Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Programme de rétablissement de l'hétérodermie maritime (Heterodermia sitchensis) au Canada (Proposition)


1 Contexte

1.1 Description de l'espèce

L'hétérodermie maritime est un lichen foliacé semi-dressé dont le thalle en forme de coussin peut atteindre 2 cm de diamètre. Les lobes du thalle sont courts à allongés, larges de un à deux millimètres et munis de cils longs et fins. La face supérieure du thalle est blanc verdâtre et porte souvent des taches blanchâtres éparses. À maturité, le thalle produit généralement des apothécies en forme d'urnes près de l'extrémité de ses lobes, et le dessous du bord proéminent des apothécies porte des soralies en forme d'anneaux. Le dessous du thalle est blanc et d'aspect cotonneux, étant dépourvu de cortex. Le thalle est muni de longs cils marginaux noirâtres. On trouvera une description plus détaillée de l'espèce dans Goward (1984).

1.1.1 Répartition1

L'hétérodermie maritime est une espèce endémique du nord-ouest de l'Amérique du Nord. Au moment de sa description au milieu des années 1980, on n'en connaissait que deux stations sur la côte ouest de l'île de Vancouver, situées respectivement à l'anse Schooner, dans la réserve de parc national Pacific Rim, et près d'Ucluelet, dans la péninsule Ucluth. Malheureusement, l'espèce a disparu de ce dernier endroit au début des années 1990, à la suite de coupes à blanc pour un lotissement (Goward, observation personnelle). Depuis, après des enquêtes exhaustives, on l'a trouvée dans un certain nombre de localités canadiennes (Tableau 1), et deux spécimens ont été signalés au cap Lookout, en Oregon (McHenry et Tønsberg, 2002). L'hétérodermie maritime est classée S2S3 (en péril et vulnérable) en Colombie-Britannique et G2G3 à l'échelle mondiale (NatureServe, 2005).

Après quatre ans de recherches exhaustives (2001-2004), on a confirmé un effectif canadien de 212 thalles (selon les derniers dénombrements effectués dans chaque station; Goward et Wright, 2003; Wright, 2004) dont 90 % sont essentiellement limités à cinq localités : l'île Florencia, l'île Wouwer, l'île Folger, les îlots Lawrence et la région de l'île Spring. Partout ailleurs, la présence de l'espèce est très localisée.

Aire de répartition mondiale

On ne trouve l'hétérodermie maritime que sur la côte ouest de l'île de Vancouver, en Colombie-Britannique, au Canada, ainsi qu'au cap Lookout, sur la côte de l'Oregon, aux États-Unis (McHenry et Tønsberg, 2002). Le cap Lookout est une étroite péninsule de 2 km qui s'avance dans l'océan Pacifique.

Aire de répartition canadienne

On connaît actuellement une vingtaine de localités de l'espèce le long de la côte ouest de l'île de Vancouver. La plupart se trouvent dans la réserve de parc national Pacific Rim (Tableau 1). En 2002, on a découvert des nouvelles stations à l'extérieur du parc, sur l'île Folger et les îlots Lawrence. L'île Folger est située près de Bamfield, entre les secteurs de l'archipel Broken Group et de la Piste de la côte Ouest de la réserve de parc national Pacific Rim. Les îlots Lawrence sont situés au nord de la réserve de parc national Pacific Rim, entre les îles Vargas et Bartlett, dans la baie Clayoquot. L'aire de répartition canadienne s'est agrandie d'environ 130 km vers le nord-ouest lorsqu'on a trouvé deux stations dans la baie Kyuquot, en 2004.

Pourcentage de la répartition mondiale au Canada

Presque toute la répartition mondiale de l'hétérodermie maritime se trouve au Canada, une seule station étant à l'extérieur du pays.

