Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Programme de rétablissement de l'hétérodermie maritime (Heterodermia sitchensis) au Canada (Proposition)


Sommaire

Contexte

L'hétérodermie maritime (Heterodermia sitchensis Goward et Noble) a été décrite au milieu des années 1980 à partir de matériel provenant de la côte ouest de l'île de Vancouver, en Colombie-Britannique (Goward, 1984). En 1996, elle a reçu son statut officiel d'espèce en voie de disparition au Canada en raison de sa répartition mondiale très limitée, du fait qu'elle est endémique du Canada, de ses caractéristiques écologiques particulières et de son extrême vulnérabilité à la dégradation de l'habitat. L'effectif confirmé au Canada compte 212 thalles, dont presque 90 % se trouvent dans seulement cinq localités. Les relevés consécutifs indiquent un déclin de l'effectif dans de nombreuses stations.

Menaces et limites biologiques

Quelques-uns des grands facteurs limitatifs qui jouent contre l'hétérodermie maritime sur le plan biologique sont les suivants : l'espèce se rencontre près de la zone de marée haute, la plupart du temps sur des épinettes de Sitka à houppier cylindrique. Elle se multiplie uniquement par voie asexuée et semble avoir une capacité de dispersion médiocre. On ne la rencontre que dans les régions très humides et brumeuses. Elle se limite aux milieux qui ne sont pas entièrement exposés aux conditions maritimes. Elle préfère les milieux à substratum rocheux alcalin plutôt que siliceux. Dans la plupart de ses stations, elle profite et a besoin d'un enrichissement secondaire en éléments nutritifs. Les principaux facteurs qui menacent l'hétérodermie maritime sont les changements climatiques naturels ou anthropiques, la rigueur accrue du climat, les pertes d'habitat causées par l'exploitation forestière, l'aménagement du littoral, le prélèvement de branches, l'élagage et les autres perturbations ainsi que la modification du régime naturel de distribution des éléments nutritifs.

Faisabilité du rétablissement

Nous estimons que le rétablissement est faisable, pour les raisons suivantes : il existe encore un certain nombre d'individus; il existe un habitat pour abriter l'espèce; il paraît possible d'éviter ou d'atténuer de nombreuses menaces. Cependant, les études de techniques de rétablissement visant l'espèce sont insuffisantes, et on ne connaît pas l'efficacité de ces techniques.

But et objectifs du rétablissement

Le but général du rétablissement de l'hétérodermie maritime est d'en maintenir une population autosuffisante dans son aire de répartition historique au Canada, afin que le COSEPAC puisse recommander le transfert de l'espèce du statut d'espèce en voie de disparition à celui d'espèce menacée. Pour ce faire, il faudra protéger l'habitat, gérer les stations de façon adéquate, éduquer le public, mener d'autres études, faire un suivi et rédiger des rapports.