsouins communs ont eu lieu au cours des dernières décennies dans l’est du Canada et dans le secteur américain de l’unité désignable de la baie de Fundy et du golfe du Maine.L’ampleur de cette menace a considérablement diminué depuis les années 1990 en raison de l’épuisement des stocks de poisson de fond et des réductions subséquentes de l’effort de pêche. Aux États‑Unis, les morts attribuables aux prises accessoires dans la sous‑population de la baie de Fundy et du golfe du Maine étaient estimées à 2 900 en 1990, comparativement à 417 (CV = 0,17) en 2005, cette dernière estimation tenant compte de données recueillies au Canada et aux États‑Unis. Dans le golfe du Saint‑Laurent, les prises accessoires ont également diminué, peut-être de 24 à 63 p. 100 entre la fin des années 1980 et le début des années 2000, mais elles demeurent « non négligeables » (quelques milliers). En 2002, on estime à 1 500-2 000 le nombre de prises accessoires de marsouins communs au cours de la pêche à la morue, qui a grandement chuté, près du littoral de Terre-Neuve-et-Labrador.

Au Groenland, le marsouin commun est chassé pour la subsistance, et il est impossible d’établir si une partie ou l’ensemble de ces individus proviennent d’une population transfrontalière partagée avec le Canada, plus vraisemblablement de la sous‑population de Terre-Neuve-et-Labrador. Le nombre de prises n’est pas limité au Groenland.


Protection actuelle ou autres désignations de statut

Le marsouin commun est protégé contre certaines activités en vertu du Règlement sur les mammifères marins de la Loi sur les pêches du Canada. Toutefois, ce règlement ne comporte pas de dispositions pour aborder les prises accessoires de mammifères marins dans les pêches commerciales. L’aire de répartition des marsouins communs s’étend jusque dans les eaux américaines du golfe du Maine, où l’espèce est protégée en vertu de la Marine Mammal Protection Act. En vertu de cette loi, la limite de prélèvement annuelle maximale autorisée pour les marsouins dans la baie de Fundy et le golfe du Maine est de 747 individus. Deux équipes de réduction des prises ont été formées aux États-Unis pour s’occuper du problème des prises accessoires de marsouins communs de la population de la baie de Fundy et du golfe du Maine. Ces deux équipes ont recommandé des mesures visant à réduire les prises accessoires de marsouins communs aux États‑Unis, notamment un calendrier et des secteurs complètement fermés à la pêche au filet maillant, un calendrier des secteurs dans lesquels des avertisseurs sonores sont exigés sur les filets maillants pour le poisson de fond et une série de modifications requises à la structure et à l’utilisation des filets maillants pour le poisson de fond.En janvier 1993, le gouvernement américain a proposé d’inscrire la population des marsouins communs de la baie de Fundy et du golfe du Maine sur la liste des espèces menacées en vertu de la Endangered Species Act parce qu’il existait des mesures réglementaires inadéquates au Canada ou aux États‑Unis pour s’attaquer aux prises accessoires de marsouins communs. En janvier 1999, le National Marine Fisheries Service (NMFS) a décidé que l’inscription proposée n’était pas justifiée parce que les programmes de réduction des prises accessoires mis en œuvre au Canada et aux États‑Unis étaient suffisants pour garantir la viabilité de la population. Cette conclusion a été étayée par une analyse de viabilité de la population. En août 2001, le gouvernement américain a communiqué son intention de retirer cette population de la liste des espèces candidates en vertu de la Endangered Species Act. Le marsouin commun est classé vulnérable dans la Liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) et à l’Annexe 2 du commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES).

La situation relativement stable des marsouins communs dans l’est du Canada est attribuable, en grande partie, aux mesures mises en œuvre non pas pour conserver les marsouins, mais pour rétablir les stocks de poissons de fond. Il est probable que les prises accessoires de marsouins communs augmenteront considérablement au moment de l’éventuel rétablissement des stocks de poissons de fond dans l’est du Canada. Il faudrait disposer des renseignements scientifiques suivants, surtout pour les populations du golfe du Saint‑Laurent et de Terre-Neuve-et-Labrador : les estimations impartiales de l’abondance et des prises accessoires ainsi qu’une compréhension accrue de la structure des populations. Il n’existe aucune disposition relatives aux prises accessoires en vertu du Règlement sur les mammifères marins de la Loi sur les pêches du Canada. Il n’existe pas non plus d’autres mécanismes en vue d’élaborer des avis scientifiques concernant la viabilité des taux de mortalité par prises accessoires. Le répit actuel en ce qui concerne les morts par prises accessoires offre une occasion unique de formuler et de mettre en œuvre un tel mécanisme.