1.1.2 Taille et tendances des populations

On a effectué un nouveau recensement de quelques stations qui avaient déjà été répertoriées et notamment de la localité de l'holotype, à l'anse Schooner, dans la réserve de parc national Pacific Rim (Tableau 1). La localité de l'holotype connaît un déclin depuis plusieurs années. En 2002, on a observé une forte diminution du nombre de thalles, et ceux qui restaient étaient en mauvais état. D'autres stations recensées à nouveau en 2002 ont révélé une tendance semblable, avec un déclin du nombre et de la santé des thalles par rapport à l'année précédente. On pense que les tempêtes anormalement violentes de l'hiver 2001-2002 ont entraîné une perte de spécimens et de vigueur dans de nombreuses stations. Des comparaisons à long terme concernant la localité de l'holotype laissent supposer que l'hétérodermie maritime a une vie courte et doit souvent coloniser de nouvelles stations. On ne sait pas si l'hétérodermie maritime a été très touchée par l'activité humaine ni si son effectif est semblable à ce qu'il était dans le passé.

Tableau 1 : Populations d'hétérodermie maritime (Heterodermia sitchensis) au Canada
(RPNPR = Réserve de parc national Pacific Rim, TCP = Terre de la Couronne de la province de la Colombie-Britannique). Le tableau est classé par année d'observation.
Description du siteAnnée d'observationTenureSituation
(si connue)
Nombre de thalles
Anse Schooner – localité de l'holotype1983RPNPR 15
Péninsule d'Ucluth A1983Ville d'Ucluelet 5
Nombre total de thalles observés en 198320
Anse Schooner – Localité de l'holotype1991RPNPRStable15
Nombre total de thalles observés en 1991
(Le rapport de situation de 1994 était fondé sur ces données.)
15
Péninsule d'Ucluth As/oVille d'UclueletDisparue au début des années 1990
Anse Schooner - localité de l'holotype2001RPNPREn déclin1
Nord de la baie Florencia2001RPNPR 3
Wickaninnish Sud2001RPNPR 2
Wickaninnish S - Village2001RPNPR 1
Île Florencia2001RPNPR 60
Péninsule d'Ucluth B2001TCP 2
Île Wouwer2001RPNPR 42
Petit îlot près de l'île Wouwer2001RPNPR 2
Île Dicebox2001RPNPR 1
Îlots Lawrence2001TCP 1
Nombre total de thalles observés en 2001115
Île Florencia2002RPNPR 27
Îlots Lawrence2002TCP  21 
Anse Schooner - localité de l'holotype2002RPNPREn déclin1 thalle mourant
Est de l'anse Schooner - localité de l'holotype2002RPNPREn déclin3 (2 thalles mourants)
Île Wouwer2002RPNPREn déclin12
Île Folger2002TCP 18
Île Benson2002RPNPR 1
Nombre total de thalles observés en 200283
Île Spring (baie Kyuquot)2004TCP 6
Îlot innommé (baie Kyuquot)2004TCP 48
Nombre total de thalles observés en 200454


1.1.3 Besoins de l'espèce

Facteurs limitatifs et besoins biologiques

L'hétérodermie maritime est un lichen pionnier qui se rencontre surtout sur les petits rameaux. Elle se multiplie par voie asexuée. Comme beaucoup d'autres lichens pionniers, sa vie est plutôt courte, de 10 à 15 ans peut-être, jusqu'au moment où des lichens ou bryophytes de nature plus agressive l'éliminent par compétition. Cette observation peut être déterminante pour expliquer la rareté de l'espèce. D'autre part, l'hétérodermie maritime semble posséder une capacité de dispersion médiocre, même si sa stratégie de vie est fondée sur le besoin de coloniser et de se disperser souvent. Le cycle biologique de l'hétérodermie maritime révèle une sensibilité particulière à la modification de son habitat et une forte dépendance au maintien d'écosystèmes côtiers robustes.

Si l'on en juge par les nombreuses conditions particulières que doit remplir un milieu pour que l'espèce le colonise et s'y développe, l'existence de l'hétérodermie maritime est très précaire. Par exemple, l'association fréquente de l'hétérodermie maritime avec les branches sur lesquelles se perchent les oiseaux tend à indiquer que cette espèce est instable dans la plupart des stations. Les arbres abritant l'espèce peuvent vivre longtemps, mais les branches sur lesquelles peut s'installer l'hétérodermie maritime ont probablement une durée relativement courte. 

Rôle écologique

On ne connaît pas de rôle écologique essentiel ou majeur joué par l'hétérodermie maritime, et on ne connaît aucune autre espèce qui en dépende. Malgré son cycle biologique qui semble très complexe, elle n'a aucun rôle écologique important auprès d'autres espèces ou processus écologiques. Elle contribue cependant à piéger dans un système terrestre des éléments nutritifs dérivés de la mer. Nous prévoyons que des recherches plus poussées sur les cycles nutritifs de la côte du Pacifique révéleront d'autres espèces et processus illustrant la grande importance du cycle mer-littoral pour les milieux terrestres côtiers.

Il est bien connu que les lichens sont de puissants indicateurs des modifications et dégradations environnementales. L'hétérodermie maritime et les lichens qui lui sont associés pourraient jouer un rôle utile à ce titre dans le cadre des stratégies de surveillance environnementale.

Besoins en matière d'habitat

L'hétérodermie maritime est un lichen arboricole qu'on n'a trouvé jusqu'à maintenant que sur l'épinette de Sitka (Picea sitchensis). La répartition de l'espèce n'est pas aléatoire et présente des tendances précises et jusqu'à un certain point prévisibles. Certaines des principales caractéristiques de l'habitat requises par l'hétérodermie maritime sont les suivantes (Goward, 2001; Goward et Wright, 2002) :

  • On ne la trouve que sur les branches d'épinettes de Sitka situées à au plus quelques mètres de la zone de marée haute. Selon les indications actuelles, l'hétérodermie maritime serait surtout abondante dans les parties inférieures du houppier (consulter toutefois la section 1.5). La majorité des thalles se rencontrent sur de vieux arbres à houppier plus ou moins cylindrique (les jeunes arbres en régénération, qui ont un houppier plus conique, abritent rarement l'espèce). On trouve l'hétérodermie maritime sur l'écorce de la partie des jeunes branches qui a perdu ses feuilles.
  • On ne la rencontre que dans les régions très humides comme celles qui sont souvent exposées aux bancs de brouillard ou aux embruns.
  • Il est possible qu'elle exige un milieu non entièrement exposé aux conditions maritimes, comme le côté sous le vent des baies, bras de mer, îles et îlots ainsi que les parties abritées des caps, des promontoires, des flèches et des péninsules.
  • Dans la plupart des stations, elle profite d'un enrichissement secondaire en éléments nutritifs, qui lui est nécessaire. Les principaux facteurs reliés à l'enrichissent en éléments nutritifs sont une assise rocheuse basique (roche riche en calcium : calcaire, dolomie, etc.) et/ou un enrichissement secondaire. Les sources possibles d'un tel enrichissement qui ont été observées sont :
    • les animaux sauvages attirés par certains milieux littoraux (îles, caps, promontoires, flèches et péninsules);
    • les déjections d'oiseau se déposant sous les branches où les oiseaux se perchent souvent;
    • les aérosols provenant de la respiration et des excréments des otaries dans les échoueries et les aires d'hivernage;
    • les bombardements d'excréments d'oiseaux de mer lorsque ceux-ci s'envolent vers une colonie ou en reviennent;
    • les amas de détritus anciens laissés par les autochtones.

De manière générale, quatre grands facteurs permettent de prédire la présence de l'espèce : proximité de l'océan, présence d'une forêt ancienne ou à croissance lente d'épinette de Sitka, présence de branches ayant perdu une partie de leurs feuilles et enrichissement en éléments nutritifs (Goward et Wright, 2002). Ces besoins très particuliers de l'hétérodermie maritime font que très peu de milieux lui sont propices.

En outre, l'habitat est sans doute limité aux forêts anciennes. Quelques lichens épiphytes limités géographiquement et écologiquement poussent dans les forêts de seconde venue (Goward, 1994b). En raison de leur homogénéité structurelle et en particulier de leur instabilité environnementale, les forêts de seconde venue ne conviennent pas à la colonisation par la plupart des lichens qui se trouvent à la limite écologique de leur aire de répartition, ou presque (Goward, 1994a). Les forêts anciennes, au contraire, ont une structure beaucoup plus hétérogène et sont plus stables du point de vue environnemental (Franklin et al., 1981), ce qui leur permet d'être colonisées par un assortiment d'espèces beaucoup plus vaste, y compris les espèces ayant une faible capacité de dispersion (Goward, 1993, 1994 a et b).

Il peut être utile de décrire aussi les milieux qui tendent à ne pas abriter l'hétérodermie maritime. Les localités sans bordure d'épinettes de Sitka en sont un exemple. L'épinette de Sitka étant rare sur les îles intérieures de l'archipel Broken Group, on a peu de chance d'y trouver l'hétérodermie maritime, en quelque quantité que ce soit. En général, les endroits où ne poussent que de jeunes épinettes n'abritent pas l'hétérodermie maritime. D'ordinaire, les arbres jeunes ont une forme conique qui ne favorise pas l'enrichissement procuré par le perchage des oiseaux ou la présence d'une zone d'écoulement. En dernier lieu, comme nous l'avons déjà mentionné, l'hétérodermie maritime est beaucoup moins abondante dans ses localités continentales que dans ses localités insulaires.

1.2 Menaces

Les éléments suivants constituent les principales menaces naturelles ou anthropiques dont on a observé les répercussions pour l'habitat et les populations de l'hétérodermie maritime.

1.2.1 Perte d'habitat

De nombreux renseignements recueillis sur la biologie de l'espèce semblent indiquer que cette dernière est extrêmement vulnérable à l'élimination d'une partie de son aire de répartition. Cette hypothèse repose sur la durée de vie apparemment courte de l'espèce, sa faible capacité de dispersion, ses besoins extrêmement précis en matière d'habitat ainsi que la nature éphémère et la faible disponibilité de son habitat (détails dans la section 1.1.3).

La perte d'habitat causée par l'aménagement du littoral, l'exploitation forestière, l'élagage, le prélèvement de branches ou toute autre perturbation constitue une menace majeure pour l'hétérodermie maritime. L'une des deux stations découvertes en 1983 a été détruite par le défrichement du site pour des résidences. Il s'agit d'un effet particulier à chaque localité. Quand les arbres abritant l'espèce sont détruits, il faut au moins 50 ans pour que le milieu soit restauré et probablement beaucoup plus longtemps pour que l'épinette de Sitka y atteigne une taille convenable.

Les grandes populations d'hétérodermie maritime poussent surtout sur les branches inférieures des épinettes de Sitka. Les propriétaires et autres responsables qui dégagent leurs terrains en vue d'accéder plus facilement à la côte ou d'offrir une meilleure vue de l'océan enlèvent parfois les branches inférieures, ce qui détruit l'hétérodermie maritime ou son habitat. En plus, le prélèvement des branches inférieures (qui sont à portée de main) comme bois de chauffage peut causer une perte d'habitat appréciable.

La récolte forestière constitue une menace quand elle se fait à proximité des stations. Harris (1984) estime qu'il faut une bande tampon boisée d'au moins 60 mètres de large pour préserver les conditions microclimatiques extrêmement particulières dont ont besoin les lichens épiphytes les plus sensibles.

1.2.2 Perturbation des régimes naturels de distribution des nutriments

L'espèce dépend de l'enrichissement local en éléments nutritifs, qui est souvent assuré par les animaux sauvages. Des changements dans le régime d'utilisation des échoueries d'otaries, une diminution de l'effectif des oiseaux de proie ou de mer, ou une perturbation dans les colonies d'oiseaux de mer constitueraient des menaces pour les populations actuelles d'hétérodermie maritime. Plusieurs facteurs, notamment l'aménagement du littoral, la destruction de perchoirs des oiseaux, l'augmentation de la pêche ainsi que la disponibilité de la nourriture, ont des effets sur les effectifs des oiseaux de mer ou de proie et de mammifères marins. D'autres activités ou effets qui peuvent modifier les processus écosystémiques, dégrader l'habitat de l'hétérodermie maritime et avoir une incidence sur la capacité de l'hétérodermie maritime à maintenir une population autosuffisante sont la pollution, le changement climatique, l'augmentation de la population humaine, l'urbanisation, l'exploitation forestière, la pêche et le tourisme.

On ne sait pas quels sont les effets de l'aménagement du littoral sur la répartition des oiseaux de proie ou de mer et des mammifères marins, qui semblent tous jouer un rôle essentiel dans l'enrichissement en éléments nutritifs dont a besoin l'hétérodermie maritime.

1.2.3 Rigueur accrue du climat

Certaines des dix ou vingt dernières années ont été les plus chaudes depuis le début des statistiques météorologiques. Il semble qu'une augmentation de la fréquence et de l'intensité des événements pluvio-hydrologiques accompagne ce réchauffement. En raison des tempêtes hivernales plus violentes, les branches qui portent l'hétérodermie maritime se font fréquemment asperger d'eau salée et frapper par les vagues. On peut supposer que toutes les populations souffrent jusqu'à un certain point de la dégradation des conditions météorologiques hivernales. Cependant, étant donné les particularités géographiques de la côte et la direction prédominante du fetch, les événements pluvio-hydrologiques ont peut-être des effets dévastateurs sur certaines des populations. Celles se trouvant sur le côté sous le vent des îles sont relativement protégées contre les grosses tempêtes hivernales. L'étude qui a été menée sur le terrain en juin 2002 a révélé les effets du climat hivernal plus rigoureux (Goward et Wright, 2003). L'impact des vagues était manifeste sur certaines branches, et plusieurs spécimens étaient morts ou n'étaient pas très vigoureux.

1.2.4 Changements climatiques naturels ou anthropiques

Il est possible que les conditions de sécheresse naturelles ou dues à l'activité humaine s'intensifient rapidement si la tendance au réchauffement de la planète s'avère de longue durée. Cela risque de nuire à toutes les populations d'hétérodermie maritime.

1.3 Habitat essentiel

1.3.1 Définition de l'habitat essentiel de l'espèce

Pour le moment, aucun lieu n'a été proposé comme habitat essentiel aux termes de l'article 2 de la Loi sur les espèces en péril.

Même si l'on en sait déjà beaucoup sur les besoins en matière d'habitat de l'hétérodermie maritime, il faudra effectuer des travaux plus concluants avant de pouvoir proposer officiellement des parcelles précises comme habitat essentiel. Il faudra proposer cette définition dans le cadre d'un ou plusieurs plans d'action de rétablissement après avoir consulté les propriétaires fonciers et les organismes concernés, avec lesquels on élaborera des mesures d'intendance, et après avoir achevé les travaux qu'il restait à faire pour quantifier l'habitat et les superficies nécessaires à l'espèce.

Sans égard à ce que nous venons de mentionner, il convient ici de résumer ce qu'on connaît déjà sur les besoins de l'espèce et sur les milieux qu'elle occupe actuellement. La présente section décrit donc, dans la mesure du possible, les habitats actuel et potentiel, puis fournit des exemples d'activités susceptibles de détruire l'habitat essentiel et un calendrier d'études nécessaires à la définition de l'habitat essentiel.

Habitat actuel

Habitat © Agence Parcs Canada/Brian Reader
Habitat © Agence Parcs Canada/Brian Reader

Au cours du processus de définition de l'habitat essentiel (il est probable que cette définition se fera station par station et prendra en considération la dynamique de la métapopulation2), il faudra tenir compte de toutes les stations répertoriées (Tableau 1), ainsi que d'un habitat de dispersion suffisant, et des fonctions importantes de l'écosystème.

Habitat potentiel

Le présent programme de rétablissement favorise le maintien de l'habitat actuel pour la survie de l'hétérodermie maritime. Il ne propose pas de rétablir les milieux dégradés où l'espèce se trouvait dans le passé. Par conséquent, aucun habitat de rétablissement ne sera désigné.

1.3.2 Exemples d'activités susceptibles de détruire l'habitat essentiel

  • L'aménagement du littoral, l'exploitation forestière, le prélèvement des branches pour le chauffage, l'élagage ou l'abattage des arbres ainsi que la coupe des franges forestières littorales anciennes et très anciennes ont tous le potentiel de nuire aux individus et à l'habitat en éliminant des épinettes de Sitka ou des branches inférieures de ces arbres.
  • Par suite de l'activité humaine, le régime de distribution des éléments nutritifs souvent associé aux animaux sauvages locaux est modifié par la pollution, l'augmentation de la population humaine, l'urbanisation et le tourisme, ce qui a des effets sur l'espèce en modifiant, réduisant ou éliminant l'enrichissement en éléments nutritifs de milieux autrement propices.
  • Les modifications atmosphériques dues à l'activité humaine, qui entraînent un changement climatique, peuvent avoir divers effets, y compris une tendance à la sécheresse et une violence accrue des tempêtes, qui risquent de dégrader ou d'éliminer l'habitat actuel.

1.3.3 Approches existantes et recommandées pour la protection de l'habitat

La partie principale de l'aire de répartition de l'hétérodermie maritime (10 des 15 stations existantes) est située dans la réserve de parc national Pacific Rim, qui est protégée par les règlements établis en vertu de la Loi sur les parcs nationaux du Canada et de la Loi sur les espèces en péril. Le Règlement général sur les parcs nationaux du Canada interdit le prélèvement de matériel végétal, y compris les branches d'arbres : « Sauf sur permis, nul ne peut enlever, mutiler, endommager ou détruire les matières naturelles ou la flore, même s‘il s'agit de plantes mortes ». La disponibilité d'habitat devrait ainsi rester relativement constante dans la réserve de parc national Pacific Rim.

Il n'est pas possible de déterminer avec certitude le régime foncier du reste de l'aire de répartition répertoriée de l'hétérodermie maritime (5 des 15 stations). Les stations qui se trouvent sur les terres de la Couronne provinciales peuvent être protégées par la province de la Colombie-Britannique en vertu de lois déjà existantes, notamment par la désignation d'une zone d'habitat de la faune en vertu du Forest and Range Practices Act ou de zones de gestion des forêts anciennes en vertu du Land Act.  

1.3.4 Calendrier des études nécessaires à la définition de l'habitat essentiel

Besoins en matière de relevés
  • Répertorier et étudier sur le terrain les milieux propices à l'hétérodermie maritime le long de la côte ouest de l'île de Vancouver, entre Tofino et l'île Nootka. Évaluer la taille de toutes les populations éventuellement trouvées et enregistrer leurs coordonnées. Date d'achèvement : 2007.
  • Effectuer des relevés de l'hétérodermie maritime le long de la côte centrale de la Colombie-Britannique. Date d'achèvement : 2008.
  • Continuer d'effectuer des relevés visant à découvrir de nouvelles stations d'hétérodermie maritime et d'autres espèces de lichens rares dans la réserve de parc national Pacific Rim et ses environs. De 2006 à 2010. 
Besoins en matière de recherche écologique/biologique
  • Poursuivre la recherche sur les besoins en pH et en microéléments de l'hétérodermie maritime et des espèces de lichens qui lui sont associées. Cette recherche devra comprendre une analyse des communautés de lichens poussant dans des conditions environnementales différentes de celles requises par l'hétérodermie maritime. Date d'achèvement : 2007.
  • Étudier la dispersion et le recrutement, afin de pouvoir estimer la superficie et la configuration de l'habitat essentiel occupé et inoccupé qu'il faudra conserver pour réaliser l'objectif de population saine et autosuffisante d'hétérodermie maritime. La date d'achèvement dépendra des conclusions des études.

1.4 Mesures achevées ou en cours

  • En 2001 et 2002, Parcs Canada a entrepris une étude dans le but de mieux connaître l'hétérodermie maritime et les autres lichens rares des environs de la réserve de parc national Pacific Rim (Goward, 2001; Goward et Wright, 2003). Cette étude a fait passer le nombre de stations confirmées de 1 à plus de 20 et a révélé un besoin d'enrichissement en azote. D'autre part, on a remarqué que l'hétérodermie maritime ne tolère pas une aspersion intense par l'eau salée et que les tempêtes exceptionnellement fortes peuvent entraîner un taux de mortalité élevé. Cette recherche a fourni des renseignements de grande valeur et devrait se poursuivre.
  • En 2003, on a effectué des relevés sur la présence de l'hétérodermie maritime dans les îles de la Reine-Charlotte, mais on n'y a trouvé aucun thalle (Goward 2004). La plus grande partie des milieux étudiés n'étaient pas adéquats, et ceux qui l'étaient ne semblaient pas abriter l'hétérodermie maritime. Les chercheurs en ont déduit que le climat rigoureux ne convenait pas à l'espèce. Il faudra effectuer les relevés à venir dans d'autres régions.
  • La baie Kyuquot et l'archipel Broughton, au large de l'île de Vancouver, ont fait l'objet d'un relevé (Wright, 2004). On a trouvé l'hétérodermie maritime sur l'île Spring et sur un îlot voisin, innommé, de la baie Kyuquot. Aucun thalle d'hétérodermie maritime n'a été rencontré dans l'archipel Broughton. Il faudra poursuivre les relevés en Colombie-Britannique, parce que l'espèce a probablement une aire de répartition et un effectif plus importants que ce qu'on connaît à l'heure actuelle.

1.5 Lacunes dans les connaissances

Ce premier programme de rétablissement de l'hétérodermie maritime met l'accent sur la conservation des stations d'hétérodermie maritime répertoriées, alors que la recherche nous permet de mieux comprendre l'aire de répartition, la répartition verticale, le cycle biologique et l'écologie de l'espèce. La présente section dresse une liste de plusieurs lacunes dans les connaissances, qu'il faudra combler afin de mieux préciser les buts du programme de rétablissement lors de la prochaine opération de planification et de mieux conserver l'hétérodermie maritime.

  • Il faudra plusieurs années d'études supplémentaires avant de pouvoir déterminer la quantité d'habitat nécessaire au maintien de la taille de la population actuelle.
  • On ne sait pas si l'hétérodermie maritime a été très touchée par l'activité humaine ni si son effectif est semblable à ce qu'il était dans le passé.
  • Jusqu'où s'étend l'hétérodermie maritime le long de la côte de la Colombie-Britannique? Il faudra effectuer des relevés dans des localités présélectionnées de la côte continentale centrale, notamment dans les localités utilisées par des oiseaux nichant au sol ou dans les arbres. Les secteurs de l'île de Vancouver, entre Tofino et l'île Nootka, qui n'ont pas encore fait l'objet de relevés des populations d'hétérodermie maritime devront aussi être étudiés.
  • Il faudra mener d'autres études sur la phénologie et l'écologie de l'hétérodermie maritime, afin de réévaluer son statut d'espèce en voie de disparition.
    Les points d'enrichissement localisés créés par les oiseaux qui se perchent peuvent-ils abriter à long terme l'hétérodermie maritime?
  • Plusieurs aspects fondamentaux du cycle biologique de l'hétérodermie maritime restent méconnus. Par exemple, l'enrichissement en éléments nutritifs est-il nécessaire uniquement pendant la phase d'implantation de cette espèce, ou faut-il qu'un pH élevé soit maintenu tout au long de sa vie? Encore une fois, l'enrichissement endogène (transfert d'éléments nutritifs par les racines des arbres) est-il suffisant pour favoriser la colonisation par l'hétérodermie maritime, ou faut-il aussi un enrichissement exogène (transfert d'éléments nutritifs par les excréments d'oiseaux, etc.)?
  • Il faudra d'autres études sur la répartition de l'hétérodermie maritime dans les houppiers d'épinette. Bien que les recherches récentes indiquent que l'hétérodermie maritime a tendance à occuper de préférence les branches inférieures des épinettes de Sitka, il ne s'agit peut-être que d'un artifice d'échantillonnage. Les études faites sur le terrain en 2002 ont permis de trouver l'hétérodermie maritime beaucoup plus haut dans les houppiers.
  • On n'a pas essayé de propager l'hétérodermie maritime.
  • Il faudra plus de renseignements pour déterminer le risque relatif que présentent les menaces qui pèsent sur les populations d'hétérodermie maritime, telles que les violentes tempêtes hivernales, l'augmentation de la fréquence et de l'importance des épisodes de réchauffement et de sécheresse ainsi que l'incidence des activités humaines telles que le prélèvement de bois de chauffage.

1 Dans la section traitant de la répartition, le terme « station » désigne un lieu où l'hétérodermie maritime est présente à l'échelle d'un seul arbre ou de quelques arbres rapprochés, tandis que le terme « localité » désigne un ensemble de stations plus ou moins voisines.
2Ensemble des populations locales distinctes d'un territoire donné, reliées par dispersion ou migration.